Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

La croix, glorieuse...?

14 Septembre 2014, 17:08pm

Publié par Fr Greg.

La croix, glorieuse...?

Les chrétiens fêtent ce jour la "croix glorieuse"! Mais, en quoi la croix, la souffrance, l'épreuve, des échecs, des trahisons, des injustices, et toutes nos morts peuvent-elles être 'glorieuse', l'occasion d'une fête?? Est-ce un truc de bourgeois en manque de truc un peu sadique? Qui oserait aller fêter dans un hôpital, dans un asile, dans un pays communiste, les épreuves, les souffrances de ceux qui sont enfermés? C’est pour cela que la croix est un mystère de foi, une lumière qui nous aveugle tellement elle nous dépasse, tellement elle est violente, scandaleuse, insupportable humainement parlant ! Ce devrait être l’occasion pour le chrétien de réapprendre que sa foi IL NE LA POSSEDE PAS ! Il ne sait même pas ce que sait ; et ce qu’il en touche n’est rien à côté de ce qui lui est donné et qui est caché. La croix ‘glorieuse’ c’est une lumière qui vient d’en haut, et qui ne peut être reçu que dans un don actuel, dans un lien personnel avec celui qui la vit entièrement : Jésus. La croix 'glorieuse', c'est Jésus-Agneau présent dans toutes nos souffrances, présentes dans toutes les victimes innocentes, les victimes d'injustices, de trahisons, dans tout ceux qui soufrent, volontairement ou non, dans toutes espèces de mal. C'est la certitude caché d'une fécondité dans tout cela, que rien n'est vain, que nous ne mesurons pas notre vie, et tout ses évènements. 

Fr Grégoire

La croix, glorieuse...?

Le sommet, c’est la Croix du Christ : on ne peut pas aller plus loin. Tout le mystère de l’Incarnation est pour cela, pour que la nature humaine présente dans le Christ soit l’Agneau. A partir de la Croix du Christ, notre humanité est agneau, et c’est cela notre vocation. Il n’y a que dans l’Evangile de Jean que l’Esprit Saint, par Jean-Baptiste, a dit : « Voici l’Agneau de Dieu » (Jn 1, 29 et 36).

 

L’Esprit Saint le dit donc pour chacun d’entre vous et vous devez le redire tous les matins : « Voici l’Agneau de Dieu ». Cela nous aide prodigieusement à accepter toutes les difficultés, toutes les incompréhensions – car il y en a forcément, il ne peut pas en être autrement. Jésus a été parmi les hommes, l’incompris par excellence : il était trop grand… et il était trop petit. Les hommes aiment in medio stat virtus – la vertu est un juste milieu entre deux extrêmes- et là on est à l’aise ! C’est ce que Descartes a compris et c’est ce que, à sa suite, nous comprenons : « pas trop à droite, pas trop à gauche, au milieu stat virtus ».

 

Oui, la vertu s’installe là, au milieu, entre les deux extrêmes. Et notre vie chrétienne, c’est les deux extrêmes ; notre vocation chrétienne, c’est la vocation de l’Agneau, et l’Agneau, c’est l’offrande de tout nous-mêmes pour devenir la nourriture de nos frères. Jésus est l’Agneau, la nourriture des frères ; il est le véritable Agneau pascal pour nourrir ses frères, pour les rassembler, pour leur apprendre à s’aimer. Ils s’aiment dans le Christ et par lui.

 

fr Marie-Dominique Philippe.