Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

L'avent: réapprendre à aimer!

2 Décembre 2012, 01:01am

Publié par Fr Greg.

 

d3eb8f94-8e9d-11df-9f2d-6ba9dc67bbc3.jpg

 

Le temps de l’avent, c’est le temps de l’avènement : le temps tant attendu est arrivé ! L’avent, c’est le temps de la présence de Dieu qui vient demeurer au milieu de nous. Il n’est plus loin, dans le sanctuaire, mais il vient, s’unir à nous, pour nous dire qu’il est là pour nous.


L’avent c’est donc vivre du terme qui est déjà là. C’est vivre de cette présence caché, en attendant qu’elle se manifeste pleinement.


Comment on fait ? On doit en premier redécouvrir pourquoi Dieu s’incarne ? Pourquoi il se rend présent, si proche ? Quel est son intention ? Pourquoi veut-il cette proximité nouvelle ?


La présence de Jésus pour chacun, c’est en premier une initiative gratuite, un don pur, un don qui est de trop. Une gratuité excessive. Et c’est cela le salut. C’est Dieu qui vient nous faire sortir de nos schèmes désespérant de quête de perfection, de scénario déprimant d’une vie propre et parfaite, ou chacun serait autonome et sans vulnérabilité, sans pauvreté aucune. C’est Dieu qui vient nous purifier de tout pharisaïsme de la loi et d’un primat d’un ordre idéal! L'amour est souvent mort en nous, ou à l'état de survie! C’est pour cela que c’est un enfant qui vient : rien de plus gratuit et de moins ordonnée qu’un enfant. Un enfant c’est un sans gêne qui impose son rythme à tous les autres…

 

Et c’est ainsi que Dieu vient nous ‘rééduquer’ à l’amour.Il vient gratuitement et définitivement, sans que l’on puisse se préparer ; c’est de fait sa présence qui est le seul moyen de nous préparer à son don. 


C’est pour cela que la lumière de l’avent, c’est Marie, la Femme. Celle qui a pour vocation de maintenir l’amour, de maintenir la gratuité en éveillant notre coeur à la présence de Celui qui est là et nous attend; C'est celle qui vient porter pour  nous nos misères pour que l'on arrête de se replier et de pleurnicher sur elles. Et c’est Marie que nous devons regarder pour se laisser posséder par cette présence mendiante de Jésus pour nous.


Le rôle de Marie sur nous c’est de nous ouvrir à celui qui se donne et qui est de trop ; et  cela c’est aimer : non pas ‘se donner’ dans une espèce de générosité efficiente, mais accepter de pâtir sous l’effet d’un autre qui nous attire ; aimer c’est laisser quelqu’un débarquer, s’imposer et choisir qu’il soit celui qui nous renouvelle, source pour nous. C’est accepter que notre temps soit ordonné par l’autre, accepter d’être dans un état de fragilité face à celui qui seul peut achever en moi ce qui est le plus moi-même ; c’est accepter de se dévoiler, dans ce qu’on a de vulnérable et de fragile…

Fr Grégoire.

©www.quecherchezvous.fr

Commenter cet article