Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Articles avec #enseignements

Voilà où j'ai puisé la force d'être seul ce Noël, et pourtant sans inquiétude ni tristesse.

29 Mai 2016, 05:29am

Publié par Grégoire.

Voilà où j'ai puisé la force d'être seul ce Noël, et pourtant sans inquiétude ni tristesse.

… Mais peut-on lire une lettre le soir de Noël ; et avant tout : comment écrire quatre jours auparavant une lettre qui puisse être lue ce soir-là ?

… rien, rien ne peut m’empêcher d’être auprès de vous de telle sorte que cela vous soit sensible ; et si j’étais réellement là les autres fois, il n’y en avait pas moins toujours (à l’exception de notre premier Noël à Westerwede) toute une part de moi qui n’était que reproches ; qui, sinon au dernier moment, du moins une heure avant encore, eût aimé être seule, très loin, dieu sait où. Ce visage qui rencontrait le tien et que les bonnes petites mains de Ruth avaient tenu quelquefois contre une joue gaie, ferme et chaude, ce visage, même ce soir-là, se sentait terriblement inachevé ; et il l’était. Ce visage avait besoin de rester dans la solitude, aux creux de ses mains, longtemps, dans l’obscurité. Il avait besoin de n’être là que pour ses pensées et de ne voir, en ressortant, personne, de trouver un coin de ciel, un arbre, un chemin, une chose simple par quoi il pût commencer, quelque chose qui ne lui fût pas trop difficile ; que de fois, quand vous le regardiez… aura-t-il été un visage distrait dans son inachèvement, un visage qui n’était pas allé assez profond au-dedans ni assez loin au-dehors, un visage resté à mi-chemin, comme un miroir incomplètement étamé dont certaines parties reflètent et d’autres sont restées transparentes ; jamais vous n’y avez vu la grandeur de votre confiance et la totalité de votre amour, incapable qu’il était de les accueillir. Mais s’il doit vous être rendu plus tard, meilleur, il faut encore y travailler longtemps, jour et nuit. Pour ce Noël, il n’a pu être prêt. Mais il est en de bonnes mains, ce sera un peu comme un Noël ; même au cœur de l’année.

Te rappelles-tu… nos deux Noëls manqués (celui de la rue de l’Abbé-de-l’Épée, celui de Rome, au studio al Ponte, l’un et l’autre beaucoup moins vrais, du fait qu’aucun de nous ne pouvait être au côté de Ruth chez qui tout se fait Noël spontanément, le moment venu) ? Alors, déjà, nous avions senti que nous devons nous identifier si profondément à notre travail que les fêtes, nos véritables fêtes, naissent toutes seules de ses jours ouvrables. Tout le reste n’est qu’emploi du temps à l’école : de l’organisation, les cases vides pour les dimanches, Noël et Pâques, que l’on remplit de quelque chose qui doit être le contraire des autres jours, du programme.

Ainsi avons-nous continué d’accueillir comme des espèces de vacances ces périodes-là du calendrier, en les consacrant au divertissement et en en ajournant toujours volontiers la fin, bien que nous eussions déjà le pressentiment de ces autres fêtes nées du cœur : celles-ci n’étant ni le contraire des semaines qui les apportent discrètement, ni un divertissement, ni un vague intermède trainé en longueur. Une seule fois peut-être depuis que nous sommes ensemble, les deux choses ont coïncidé. Tu sais quand.

Le 12, j’ai revécu intensément l’inexprimable atmosphère de Noël qui remplit alors notre maison solitaire, de plus en plus prégnante, au point qu’on aurait cru qu’elle devait s’étendre déjà bien plus loin, jusque dans les jours froids, les longues nuits de l’Avent ; qu’elle devait être visible même pour ceux qui passaient à distance, en avoir produit un tel changement que des gens viendraient de loin pour le voir. Mais personne n’est venu, il n’y avait là qu’une petite maison accablée d’un énorme toit étanche, banale pour des yeux humains, mais dont les anges savaient peut-être qu’elle détenait les mesures justes, celles dont eux-mêmes mesurent le grand espace qui l’entourait. Elle était comme la plus petite partie de ce mètre infini, l’unité de mesure qui revient sans cesse et avec laquelle on peut aller jusqu’au bout sans lui ajouter jamais autre chose qu’elle-même.

Tu sais… ce que Noël a été pour moi dans ma première enfance ; même quand l’école militaire m’eut rendu l’image d’une vie dure, sans miracle, mais d’une incompréhensible malveillance, si crédible qu’à côté de cette réalité imméritée, aucune autre ne me parut plus possible ; même alors, Noël resta réel, resta cela qui approchait, riche d’un exaucement qui passait tous les vœux ; et à peine avait-il passé les vœux suprêmes, les jamais formés, cela, qui d’abord avait marché seulement, déployait ses ailes et volait, volait jusqu’à ce qu’on le perdit de vue et n’en devinât plus que la direction, dans le ruissellement de la lumière.

