Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

L’Islamisme contre l’Islam ?

11 Juin 2012, 02:15am

Publié par Father Greg

 

 

rue-myrha.jpgIl y a quelques années, le grand juriste Égyptien Saïd el-Achmaoui publiait son fameux livre « Al Islam as-siyâssi » traduit en français sous le titre : « L’Islamisme contre l’Islam ». Dans cet ouvrage, Achmaoui cherchait à montrer que l’Islamisme est une déviation, une perversion du véritable Islam, dont l’orientation est uniquement spirituelle et religieuse.

Je prendrai ici le contre-pied de la position d’Achmaoui en affirmant que « L’ISLAMISME, C’EST L’ISLAM ». Cette affirmation n’a rien d’arbitraire ou de fantaisiste. Elle ne relève pas d’un parti-pris ou d’une provocation, ni d’une prise de position fanatique ou intolérante, ni d’une approche volontairement négative ou réductrice.

Je pense au contraire que cette affirmation est parfaitement cohérente avec l’histoire et la géographie, avec le Coran et la Sunna, avec la vie de Mohammed et l’évolution de l’Islam, avec ce que l’Islam dit de lui-même.

Je refuse la position de ceux – musulmans ou chrétiens – qui se voilent la face, jouent à la politique de l’autruche, tournent autour du pot, refusent de voir la réalité en toute objectivité, ou prennent leurs désirs pour des réalités, au nom du dialogue et de la tolérance.

On dira que le problème de l’Islam est plus complexe, que ma position est simpliste, simplificatrice et tend à l’ »amalgame », comme on dit aujourd’hui.

Je suis tout-à-fait conscient de la variété des islams. J’ai même une conférence de deux heures sur « Les six islams » où je déploie l’éventail des différents islams, depuis l’islam ouvert, libéral, modéré et laïcisant, jusqu’à l’islam le plus radical, en passant par le soufisme, l’islam des confréries et l’islam populaire.

Je suis parfaitement au courant de toute la tendance actuelle de l’islam laïc et laïcisant, moderne et modernisant. Je pense malgré tout que ce courant n’est guère représentatif de l’islam officiel, de l’islam orthodoxe et classique, de l’islam sunnite tel qu’il s’est toujours manifesté, tel qu’il s’est toujours voulu, tel qu’il se veut encore aujourd’hui.

D’où le rejet par l’islam officiel de tous les penseurs et intellectuels qui, cherchant à réinterpréter l’Islam à la lumière de la modernité, se font taxer d’hérétiques, d’apostats ou de déviationnistes.

L’islamisme n’est ni une caricature, ni une contrefaçon, ni une hérésie, ni un phénomène marginal et aberrant par rapport à l’islam classique orthodoxe sunnite.

Je pense au contraire que l’islamisme, c’est l’Islam à découvert, l’Islam sans masque et sans fard, l’Islam parfaitement conséquent et fidèle à lui-même, un islam qui a le courage et la lucidité d’aller jusqu’au bout de lui-même, jusqu’à ses dernières implications.

 

L’ISLAMISME C’EST L’ISLAM DANS TOUTE SA LOGIQUE, DANS TOUTE SA RIGUEUR.

L’islamisme est présent dans l’Islam comme le poussin dans l’oeuf, comme le fruit dans la fleur, comme l’arbre dans la graine.

Mais, qu’est-ce que l’islamisme ?

L’islamisme, c’est l’islam politique, porteur d’un projet et d’un modèle de société visant à l’établissement d’un État théocratique fondé sur la charia, seule loi légitime – parce que divine – telle que révélée et consignée dans le Coran et la Sunna, une loi qui a réponse à tout.

Il s’agit là d’un projet global et globalisant, total, totalisant, totalitaire.

CAR L’ISLAM EST UN TOUT: une foi et un culte, un horizon et une morale, un mode de vie et une vision du monde. Intransigeant, il offre le salut ou la perdition.

L’Islam est LA vérité qui ne supporte pas le doute et ses adeptes forment « la meilleure des communautés ».

L’Islam se veut A LA FOIS RELIGION, ETAT ET SOCIETE – « dîn wa dawla ». Et c’est ainsi qu’il a été tel depuis ses plus lointaines origines.

Le passage de la Mecque à Médine, qui marque le début de l’ère musulmane, l’Hégire, signifie que l’Islam cesse d’être une simple religion pour devenir État et société. L’Hégire est le moment où Mohammed cesse d’être simple chef religieux pour devenir chef d’État et leader politique.

 

Islamisme et Islam, par Henri Boulad, s.j. Tanail (Liban) – 10 avril 1996

Commenter cet article

jerome 11/06/2012 18:31


(source par canal ER) Le 12 septembre dernier, lors de son voyage en Allemagne, le pape Benoît XVI a prononcé, à
l’université de Ratisbonne, un discours dans lequel il a cité la parole d’un des derniers empereurs byzantins, Manuel II Paléologue (1391-1425), qui, lors d’un débat, déclarait à des juristes
musulmans :


« Montrez-moi ce que Mahomet a apporté de nouveau. Vous ne trouverez que des choses mauvaises et inhumaines, comme le droit de défendre par l’épée la foi qu’il prêchait [c’est-à-dire
l’islam]. »