Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Au-delà des collines...

29 Novembre 2012, 00:09am

Publié par Fr Greg.

...  ou 'la foi sans intelligence entraine les pires corruptions'! 

 

20243444-r 640 600-b 1 D6D6D6-f jpg-q x-xxyxx

 

 

 

 

Le plus terrible dans ce monde, c’est que chacun a ses raisons.” 

 Jean Renoir, La Règle du jeu.

 

Au-delà des collines emporte le spectateur au sein d’une communauté religieuse perdue dans la campagne roumaine dont le quotidien se trouve bouleversé par un élément extérieur : Alina, l’amie d’enfance de Voichita, l’une des sœurs, revenue d’Allemagne et encore amoureuse de celle qui a depuis embrassé la vie religieuse.

 

Inspiré de faits réels, le film s’emploie à décrire avec autant d’attention les tâches du quotidien (prières, préparations des repas, puisement de l’eau du puits) que les événements qui dérèglent petit à petit le rythme pieux et languide de la communauté : les explosions de violence de cette étrangère et l’épreuve que les religieux lui font subir. Ce qui donne à l’écran une alternance de plans fixes de toute beauté avec pour toile de fond l’hiver enneigé de la campagne roumaine et la pénombre des intérieurs, et de plans séquences énervés, le tout servi par la photographie d’Oleg Mutu, déjà au service de My Joy, le chef d’œuvre de l’Ukrainien Sergueï Loznitsa.

 

592q3 480x270 2blsle

 

 

 

Mais Mungiu ne prend pas son temps uniquement pour servir du formalisme vain. Si son film s’étire ainsi, c’est pour mieux distiller la tension sourde qui l’habite de bout en bout. Au fur et à mesure que le pope enchaîne les séances d’exorcisme censées chasser le malin qui contrôle l’âme perdue d’Alina, le film menace de sombrer dans l’horreur à la lisière du fantastique. On sait que tout ceci ne peut que mal finir, que le drame plane comme une épée de Damoclès, qu’il éclatera, mais pas un instant on peut s’attendre à la forme qu’il prendra. Si le film tend vers l’inéluctable, puisque chaque personnage se retrouve devant des choix les menant dans des impasses (le pope ne veut pas garder une fille rejetant Dieu, mais ne peut non plus se résoudre à la jeter à la rue, sachant qu’elle ne bénéficie d’aucun soutien et n’a nulle part  où aller ; Voichita ne veut pas abandonner son amie ni sa foi), il questionne cependant les conséquences de l’application à la lettre des préceptes de la religion, au point d’en oublier tout discernement. « La plupart des plus grandes erreurs de ce monde furent commises au nom de la foi et avec la conviction qu’elles servaient une bonne cause. » explique le réalisateur.


20103016-r 640 600-b 1 D6D6D6-f jpg-q x-20120510 015944

 

 

Ici, pas de manichéisme, même si la foi orthodoxe en prend pour son grade. Mais Mungiu se garde de condamner, laissant ce rôle aux instances compétentes, à l’instar des policiers venus interroger les religieux, et spécifiant que leur tâche s’arrête là, passant le relai au procureur. Il pose sur ses personnages un regard empli d’une certaine tendresse et le spectateur partage alors leurs souffrances intérieures. Magie du montage, ces lueurs furtives de détresse dans les yeux de Voichita (Cosmin a à la fin d’un plan où elle assiste, impuissante, au calvaire de son amie). La force du film tient dans cette chorégraphie des émotions qui prend son temps pour se déployer à l’intérieur d’un même plan. Au-delà des collines : une absence d’effets au bénéfice d’une tension sourde qui font de ce film un chef d’œuvre bouleversant.

www.laplumenoire

 

audeladescollines604-604x400

 

 

 

Les premières images d’Au-delà des collines  mettent en scène, deux jeunes femmes, élevées dans le même orphelinat, et l’on comprendra, par quelques allusions pudiques, qu’elles y ont combattu, dans une grande proximité, leur condition d’enfants abandonnées. 

 

 safe image

 

Cristian Mungiu signe un film époustouflant, triplement récompensé à Cannes au mois de mai dernier par un double prix d’interprétation féminine à ses actrices principales et le prix du scénario. 

 

Cette œuvre austère aux images très belles aurait aussi pu être distinguée pour ses indéniables qualités formelles : ses cadres, ses lumières et l’incroyable force de ses longs plans-séquences qui, à deux ou trois reprises, laissent le spectateur pantelant.


 video-xuvtr4.jpg

 

 

Cristian Mungiu l’a beaucoup répété : son film ne vise pas à juger, il interroge la société roumaine. Il ne cherche pas à mettre en cause, mais tente de comprendre, derrière ce qu’il appelle « le péché d’indifférence »,  sur quels fondements repose encore, ou ne repose plus, une communauté humaine. 

C’est par la somme de ses détails accumulés que ce long métrage révèle son vrai projet : cerner cet indicible autour duquel s’articulent le bien et le mal.

www.lacroix.com

         

 

 

 

Commenter cet article