Tout cela, toujours, avait gardé son pouvoir sur moi. Chaque fois que je préparais pour nous ou pour Ruth un Noël, je méprisais un peu mes préparatifs d’être si inférieurs à ce miracle dont je savais qu’il avait grandi librement, spontanément, dans ma rêverie : tels avaient été chaque fois sa grandeur et son mystère.

Ainsi, le 12, suis-je resté longtemps dans mon fauteuil à songer ; à songer à ce temps de grâce profonde que nos cœurs ont alors connu. J’ai revécu la veille au salon ; le matin, d’abord le petit matin, à la bougie, où l’inconnu montait comme une inondation, répandant l’inquiétude et la crainte, puis le matin plus avancé, dans la lumière hivernale, avec son ordre battant neuf, son impatience, son attente, cette tension que les petits exaucements momentanés, tangibles, ne faisaient qu’aggraver ; puis toute cette matinée abrupte, une montagne à gravir vite, beaucoup trop vite, et enfin dans tout cet incertain, cet inimaginable, ce pas possible : quelque chose de réel, une réalité si étrangement mêlée au merveilleux qu’on l’en distinguait à peine, sans qu’elle cessât d’être réelle. Plus tard enfin, peu à peu déployé, un soulagement, accueilli d’abord comme celui qui se produit quand une souffrance s’interrompt, et qui était pourtant autre chose, et durable, comme il apparut ensuite. Tout à coup, une vie sur laquelle on pouvait faire fond, qui vous portait, et en vous portant, avait conscience de votre présence. Que serais-je sans la tranquillité qui descendit alors en moi, sans cette expérience où réalité et merveille s’étaient confondues ; sans ces semaines où pour la première fois, je m’abandonnais sans me perdre ; sans ces humbles offices qui éveillaient en moi une disponibilité ignorée ; sans ces veilles nocturnes : quand la nuit, la nuit d’hiver, se posait, froide, sur mes yeux que je fermais, attirant ainsi en moi une lointaine étoile, à travers les vrilles de la vigne ; quand il n’y avait plus que le silence, silence de ce plus grand silence que je ne connaissais pas encore, tandis que sur ce fond les moindres bruits nouveaux, mystérieux, se détachaient avec netteté.

Jamais peut-être quelqu’un d’oisif n’aura vécu de veilles aussi légitimes, aussi passionnées, aussi intensément immobiles que je ne l’ai fait alors, dans ces nuits où c’était sur moi, je l’ai compris maintenant, que le travail se faisait. Comme une plante destinée à devenir arbre, je fus alors précautionneusement extrait de mon petit récipient (un peu de terre tomba, un rayon de lumière blessa mes racines), et transplanté ) ma place définitive, que je devrai plus quitter jusqu’à ma vieillesse, dans la grande terre réelle et totale.

Et continuant, ce même jour, à songer, je songeai qu’ensuite Noël était venu, l’image de ce Noël l’emporta, je ne vis plus que le plancher si vaste, montant, en clair-obscur, jusqu’au grand arbre lumineux dont tu t’approchas un instant, vite, avec une incertitude qui était de nouveau celle d’une jeune fille, qui était plus jeune fille que toute autre chose, serrant la petite tête contre ton beau visage et les baignant tous deux dans la lumière que vous ne pouviez pas voir, chacune comblée de sa propre vie et de celle de l’autre.

Alors seulement, j’ai compris que ce Noël était encore présent pour moi ; non pas comme une chose qui a eu lieu puis est passée, mais comme une fête de Noël permanente, éternelle, vers laquelle le visage intérieur pourra se retourner aussi souvent qu’il en aura besoin. Tout à coup, la joie, le bonheur, l’attente des autres Noëls se trouvèrent éclipsés ; comme s’ils avaient été davantage les Noëls de mon cher et bon père, la vraie fête de son cœur soucieux et plein de sollicitude. Mais celui-là était le mien : dans son clair-obscur, son silence, sa pure singularité.

Voilà où j’ai puisé la force d’être seul ce Noël, et pourtant sans inquiétude ni tristesse. Je cesse maintenant d’écrire, je ne ferai plus que songer, et vous le sentirez…

Rainer Maria Rilke.

Voir les commentaires

La vérité tient sa lumière en elle-même, non dans celui qui la dit.

7 Mai 2016, 04:40am

Publié par Grégoire.

La vérité tient sa lumière en elle-même, non dans celui qui la dit.

Chez nous pas de sagesse, pas de folie.

