Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

« Mes yeux ont vu ton salut, lumière pour éclairer les nations... »

30 Décembre 2020, 13:23pm

Publié par Grégoire.

« Mes yeux ont vu ton salut, lumière pour éclairer les nations... »

Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s'en aller dans la paix, car mes yeux ont vu ton salut’

Le vieillard Siméon c’est l’homme religieux, l’homme qui tend vers Dieu. Notre vie religieuse, de prière, nous met ultimement « en attente ». Le premier commandement, ou pour dire les choses autrement que ce terme devenu synonyme d’obéissance idiote, la première oeuvre de Dieu en nous est ce que les latins traduisent par 'adoration' ad-orao « porter la parole vers » ou prier;  en grec : proskunéo : « se prosterner, tomber sur les genoux et porter le front au sol » ;

Or, cette oeuvre divine qu’est adorer, c’est, comme dit Thomas d’Aquin : « se recevoir » de Dieu, « ab alio » « par Lui, je suis », « de lui je reçois actuellement mon existence » et recevoir actuellement son être c’est ultimement être en attente : Pourquoi me veut-il ? Et pour quoi cette existence humaine ? 

Seule cette attente, l’attente de ce que Dieu veut faire, me permet d’être introduit dans la nouvelle alliance, la vie ‘chrétienne’, qui est la vie divine vécu sur la terre ! Ce n’est plus religieux ou spirituel,  ou même une vie de croyant, c’est Divin : Dieu s’est fait homme,  Dieu se fait chair, pour que jusque dans ma chair je vive, aujourd’hui, à la taille de Dieu !

L’attente -celle de l’avent qui achève toute l’histoire d’Israël, doit nous conduire devant la crèche à dire : 

« Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s'en aller dans la paix, car mes yeux ont vu ton salut » 

L’enfant-Jésus réalise ce que personne n’avait imaginé : cette alliance de Dieu et de l’homme qui assume toutes nos pauvretés, nos misères, pour être, avec Jésus, donné gratuitement au Père, chercher à la connaitre, lui, pour Lui-même.

La chute d’un grand nombre, c’est tout ceux qui croient en eux-mêmes, en leur force, en leur capacité, qui attendent un salut humain, un épanouissement humain ou même religieux !

Et ce glaive, qui traverse l’âme de Marie, c’est l’amour même du Père qui élargit son coeur, et lui fait porter tout les hommes. C’est cet amour qui va l’habiter toujours plus, et qui sera blessé devant l’attitude des grands prêtres qui refusent l’absolu de la miséricorde. 

L’amour du Père est de trop pour nous ! Il est excessif. Ce n’est qu’en demandant à Marie, à Jésus, de nous faire entrer dans l’intention du Père, et d’enlever de nous tout les obstacles à cette incarnation, que cette divinisation de notre personne, de notre humanité pourra se réaliser maintenant.

 

Grégoire +

 

Commenter cet article