Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

son visage ocreux aux yeux bistrés de fakir...

1 Août 2013, 15:47pm

Publié par Fr Greg.

Poulbot1.jpg

 

 

Tournant vers moi son mufle caoutchouteux Fabia me fixait de ses prunelles de lionceau. Campée joyeusement à l'entrée de la classe, la sauvageonne en carreaux multicolores rayonnait. Le jus doré de son sourire et ses cheveux de blé foudré glorifiaient l'éternel. Son tablier martiniquais était le tissu où Dieu entrecroisait les fils dorés du vivant. Le hasard plaça près de moi cette part démuselée de mon âme. Pendant les cours la mulâtre suçait son pouce, royalement vierge du savoir. Belle comme une exception grammaticale, ses baillements changeaient la classe en paradis primitif. Tournée vers son visage ocreux aux yeux bistrés de fakir, je voyais sa salive couler de son pouce d'ambre fin. A ses côtés je me forgeais une ardente âme d'illettrée. Un nombre astronomique de taches d'encre léopardisaient ses mains. Fixant un ennemi de ses yeux retroussés de flamme : "Toi je ne t'aime pas!" Adorante de sa vérité, je la regardais faire dangereusement de la balançoire, ses pieds tendus fracassant le ciel.


Empilant les verres cannelés du refectoire, a petite Moïse en faisait une arche d'alliance qu'elle brisait d'un coup sec. Puis elle plongeait sa montre neuve dans le lavabo des toilettes, la martelant avec une pierre. Dévorant les oranges avec leur écorce cireuse, elle ramassait dans la poussière de la cour du bubble-gum momifié qu'elle ressuscitait dans ses joues de charbon rose avant de me l'offrir. Le jour où elle m'invita à déjeuner, les assiettes jeûnèrent dans le placard. Il n'y avait rien à manger : ce rien me fut une révélation. Le mois suivant elle poussa la jeune princesse de Galles dans l'escalier et fut renvoyée sur le champ.


Lorsqu'elle partit, emportant avec elle la goutte de sang noir qui enrichissait l'Occident, ses espadrilles caoutchoutées s'ourlèrent d'un feu rose. Avant de disparaître l'enfant prophète fit ses adieux à tous sauf à moi : c'est ainsi que je sus qu'elle m'aimait.

 

" La foudre". Lydie Dattas