Innombrables les sentences de vos sages, inépuisables les proverbes de vos fous.

Sur les lèvres de os sages, rien qu'un sourire, une fleur de sourire, une neige d sourire_ et dans les yeux de nos fous, même sourire, même fraîcheur.

Car nos sages et nos fous, ce sont les mêmes.

Nous avons écouté vos sages et nous les avons trouvés fatigués. Nous avons regardés vos fous et nous les avons trouvés triste.

Tristesse et fatigue: un seul manteau, avec son envers et son endroit.

Tristesse _   la fatigue qui entre dans l 'âme.

Fatigue _  la tristesse qui entre dans la chair.

La fatigue va en vous d'un pas léger, comme la jeune fille qui rentre après minuit dans la maison de ses parents : lorsque vous vous apercevez de sa présence, il est déjà trop tard, elle a est déjà fait son lit dans votre coeur, elle a déjà serré vos pensée à l'amertume, comme la corde à son pendu.

Vos enfants ignorent cette fatigue. Il semble qu'elle ne vienne en vous avec l'âge,nouée au chagrin comme le lierre à son arbre.

Nos saints ne font pas de miracles. Ils ne marchent pas sur le feu, ils ne commandent pas aux montagnes, ils ne tutoient pas le vent. Nos saints font mieux, bien mieux que des miracles : ils guérissent du chagrin, ils effacent toute lassitude.

 

Nous venons boire la joie limpide dans le creux de leurs mains.

Ni sentences, ni proverbes. Joie seulement, sourire, sourire reposant dans joie.

Car chez nous point n'est besoin de mots: un sourire suffit _ la rosée d'un sourire sur l'herbe d'un silence.

Car chez nous le contraire de la folie ce n'est pas la sagesse, mais la joie.

 

Christian Bobin

Voir les commentaires

De la monstruosité des étiquettes 'progressistes/conservateurs'

7 Novembre 2014, 09:03am

Publié par Fr Greg.

De la monstruosité des étiquettes 'progressistes/conservateurs'

Parmi les critiques adressées à la relatio post disceptationem, se trouve la question de l’équilibre entre miséricorde et vérité. Certains craignent que l’on mette la miséricorde avant la vérité au détriment de cette dernière.

Dans notre esprit, nous ne pouvons jamais échapper à la tentation de faire des catégories. Distinguer les choses est important en termes de clarté conceptuelle. Mais dans la vie, et en particulier dans la foi, pourquoi devrait-on faire des distinctions ? Dans la Bible il n’est pas question de deux réalités. 
En particulier quand Jésus dit : « Je suis la vérité et la vie » ! Cela signifie que la vérité n’est ni une idée si un concept. C’est la personne de Jésus. Il est la vérité et Il est l’amour. Il est la miséricorde ! Quand nous regardons la personne de Jésus, il n’est plus question de se demander qui, de la miséricorde ou de la vérité, doit être premiere. En Jésus, miséricorde et vérité sont unies. Et le défi pour nous est d’intérioriser la miséricorde et la vérité. En Jésus, elles n’entrent pas en conflit car elles sont toutes deux réunies dans sa personne. Nous devrions essayer de l’imiter.
Quand j’étais enfant, mes parents me refusaient parfois ce que je leur demandais. Je répondais« pitié ! » et je pensais « ils ne sont pas miséricordieux ». Mais plus tard, j’ai compris que quand ils me disaient oui ou non, ils exprimaient la vérité. Quelle vérité ? Celle de l’amour. Mes parents ne se disaient pas « maintenant, je vais être miséricordieux » et « maintenant je vais être vrai ».Ils exprimaient leur amour qui était la vérité. Faire ces distinctions est utile en un sens, mais nous devrions trouver en Jésus et dans l’expérience des gens comment les harmoniser plutôt que comment les opposer. La vraie miséricorde, qui est une forme d’amour, ne peut reposer sur des mensonges. Mentir c’est manquer de miséricorde. Une des fondations de la vraie miséricorde est la vérité mais la vérité nous conduit à la miséricorde. Aussi, quand la vérité me rend aveugle à la miséricorde et aux situations de souffrance, elle n’est que froideur et idéologie. La miséricorde et la vérité dépassent leurs propres définitions pour ceux qui en font l’expérience : elles s’incarnent dans la qualité de leur cœur.

Peut-on dire que la nouveauté de ce synode, qui veut partir des personnes, est une certaine forme de pragmatisme ?

Oui, mais un pragmatisme qui parte des personnes. Je m’explique. En anglais, une expression dit : « On va tout faire pour que ce mariage fonctionne ». Mais « fonctionner » ici n’est pas simplement une manifestation de pragmatisme. C’est une chose qui implique des personnes. Le« fonctionnement » ici implique d’aimer et de pardonner en vérité.

