Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Il y a une heure où, pour chacun de nous, la connaissance inconsolable entre dans notre âme et la déchire.

23 Novembre 2017, 04:27am

Publié par Grégoire.

Il y a une heure où, pour chacun de nous, la connaissance inconsolable entre dans notre âme et la déchire.

Il était atteint par la maladie propre à ceux qui se confondent avec la place qu’ils tiennent dans la société : le sérieux fige leurs traits, la raideur gagne leur corps puis leur âme, ils sont devenus leur propre statue et plus rien ne les fera descendre de leur socle que leur mort. (...)

Une coutume veut que les vivants lavent les morts avant de se séparer de leurs dépouilles. J'ai vu et entendu, clairement vu et entendu que, par l'océan, les morts s'approchaient sans fin de nous avec une extrême délicatesse, comme s'ils éprouvaient le besoin de venir laver les vivants- et Dieu sait si les vivants ont besoin d'être lavés. (...)

S. est en proie à la maladie de la perfection. Elle pense que tout ce qu'elle fait est incomplet, mauvais, raté. Elle voudrait qu'une seconde vie lui soit donnée comme un beau papier blanc sur lequel elle pourrait recopier la première, en lui enlevant ses tâches et ses ratures. Elle ne voit pas que le brouillon c'est la vie même. (...)

J'ai toujours eu un léger dégout pour ceux qui sont capables de commenter pendant des heures la finesse ou l'arôme d'un vin , amenant dans leur parole, pour des choses sans importance, une délicatesse qu'ils ne mettent pas dans leur vie (...)

Ils prétendent vouloir la vérité et, si vous commencez à la leur dire avec douceur et bienveillance, ils vous tuent.

J'ai trouvé Dieu dans les flaques d'eau, dans le parfum du chèvrefeuille, dans la pureté de certains livres et même chez des athées. Je ne l’ai presque jamais trouvé chez ceux dont le métier est d’en parler.

Christian Bobin, Ressusciter.

Commenter cet article