Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Le silence de Jésus, signe de la vulnérabilité du Père à notre égard

24 Décembre 2020, 18:53pm

Publié par Grégoire.

Le silence de Jésus, signe de la vulnérabilité du Père à notre égard

Cette nuit de Noël, c’est la nuit de la joie, de notre joie parce qu'elle touche ce qu'on a de plus intime, de la joie du Père qui nous donne son secret, le trésor de son coeur ! C’est la joie de Dieu qui se lie, qui s’unit à nous d’une manière définitive, absolue, inconditionnelle !

Pourtant, il n’y a rien de séduisant, rien d'extraordinaire, rien d’éclatant : un nouveau-né, un tout-petit, un bébé, qui ne parle pas, qui est complètement dépendant et qui a besoin d’une présence maternelle.

Et c’est cela notre joie, notre trésor ?! Pourquoi ? Parce que ce nouveau-né : c’est Dieu ! Dieu comme jamais il ne s' était donné à connaitre et à vivre ! Et cela, c’est la joie du Père : se donner à nous en s’abaissant le plus qu’il le peut.

Le Père veut qu’on soit avec lui comme avec un enfant, comme avec notre enfant : Dieu a besoin de notre présence !

Cette nuit, ce silence de l’enfant-Dieu, c’est l’évangile le plus parlant. C’est le Père qui veut faire craquer nos coeurs. C’est le Père qui -en nous attirant, nous murmure : « J’ai soif de ton amour, j’ai besoin de ta tendresse, je veux voir ton regard se pencher sur moi ! S’il te plait ! Prends moi comme un enfant ! Parle moi comme à un tout petit. … et souris moi, juste souris moi. Je suis ton Père et je t’aime. N’aie pas peur. Ta vie est entre mes mains ! Et moi, je me remets entre tes mains ».  C’est cela ce que le Père dit à chacun de nous, cette nuit.

On doit être boulversé par cette simplicité : Dieu ne vient pas avec puissance, avec éclats, ou en faisant du bruit ! Aucun spectacle ! Le Père ne veut pas s’imposer de l’extérieur !  Il ne fait rien pour séduire ou convaincre. Même pas d’explications ! 

D’ailleurs, son silence est tel qu’il n’y a pas de place pour Lui. Il s’agit là, non pas de culpabiliser, mais juste d’ouvrir les yeux sur ce qui, en nous, nous empêche d’être remplis par sa joie, pour que Jésus nous en libère ! Parce que, l’humanité -et chacun de nous- on est tellement préoccupés de nous-même, de nos petites affaires. On est tellement séduit par ce que l’on fait. On a décidé que l’absolu de nos vies était d’en être des propriétaires féroces, vie sur laquelle personne n’a aucun droit ; alors qu’on a d’abord reçu gratuitement tout ce que nous sommes ! 

Et, la seule vraie richesse que l’on devrait avoir a disparu : Cette capacité à accueillir un autre, cette capacité à être relatif à un autre, à se rendre dépendant.

On a aussi souvent la tentation d’être spectateur, d’admirer la beauté de la crèche. Tel un conte d’antan qui fait partie de l’ambiance mais sans que ce don personnel nous touche plus que ça. Et on met comme une distance entre lui et nous en disant : « c’est beau mais ce n’est pas pour moi ». Or, Noël, ce n’est pas une vitrine, celles de ces grands magasins qu’on admire de l’extérieur ! Toutes ces choses qu’on nous vends, mais qui ne sont à nous que si on paye ! 

Or, cette nuit de Noël, c’est, aujourd’hui, Dieu pour moi ! Dieu à moi ! C’est cadeau ! Sans aucun retard de livraison ! Aucune notice d’emploi ! Aucune limite d’âge ! Sans masques ni distance aucune ! Et je peux abuser de ce cadeau, dormir avec, manger avec : c’est même ultra recommandé !

Souvent aussi, il n’y a pas de place pour Dieu, parce que, concrètement, c’est vrai, Dieu qui s’incarne : à quoi ça sert ? Même pour la paix dans les couples : mieux vaut une tv, une play-station, ou autre gadget informatique dernier cri : cela au moins, ça occupe, ça évite les discussions qui fâchent, c’est nouveau et c’est utile !

Or, là est la salut : ce don de Jésus, c’est inutile ! Un nouveau-né : c’est fragile, c’est petit, ce n’est pas efficace, ni utilisable : cela ne sert pas à quelque chose ! Et, ce n’est pas fait pour servir à quelque chose ! Jésus, c’est Celui qui n’est là que pour moi, livré sans aucune autre raison que d’être là pour moi ! La raison de son don c’est Lui pour moi. C’est l’absolu du don d’une personne à une autre personne ! Dieu dans ce qu’il a de plus intime, de plus vulnérable se livre à moi. Et cela, sans pouvoir être utilisable ou utilisé ! 

Dieu nous « corrige » de tout nos défauts -spécialement celui de vouloir être utile, efficace et admiré pour nos qualités- en se donnant à nous à aimer, sans rien nous apporter d'autre que Lui. en se rendant dépendant de nous ! Dieu nous « punit » toujours en se donnant davantage ! C’est la seule correction qu’il connaisse ! 

 

Dieu, cette nuit, se donne à chacun de nous, en silence. Surtout si on n’est pas préparé ! C’est la magie des cadeaux : on ne s’y attend pas ! C’est ça Noël : C’est Dieu qui nous fait la surprise de débarquer chez nous, parce qu’il veut tout vivre avec nous ! Il vient nous demander si il peut faire partie de notre famille…! 

Est-ce que vous acceptez Jésus à la maison ? Dieu s’adapte à nous pour être avec lui dans la lus grande proximité : on a pas peur d’un enfant. Devant un bébé, on peut être soi-même, on ne se regarde plus. C’est un don qui ne nous écrase pas, on ne peut être qu’attiré par cette bonté fragile, cette tendresse délicate qui se communique à nous en silence. Dieu se donne en nous attirant silencieusement à lui, en nous dévoilant combien il nous est vulnérable. 

C’est cela Noël: Dieu est devenu l’un de nous, pour tout assumer de notre vie, et que nous osions croire à la dignité, au poids éternel de chacune de nos vies, de chacun de nos actes, de chaque instants ; tout en nous acquiers une dimension divine ! C’est cela La Paix de Dieu ! En sortant de cette messe ce soir, il faut que vous ayez la certitude d’être de la famille de Dieu, vous avez sa dignité ! Dieu et moi sommes de la même famille !

  C’est la joie de Dieu : le Père regarde chacun cette nuit, et nous dit : « tout ce qui est à moi est à toi, et toute ta vie, je l’assume ! Mais promets moi une chose : de tout vivre avec moi. » Dieu ne nous demande pas d’être parfait ou sans péché ! Non. Dieu nous demande de tout vivre avec lui, comme une mère et son enfant ! 

C’est SA joie que de se donner à nous sans aucune attente de résultat ! C’est gratuit ! Et c’est d’autant plus gratuit que nous sommes des pauvres types ! Dieu vient nous dire combien il est vulnérable à notre présence, comme personne d’autre n’est vulnérable à notre regard. C’est cela l’Emmanuel, Dieu-avec-moi, parce que je compte incroyablement pour Lui.

Noël, le salut, c’est le Père qui mendie à chacun, de Le recevoir, d’accepter d’être définitivement marqué par sa vulnérabilité à notre égard. Que l’on soit comme blessé -de cette blessure que provoque l’amour, en se laissant envahir par cette bonté aimante de Celui qui me cherche, pour qui je suis précieux, qui crie notre nom en silence.. 

 

Grégoire +

Commenter cet article