Au cours de la conférence de presse de présentation de la relatio vous avez dit que l’esprit de Vatican II se manifestait parmi les pères mais qu’il ne fallait pas dissocier l’esprit des textes. Pouvez-vous expliciter ?

Vatican II a eu lieu à une époque où la plupart d’entre nous étions enfants. J’ai étudié l’histoire de Vatican II, j’ai lu tous les débats de l’époque. Au Concile il y avait 2000 évêques, imaginez un peu… Comment conduire un dialogue de 2000 évêques ? Aujourd’hui nous sommes 200… 


Mais il y a quelque chose de commun dans la liberté d’expression, la manière de prendre en compte les réalités du monde, ce qui était une des véritables beautés de Vatican II. C’était un concile pastoral où l’on accepta à la fois le fait que le monde avait changé et où l’on se demanda comment nous pouvions apporter l’évangile dans ce monde nouveau. C’était un concile profondément missionnaire, fidèle aux enseignements de l’Eglise, mais avec une nouvelle manière de transmettre les enseignements de l’Eglise au monde. A présent, de nouveaux défis se présentent et c’est ce dont parlent les évêques, quand ils mettent leurs peurs et leurs espoirs sur la table. 


Mais quand les gens évoquent l’esprit de Vatican II, il est important qu’ils connaissent les textes. Il faut étudier les documents et les textes pour ne pas leur faire dire ce qu’ils ne disent pas. L’esprit de Vatican II est issu des documents de Vatican II, précisément dans cette ouverture de l’esprit missionnaire.

Un des points majeurs de Vatican II était la place des Eglises locales, ce qui est aussi un des grands axes de réflexion du pape François tel qu’il l’a exprimé dans Evangelii Gaudium. Au terme de ce synode, le pape donnera des orientations générales que les évêques auront charge de mettre en pratique dans leurs diocèses. Comment concilier la liberté des Eglises locales confrontées à des problèmes spécifiques et l’unité de l’Eglise ?

Cette question existait déjà au moment du Concile dont un des fruits est précisément le synode... En convoquant des évêques venus du monde entier, le pape lui-même, qui est un signe visible de l’unité, devra prendre en considération l’expérience des Eglises locales. Vatican II a institué de manière plus formelle les conférences épiscopales dans différents pays et a donné aux conférences la ligne de démarcation entre ce qu’elles pouvaient décider par elles mêmes et ce qui ne relevait pas de leurs compétences. Peut-être ce synode est-il un examen de ce qui a déjà commencé lors du Concile au sens où il devra examiner à nouveau où ce situe cette ligne de démarcation. Mais le souci de l’unité demeure et la manière dont s’opérera cet équilibre sera un des fruits du synode qui aura lieu l’année prochaine. Il y a deux écueils à éviter : celui qui consiste à ne prendre en compte que la diversité au détriment de l’unité. L’unité de l’Eglise est ce qui me permet de me sentir à « la maison » quand je vais à l’étranger. Et celui qui consiste à nier les singularités locales. L’équilibre est très difficile à trouver et chaque évêque est confronté à cette question au niveau de son diocèse.

En parlant d’unité de l’Eglise, vous vous êtes exprimé, lors d’une conférence de presse, contre l’étiquetage des gens entre «progressistes» et «conservateurs». Pourquoi ?

Quand on m’a posé cette question, je me suis senti mal à l’aise parce que je pense que les étiquettes ne rendent jamais compte de la réalité des personnes. Étiqueter les gens est parfois une manière d’étouffer la complexité du réel. Les étiquettes effacent le mystère des êtres. Parfois, aussi, elles servent à dresser les gens les uns contre les autres en leur faisant oublier ce qui pourrait les rassembler. Les étiquettes enferment les gens dans une caricature d’eux-mêmes. Après avoir écouté les évêques et les laïcs au fil de ces premiers échanges, je pense que l’étiquetage des uns et des autres, y compris celle du pape, est une injustice.


Si, quand j’écoute quelqu’un me dire la manière dont il reçoit tel ou tel passage de la Bible, je me mets à analyser son point de vue en plaquant sur lui une grille de lecture en termes de « progressisme » ou de « conservatisme », je nie sa qualité de personne dans ce qu’elle peut avoir de complexe. C’est, je le répète, une grande injustice. Comment éviter cela ? Respectons les personnes. Laissons à chaque personne la possibilité d’exprimer sa complexité. C’est comme cela que nous trouverons un terrain commun. Soyons des personnes qui écoutons d’autres personnes. Les gens ne sont pas des étiquettes. Les gens ont un nom.

cardinal Luis Antonio Tagle, archevêque de Manille.

La vie.fr

 

Voir les commentaires