Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

L’émerveillement... (III)

29 Août 2011, 05:44am

Publié par Father Greg

 

rene-magritte-cartes-blanches.jpgUn monde peut en cacher un autre, un savoir peut cacher une sagesse et le travail de la raison déboucher sur la stupeur d'exister.

 

Il faut avoir grandi pour parvenir à un tel émerveillement. Il faut notamment avoir renoncé à son émerveillement d'enfant de découvrir son émerveillement d'adulte.

Quant tel n'est pas le cas on assiste à une grave régression... Ne nous le cachons pas, il existe un émerveillement niais. Il réside dans la façon que l'on peut avoir de s'extasier de tout. Signe de mensonge et de fuite. On s'extasie parfois pour masquer une profonde incapacité à penser. Le sot qui n'a rien compris (mais qui ne veut  passer pour un sot) s'extasie ainsi, il trouve tout merveilleux. Les esprits  avisés ne se laissent pas prendre à ce petit jeu, aussi critiquent-t-ils l'émerveillement comme Aristote, Spinoza ou bien encore Flaubert.

Vieille leçon des sages de l'antiquité vielle leçon du poète Horace. Le sage n'admire rien, il tient son intelligence en éveil. On admire toujours trop, on ne discerne pas assez. Salutaire leçon. S'il faut de l'émerveillement pour entrer dans la vie, il faut un recul critique pour s'y maintenir. C'est ce qu'apporte l'adulte, une responsabilité après une fraîcheur. Geste de maturité; geste indispensable; Quand on ne s'est pas délivré de ses émerveillement d'enfant, cela commence dans la niaiserie et finit dans le drame. Qui ne se transforme pas en passant par une phase d'ascèse, de désert, d'épuration, de maturation, de densification, ne sépare pas la matière de l'esprit. Ne les séparant pas, ils les vit comme englués. Les vivant comme englués, il finit par manquer et la matière et l'esprit, si bien qu'il finit par se couper du Logos. Il bascule alors dans le nihilisme, le vide que l'on n'a pas assumé afin de croître revenant sous forme de néant...

Bertrand Vergely, l'emerveillement.

Commenter cet article