Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Gender: l'homme et la femme, ça n'existe plus ?! (III)

18 Novembre 2011, 05:35am

Publié par Father Greg

 

434-465-thickbox.jpgTrafiquer le langage, prostituer les mots.


     Et à qui l'enfant doit –il dire « maman » ou « papa » ? Puisqu'il n'y a plus de différence, il faut inventer un mot bivalent : Ma-pa ? Pa-man ? N'importe quoi !

Dans les écoles, il faut banir les mots de garçons et de fille… « Dans ma classe, j'ai 14 bi, 8 homos, 3 hétéros et pour le moment, un seul trans. » Mais demain, ça peut changer, la nuit porte conseil, n'est-ce pas ?

     

Sept 2011 : « 2 organisations féministes lancent une campagne pour supprimer la mention « Melle » dans les formulaires, perçues comme discriminatoire, violant la vie privée. Mais avec l'obligation d'écrire ton gender, ce sera bien pire !

     

Les mots même de père/mère, enfant, frère, sœur, époux-se, fils/fille doivent être éliminés dans toutes les langues, le plus vite possible, sans parler du mot honni entre tous de famille. Cela puisque tous rattachés à ces 2 mots détestables entre tous : homme-femme. Et donc aussi, ipso-facto, ceux d'amour, don de soi, communion, etc…


      On veut la parité dans tous les domaines, entre autres politique. Désormais, il la faut donc entre genders. Proportion égale au Parlement, au gouvernement, des hétéros, homos, bis et trans en attendant les autres annoncés. Un mandat sur 5 du Président, ça doit être un trans, etc… Vous les candidats à l'élection présidentielle, qui approuvez ou promouvez les genders, quel gender est le vôtre actuellement ? Avouez-le franchement pour gagner des voix ! Soyez cohérents avec vos théories !

      Elèves, collègues, subordonnés, boss, ils m'appelaient Mlle. Ce matin, j'ai décidé : ce sera Mr. Ça vous dérange ? Mais respectez mes opinions, mes choix, ma liberté ! Mon sexe, mais j'en fais ce que je veux, non ? Ne m'enfermez pas dans vos catégories périmées, vos stéréotypes, j'ai le droit de faire des expériences, non ?

Je suis qui, je suis quoi moi? S.O.S. je coule !


      Mais il y a bien plus dramatique que ces conséquences anecdotiques frisant le ridicule. A l'âge où l'ado est déjà tellement influençable, malléable, en pleine recherche de lui-même, en plein tâtonnement, archi-vulnérable, voilà que ça y est ! Le dernier verrou a sauté. Enfin ! Certitudes, normes, repères, balises : tous sont déjà dynamités les uns après les autres. Vérité-erreur, bien-mal, bon-mauvais, permis-interdit : tout cela c'est kif-kif bourrico. Restait un ultime repère. Le seul tenant encore, parce que de l'ordre de l'évidence absolue : parce qu'universel, de toutes les cultures, sociétés et religions du monde (sauf quelques anomalies) : l'homme et la femme ! La sexualité devient fluctuante, polymorphe, modifiable à gogo. Régression vers la sexualité infantile au rêve androgyne : être à la fois ou successivement garçon et fille. Bref, le complexe Michaël Jackson.

     

L'ado déjà en pleine tempête d'identité, on va encore l'aggraver, en lui arrachant tout phare, toute ancre, tout port. Se débattant en s'enfonçant dans un marécage, non seulement tu refuses la perche qui pourrait l'en sauver mais tu l'y enfonces jusqu'au cou, si pas au-dessus de la tête. 

Paradoxe : devant la déferlante de la délinquance juvénile, on veut réintroduire des cours de morale pour que les jeunes « sachent distinguer entre le mal et le bien » alors même qu'on leur inculque qu'il n'y a plus de différence entre l'homme et la femme ! Paradoxe : on décrète que l'hétérosexualité est simplement culturelle, - phénomène de société - mais on affirme que l'homosexualité, elle, est « naturelle », voire génétique.

      Non ! mais ça va pas la tête ?

     Bien sûr qu'il faut « devenir homme ou femme » - c'est l'évidence ! – mais à partir ce que qu'on est, de par sa conception, et non suivant le matraquage publicitaire, la mode sociale, les slogans des lobbies, les attraits subjectifs. A partir du donné d'origine, et non de l'imposé par la société. Bien sûr qu'une large part de l'image de la femme et de l'homme, de leurs rôles respectifs dans la société dépend de la culture, de la religion et des traditions (comparez notions, statuts, et condition de la femme dans l'Islam et dans le Christianisme .). C'est une évidence Mais cela ne touche pas à leur identité respective de base. Je veux devenir – effectivement ! – mais pleinement ce que je suis.

Daniel Ange.

Commenter cet article