Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

L'art, horizon du visible et de l'invisible...

23 Mars 2011, 08:28am

Publié par Father Greg

 

 

auguste-macke-femme-a-la-veste-verte.jpg        "Par l’œuvre d’art, il [l'artiste] représente ou il exprime, c'est-à-dire qu’il essaye de rompre une des limites que lui impose la nature. Quand il représente il lutte contre l’impossibilité où il est mis d’échapper à la fuite du temps qui abolit sans cesse ce que nous sommes ; il le confie à une matière plus stable et plus durable que la mémoire. Mais il est une autre impossibilité : celle de faire connaître à autrui ce que l’on porte en soi, le monde inconnu, inexprimable, de ce que l’on ressent, de ce que l’on imagine, de ce que l’on rêve.

L’artiste tente de faire rentrer dans le visible ce monde invisible qui n’existe que dans notre tête ou dans notre cœur. (…) matériellement parlant, l’art est donc un pacte par lequel on transporte, ou transcrit de la matière ; mais quoi ? Quelque chose de l’univers ou quelque chose de soi ; un reflet du monde extérieur ou du monde intérieur, et bien souvent les deux à la fois. Car tout ce qu’on se figure dans l’univers, on l’interprète immanquablement à sa manière ; on y imprime son propre accent. (…) par l’art, ce qui est dans l’âme prend forme, devient une réalité visible ;  par l’art, la réalité visible, jusque-là uniquement physique, prend un sens humain, acquiert une âme. Merveilleux et fécond  échange d’où naît une tierce réalité, qui est à la fois l’homme et le monde, qui participe des deux et les relie, en les portant en même temps à un degré supérieur d’existence, celui de la beauté.

Un miracle est accompli. Auparavant, l’homme se sentait uni de force à l’univers et séparé de lui par nature, comme l’âme peut l’être dans le corps. Il vivait écartelé entre deux mondes incompatibles : celui de la morale et celui de la vie physique, sans arriver à combler ni à franchir le gouffre qui les sépare. Il parvenait à agir sur ce monde physique, il parvenait même à essayer de la comprendre ; il ne parvenait pas à se confondre avec lui. L’art crée le lieu de rencontre ou les deux réalités au lieu de s’affronter comme dans tout le reste de notre existence trouvent enfin un prestigieux terrain d’entente, s’harmonisent, fusionnent même.

L’art surgit à mi-chemin de l’homme et de l’univers. L’homme se reconnait en lui, y retrouve ses pensées et ses sentiments, en même temps qu’il fait sien ce qui l’entoure et qui n’est pas lui. La dualité irréductible de sa double expérience externe et interne se trouve enfin résolue. (…) c’est la clef même de la nature de l’art, de son rôle, de sa raison d’être : c’est sa définition et ce qui fait son importance irremplaçable, indispensable dans l’équilibre humain. »

 

René Huygue, L’art et l’homme.


Commenter cet article