Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

L'amour, sommet humain...

11 Juillet 2011, 05:41am

Publié par Father Greg

 

 

 

 

552 (...) En fait il n'y a découverte que dans l'amour. C'est une expérience fort risquée où les chances d'erreur sont grandes, d'abord sur le sujet lui-même, puis sur la force du sentiment qui l'anime et aussi pourquoi pas?, qui vous anime vous-même. Cependant c'est l'aventure la plus haute et il y a une certaine lâcheté à s'y dérober. Beaucoup de philosophes, et non des moindres, ont consacré des pages fort éloquentes à la connaissance par sympathie dont l'instrument serait l'intuition nourrie par l'amour.


C'est une belle histoire très bien contée, mais qui laisse un peu sceptique. Dans l'intérêt même de l'amour, il faut conserver une part de mystère. L'être aimé entièrement découvert et mis à plat deviendrait rapidement ennuyeux. Jusqu'au dernier jour, il faut qu'il détienne un secret. Et ce secret, parfois, est celui d'un amour plus profond, plus viscéral, que les âmes en causes ne pouvaient elles-mêmes supposer.

 

Au soir de la vie, on découvre, avec une force accrue à mesure que les années passent, qu'il n'y rien à découvrir mais que tout est à construire. C'est, je crois, la plus grande découverte qu'un être humain puisse faire. Tout devient plus clair, dès qu'on a compris que nos choix nous créent, et du même coup nous libèrent, nous libèrent de l'incertitude, des hésitations, du caprice. Une vie est une série de choix, même si certains de ces choix sont inconscients, et ces choix nous construisent.


Il peut arriver aussi qu'on découvre, en jetant les yeux sur son passé, une cohérence dans ces choix. C'est une agréable surprise que la découverte de ce fil d'Ariane. Est-ce une illusion de l'âge ou désir irrépressible d'unité? Peut-être les deux. Il s'y ajoute, je crois, la conscience, parfois bien tardive, d'un sens de l'existence. Ce sens, on ne l'avait pas découvert clairement, mais, dans ses actes on en tenait compte, comme si un maître intérieur n'avait cessé de veiller sur l'essentiel et de nous pousser doucement vers lui... 

 

Jacques de Bourbon Busset, l'Absolu vécu à deux.