Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Le testament

24 Juin 2016, 05:53am

Publié par Grégoire.

Le testament

Oh la merveilleuse vie crucifiée des épouvantails ! Leurs bras grands ouverts, leur chapeau troué par les balles du soleil, leur indifférence aux modes et aux déluges ! Un idéal de vie et d’écriture. Jean-Baptiste Chassignet écrit à 22 ans Le Mépris de la vie et consolation contre la mort. Il naît à la fin du XVIe siècle. Ronsard est passé par là, et Agrippa d’Aubigné, et Montaigne. Le premier crachant des roses, le deuxième cherchant son âme dans le feu, le troisième se contentant de sourire. Et d’autres, tous armés de cette langue furieuse si apte à dire le plus tendre de la vie. Quelques jours avant de mourir Jean- Baptiste Chassignet fait son testament. Il n’y a pas de plus grand poème qu’un testament. Le réel y passe en veste de marbre. Plus de faux-semblants. Juste l’argent et l’amour – l’argent mesurant l’amour au centime près. Il demande que son corps soit inhumé auprès de celui de sa femme, dans une chapelle, sous l’orgue. Auparavant on prélèvera son cœur. Il ira à Besançon, dans une autre église où sa mère repose. Les parents sont des fantômes qui entrent en nous de leur vivant et nous possèdent. Son âme, il la recommande à tous les saints du paradis : qu’ils fassent leur travail de lumière. Et quant à cet excrément de l’âme – l’argent – il en fait un partage simple et net. Quelques pièces pour ses nombreux enfants. Deux seulement seront choyés : sa petite Gasparine qui lui cause du souci pour « son hébétude et la faiblesse de son cerveau ». Son fils chéri entre tous qui porte même nom et prénom que lui, Jean-Baptiste Chassignet. Maintenant tout le monde a roulé dans la fosse, les siècles ont passé et je lis un livre aussi beau que ce chemin dans la forêt où, devant la lumière d’une branche cassée net, j’ai vu Dieu rallumer son mégot. La lecture est une pratique si étrange. Elle ne disparaîtra sans doute jamais. Il y aura toujours deux mains pour accueillir un peu de langage, quelqu’un pour s’éloigner de la tribu et regarder les étoiles dans le ciel, admirer les dessins qu’elles font. Nous sommes mangés par les vers de notre vivant. La pensée, l’angoisse, les projets, l’argent, ce sont les vers qui entrent dans notre cœur et qui le rongent. Tomber amoureux, lire un poème, écrire une vision, c’est demander asile à l’éternel, se retirer vivant du monde. Je connais plus ces gens du XVIe siècle que la factrice qui m’apporte mon courrier le matin. Ils font le même métier qu’elle. Ils m’apportent des nouvelles du combat qui se passe entre les diables et les anges. C’est à l’oreille qu’on reconnaît les anges, à une printanière vibration de l’air quand ils parlent. Le rythme, le souffle et la voix comptent plus que les mots ou le sens. Le long poème de Chassignet, écrit en six mois, fait entrer toutes les armées du ciel dans mon cœur. La parole éblouie est notre dieu à tous – mais comme nous le servons mal ! Les seules prières qui montent au ciel sont les berceuses chantées par les mères au chevet de leur enfant, et les poèmes écrits au gré des siècles par quelques fous furieux

Christian Bobin