Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

« À vous qui m'écoutez, moi je vous dis : "Aimez ! » Math 5, 44.

9 Février 2021, 20:02pm

Publié par Grégoire.

« À vous qui m'écoutez, moi je vous dis : "Aimez ! » Math 5, 44.

« Hypocrites, Isaïe a bien prophétisé à votre sujet : Ce peuple m’honore des lèvres mais son coeur est loin de moi … »

L’hypocrisie dont Jésus parle est, dans notre relation à Dieu, de faire semblant d’y arriver. Donner l’apparence d’être proche de Dieu, alors qu’on est dans une fidélité formelle, une obéissance à des traditions très humaines : on répète, on suit pour se sécuriser, parce qu’on a toujours fait ça, et que si aujourd’hui « rien ne va plus » c’est qu’on ne fait plus « comme avant ». 

L’hypocrisie est un manque de vérité, un mensonge, parce qu’on a peur d’avouer que de fait on n’y arrive pas et du coup on fait semblant ! On fait croire, d’abord à soi-même, puis aux autres, que cela va alors qu’on est simplement dans des moyens certainement pieux, très religieux, et en fait très humains ! 

Et ensuite on se pose en mesure des autres suivant s’ils suivent ou non ces moyens ! On fait comme tout le monde et on exige que tous fassent comme nous ! C’est très mondain et c’est même être comme un cadavre : on suit les opinions, on répète, on descend le fleuve !

On absolutise des moyens et on oublie qu’ils sont au service d’une rencontre, d’une amitié avec Dieu. Ou même, on se sert de la liturgie, de nos exercices pieux pour cacher notre peu d’intimité avec Dieu. On s’exclame « oh, c’était beau » oui,  très bien, mais in fine, est-ce que cela t’a rendu plus proche de Jésus ou de ton frère ? 

Ou bien, on se sert même de Dieu pour éviter d’être complètement donné au prochain, on prétexte « l’heure de la prière, de l’office, du rosaire » pour éviter d’avoir à perdre du temps pour l’autre qui nous le mendie, parce que l’autre nous dérange, et que ce n’est pas humain d’être totalement donné à l’autre tel qu’il est ! 

Non, ce n’est pas humain, ni normal, ni même raisonnable !c’est divin que de choisir de mourir pour son prochain, de tout lui donner ! Mais c’est de trop pour nous !

Le jour où on entre en communauté ou quand on prononce ses voeux, le prieur nous demande d’abord publiquement : « frère bien-aimé, que demandez-vous ? » et on répond : « la miséricorde de Dieu, l’aide de mes frères… » 

La première promesse que l’on fait c’est mendier l’aide de Dieu et de ses frères. On ne promet pas de cocher toutes les cases et d’atteindre un certain but ! Pourquoi ? Parce qu’on a accepté que, par le baptême, notre vie est perdue en Dieu. Elle est perdue. Comme le grain de blé tombé en terre, nous sommes enfouis en Dieu ! Je choisis de ne pas utiliser ma vie à quelque chose, mais je la lui remets pour que Lui en fasse ce qu’il veut. C’est Dieu qui utilise tout ce que je suis ! C’est lui qui en tire une efficacité divine.

Mais tant que je n’ai pas choisi que ma vie est perdue, qu’elle doit être répandue en pure perte, inutilement, alors je reste avec l’espoir d’un résultat humain, de faire quelque chose de ma relation à Dieu ! Du coup, je me récupère sur des moyens à ma portée !

Et alors, on est ni libre, ni vrai, et même très souvent, esclaves de moyens religieux qu’on absolutise, et menteur, car alors, on essaie de montrer qu’on y arrive, qu’on s’en sort !

Or, la seule question c’est: où en suis-je dans mon amitié avec Jésus ? Ais-je le désir d’aimer mon prochain comme Jésus l’aime ?  Ça c’est la seule loi, la seule règle ! Et là, sans Lui, on ne peut rien faire !

 

Grégoire +

Commenter cet article