Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

La Nature seule importe

30 Mars 2015, 06:00am

Publié par Grégoire.

La Nature seule importe

« Je sais que la Nature seule importe : la Nature et le Temps. En regardant la Nature avec patience, on finit par trouver la Vérité. Dans les écoles on ne trouve que deux ou trois recettes qui se transmettent de génération en génération.

Il faut donc se mettre devant la Nature, devant son mystère. Il faut, pour la pénétrer, donner sa vie ou une grande partie de sa vie. Ainsi, ce que l’on apprend d’elle on le retient, car on le fait sien. Et si l’on comprend quelque chose, c’est un don créateur que la nature s’est laissé ravir. Les observations faites devant la nature sont votre création, création au regard de l’impuissance générale et non de la Nature elle-même. Puis, si vous faites d’autres observations, c’est le secret même de la nature que vous découvrez à nouveau.

Mais il est nécessaire pour cela d’être lent, de se tromper, de revenir ensuite sur le sujet de son étude, de même qu’il faut battre et rebattre le fer pour qu’il soit fort.

On ne gagnerait rien à comprendre du premier coup, car à chaque étape de l’art il faudrait recommencer son travail. Pour qu’il entre dans l’habitude de votre cerveau et qu’il devienne le secret de votre art, il faut s’assimiler longuement le secret de la nature. Ce n’est pas tout que la tête comprenne. Il faut en quelque sorte que tout le corps s’en nourrisse, il faut que cela entre dans le sang. C’est ce que l’on peut appeler la passion, l’amour éperdu de son art. Tout ce qui se fait trop vite ne peut pas être profondément compris, car il y a de la passion dans l’entière compréhension et la passion n’est pas une chose qui vous traverse mais une chose qui vous habite, qui vous possède.

Il faut pour cette étude une incroyable patience -il faut aussi de l’intelligence, c’est-à-dire la volonté de comprendre- et il faut de la pauvreté, car la pauvreté contient la solitude et par là elle défend l’homme contre toute dissipation, et le garde de son milieu.»

Auguste Rodin, « Eclairs de pensées »