Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Travail, art, personne (V)

20 Janvier 2012, 04:02am

Publié par Father Greg

La croissance de la personne

 

edouard-manet-madame-manet-au-piano.jpgLe travail se situe pour l'homme dans l'ordre du devenir de sa vie, donc dans le devenir de sa croissance d'homme, ou de son déclin ; il augmente ses relations et leur donne un caractère spécial, plus ou moins personnel. Un père peut dire à son fils : « J'ai acquis pour toi, par mon travail, telle ou telle situation » ; cela peut faire partie d'un patrimoine commun, familial ou politique ! Cela est vrai en particulier pour le travail de la terre. Pour le travail intellectuel également, mais d'une manière plus complexe, plus difficile à préciser : la bonne renommée du père, du grand-père, d'un homme intègre et intelligent dans son travail, permet au fils ou au petit-fils d'être plus immédiatement reçu comme médecin, avocat, professeur ; cela est net pour toutes les carrières libérales. Rien ne peut remplacer le travail personnel honnête, intègre, intelligent, parfois génial, pour situer un homme dans son milieu et lui donner tout son rayonnement, sa véritable personnalité. En précisant bien que, lorsqu'il s'agit du travail intellectuel, pour accomplir une charge, une fonction importante dans la cité, les deux qualités propres sont l'intelligence et l'intégrité. Lorsqu'il s'agira d'un travail manuel, on sera aussi plus attentif à la vigueur, la force, l'endurance pour être fidèle à la tâche promise.

 

Cela montre bien que le travail humain réclame à la fois l'intelligence pratique ennoblie par un habitus d'art, et une volonté bien développée dans le sens de la justice et des relations amicales. Suivant la diversité des travaux à exécuter, pour que le travail soit intelligent et intègre, il faut acquérir les divers habitus d'art, ainsi qu'une grande habileté. Nous comprenons par-là que le travail bien fait intègre profondément l'homme dans ses relations propres avec l'univers, pour réaliser un « milieu » où il pourra s'épanouir et se reposer.

 

Si le travail n'est pas un élément essentiel à la structure de la nature humaine, il est donc cependant essentiel à l'épanouissement de la personne dès qu'il est bien finalisé, dès qu'il est qualifié comme ce qui permet à l'homme d'acquérir tel ou tel habitas d'art. Alors il réalise l'épanouissement de sa vie d'homme qui éduque et qui rayonne grâce à son activité propre de chercheur de la vérité et d'ami. Il permet ainsi à ses amis de s'épanouir, de finaliser de plus en plus près de lui leur vie d'homme ; cela réalise le bene vivere, qui devient hélas si rare dans notre monde. Le travail comme tel n'est donc pas ce qui structure la personne humaine, mais ce qui permet à la personne humaine de s'épanouir.

 

Si le travail est bien finalisé, l'homme travailleur peut, grâce à son travail, atteindre par lui-même sa propre perfection. Il peut aussi, grâce à son travail intellectuel ordonné à la vérité, atteindre sa propre finalité et avoir une certaine fécondité spirituelle. Par lui-même, le travail ne touche pas  a finalité de la personne humaine : il reste de l'ordre des moyens, mais il est un « moyen privilégié » et unique, permettant à la personne humaine, s'il est bien ordonné à la recherche de la vérité, d'atteindre vraiment sa propre finalité.

 

Fr MARIE-DOMINIQUE PHILIPPE,  Aletheia, Ecole St Jean.

Commenter cet article