Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Une lumière s'est levée...

23 Janvier 2011, 13:46pm

Publié par Father Greg

 

Le peuple qui demeurait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière. Sur ceux qui habitaient dans le pays de l'ombre et de la mort, une lumière s'est levée. 

 

 

Petworth-Park-by-Joseph-Mallord-Turner.jpg Jean Baptiste vient d’être arrêté. Mauvais temps pour les prédicateurs : ceux qui proclament la vérité dérangent ! On les fait taire. Ce serait donc le moment de ne pas faire de vagues, de rester tranquillement dans son village. C’est au contraire comme le signal pour Jésus de quitter Nazareth-les-collines pour Capharnaüm-sur-Mer.

 

Contrairement à Jean-Baptiste, il ne va pas au désert mais en pleine ville, il ne va pas comme Jean en Judée mais au cœur de la Galilée, il ne rejoint pas la terre sainte du Temple mais la terre des païens. C’est une vraie rupture : ce ne sont plus des prêtres que Jésus appelle mais des pêcheurs du lac, non plus des docteurs mais des pauvres. Et Jésus ne prêche pas d’abord la pénitence mais la « proximité immédiate du Royaume ».

 

Et il débarque pour éclairer « ce pays de l’ombre », ce pays qui sent la mort*… pour être source de vie, pour que tout ce que l'on a détruit ne soit pas en vain; Il vient assumer tout rejet, toutes nos morts et s'en servir, leur donner sa fécondité! Et pour que ceux en qui la promesse s’est un peu éteinte, ceux qui n’attendent plus parce qu’ils s’appuyaient sur eux-mêmes, entre dans la gratuité de son don; « Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est proche. » Cela veut dire : 'mais pétard, ouvre les yeux et appuie-toi sur mon don pour toi ; C'est réel! Du réel divin, donc caché, mais du réel qui est éternel, substantiel, qui ne passe pas! Je suis là avec toi, pour  reprendre tout ce qui fait ta vie d’une manière nouvelle, donner à toutes choses une nouvelle signification, une nouvelle fécondité'.

 

 

Et nous, on ne le voit pas, parce qu’on est les yeux vissé sur nos pieds, sur nous-même. On vit tellement dans notre tête plutôt que dans le réel. On est tellement repliés, que nos milieux chrétiens deviennent vite des caves moisis ou on compte notre avoir, nos petits acquis. On vit si facilement en mode « chasse la neige ». Et Jésus nous dit : « vas-y, fais une conversion, lâche tes bâtons, suis-moi ».  

 

Et pour cela, pour y aller tout ‘schuss’, il faut lui demander qu’il nous dise « Venez… viens à moi » pour que sa parole nous fasse vivre de sa vie; pour toucher que non seulement il ne nous est plus extérieur, mais sa présence immédiate reprend tout ce qui est mort: Il est une source substantielle, en lui plus rien n'est vain, rien n'est perdu de notre vie.

 

 

Fr Grégoire.