Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

L'amour durable...

10 Octobre 2011, 05:04am

Publié par Father Greg

 

A_Lady_and_Two_Gentlemen_detail_ca_1659.jpg  L’amour durable est la chose qui mérite d’être prise au sérieux. C’est pourquoi, de tout temps, le mariage a prêté aux plaisanteries. Et pourtant, comment ne pas ressasser, répéter, marteler que l’amour dans le mariage est l’école de la transparence ? Ainsi que le dit Salomon, « comme le visage se reflète dans l’eau, le cœur de l’homme se retrouve en autrui ». C’est dans la foi de Laurence que je retrempe la mienne, inquiète et insatisfaite. La foi se pense, s’épure, se recommande à l’intelligence ; elle n’est pas la conclusion d’une chaîne de raisonnements. Si l’on accepte qu’il y ait dans le monde du sens, on ne peut refuser l’hypothèse que ce sens se soit incarné. Reste à donner son assentiment à la proposition que Jésus-Christ est l’Amour incarné. Si on le donne, on s’aperçoit bientôt que, comme l’amour, la foi est une fidélité libératrice. Cette formule ne signifie pas que la fidélité, par elle-même, libère. Ce serait jouer sur les mots. Beaucoup de fidélités mortes sont des infidélités permanentes. Il est important avant tout de déterminer le minimum auquel on donne sa foi et de ne pas craindre d’être très restrictif. Peu de fidélités, mais vigoureuses.

……..

Cette traversée sur eaux calmes ou orageuses, mais ce ne sont que troubles de surface qui ne nous troublent guère, cette lente et sûre descente vers la mort, cet acheminement vers la destruction sans doute précédée d’une période de déchéance, cet abandon progressif des diversions, cette clôture dans laquelle nous nous enfermons par goût plus que par nécessité, tout cela pourrait faire une atmosphère confinée et lourde, au contraire cela fait un climat léger, vif, qui pétille comme du champagne. C’est un mystère. Nous sommes sans doute soutenus et conduits. La partie que nous avons engagée est la seule où les inégalités de santé, d’éducation, de fortune ne comptent plus. Tous ceux capables de s’inquiéter pour quelqu’un d’autre qu’eux-mêmes peuvent entrer dans le jeu. Quel en est donc l’enjeu ? Il s’agit de savoir s’il est possible d’arriver à un point où l’amour humain est, autrement qu’en paroles, plus fort que la mort. J’avoue n’en être pas sûr. J’ai vu mourir assez de tout proches pour savoir à quelle vitesse ils s’éloignent. Quand ils surgissent au détour d’une phrase, d’une allée ou d’un couloir, je reconnais leur pas et leurs gestes d’ombres chinoises qui glissent, ne laissant aucune trace, pas même la poussière légère du tilleul qui entre, avec le soleil et le vent, par le fenêtre où, comme moi, ils s’accoudaient. Certes, mes liens avec mes parents et mes frères avaient, chacun, sa nuance et cette diversité gêne sans doute l’évocation. Dans le cas de Laurence, ce serait différent, mais cette idée m’est odieuse, ce qui démontre la fragilité de l’entreprise, puisque l’issue, je la repousse et la récuse de toutes mes forces.

 

Jacques de Bourbon Busset, l'amour durable.


Commenter cet article