Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Unique pour Dieu

10 Mai 2011, 06:00am

Publié par Father Greg

 

 

 

agneaumyst.jpgToute jalousie provient d’une curiosité, et c’est pourquoi il faut farouchement éviter tout ce qui peut éveiller la curiosité, et il faut accepter généreusement que le Père nous « taille » à l’égard de tout ce qui nous met dans un état de curiosité. La curiosité, qui est d’ordre psychologique, nous empêche d’adorer. Car la curiosité, c’est imaginatif, ce n’est pas réel. C’est loucher, alors qu’on doit être tout entier caché en Dieu dans la solitude du cœur de Marie. On s’inquiète du voisin ou de la voisine, alors qu’on n’a pas à s’inquiéter. Quand on est avec Dieu, on ne s’inquiète plus des autres, puisque chacun est aimé de Dieu d’une manière absolument unique. S’il n’y a jamais deux feuilles semblables, jamais deux vivants qui ont le même « chiffre », a fortiori, lorsqu’il s’agit de la vie divine, Dieu ne fait jamais deux fois le même saint ! Et même avant d’être saints nous sommes, dans notre âme et notre corps, uniques pour Dieu.

 

C’est cela qu’il faut comprendre : on est unique pour Dieu, et donc il ne faut jamais comparer. Dès que l’on compare on est perdu, on n’est plus sous l’action de l’Esprit Saint. Je suis unique pour Dieu, et cela ne me suffirait pas ? Inutile de savoir la place qu’on a – « Est-ce que je passe avant elle ? Est-ce que je passe après lui ? » Ce sont des questions qu’on ne doit jamais se poser. Dès qu’on se les pose, cela prouve qu’on est dans une attitude réflexive au lieu d’être sous l’action de l’Esprit Saint. L’Esprit Saint nous met en Dieu, et en Dieu on est unique. C’est cela qui est extraordinaire : Dieu peut aimer tout le monde, et aimer tout le monde en se donnant totalement à chacun. Nous, nous ne pouvons pas faire cela ; mais Dieu peut le faire, il peut se donner totalement à chacun d’une manière unique. Et ce que Dieu veut, c’est que nous le rencontrions, lui. Quand on compare, c’est le mode humain qui reprend le dessus. Les dons du Saint-Esprit brûlent le mode humain, et ainsi nous font vivre selon un mode divin ; et vivre selon un mode divin, c’est vivre de l’absolu de l’amour, c’est être porté par cet amour en sachant qu’on est unique pour Dieu. Si nous vivions tous sous l’emprise de l’Esprit Saint, l’unité de l’Eglise serait réalisée. Si elle ne l’est pas, c’est parce qu’il y a une attitude réflexive, humaine, où on se met à se comparer ; et dès qu’on se met à se comparer, c’est fini, on n’est plus dans l’unité de l’amour.

 

Comprendre que Dieu peut se donner à chacun d’une manière unique, cela libère de tout. Une fois qu’on vit cela, on ne peut plus être jaloux. La  jalousie provient toujours du fait qu’on louche ; et on louche spirituellement, dès que l’on compare. Immédiatement. Loucher ainsi, c’est ternir l’amour de Dieu, et l’amour de Dieu ne veut pas être terni. Il veut être un feu brûlant, et à cause de cela il ne veut pas qu’on mette à côté de lui autre chose que lui (ce que l’on fait dès qu’on se met à regarder l’autre).

 

Abel, qui ne regarde pas Caïn, est comme reclus en Dieu. L’adoration nous cache en Dieu. Et quand on adore « en esprit et en vérité », comme le désire le Père, on porte tous ceux qui sont proches de nous. Quand nous sommes en oraison, nous portons tous les autres, sauf bien sûr quand nous sommes distraits, ou quand nous nous endormons. Mais après tout, quand nous dormons avec le désir de rester près de Jésus, rappelons-nous la parole de saint François de Sales : « Il vaut mieux dormir sur le cœur de Jésus que veiller partout ailleurs », c’est-à-dire être curieux de ce qui se passe ailleurs, et vagabonder. Quand on est seul avec Jésus et Marie, on ne s’occupe plus de savoir si celui ou celle qui est à côté de nous adore mieux que nous, ou est plus aimé que nous, de Dieu ou des instruments de Dieu. Quand on adore, on est seul avec Dieu, dans le Christ et en Marie.

 

Cette exigence du désert dans le cœur de Marie est le fruit direct du mystère de la Croix. « Femme, voici ton fils. – Voici ta mère ». C’est la nouvelle alliance dans le cœur du Christ. Jésus  nous donne celle qu’il aime le plus parmi toutes les créatures (parce que c’est le Père qui la lui a donnée). Il y a à la Croix deux offrandes différentes : l’offrande que Jésus fait de sa vie terrestre dans l’adoration, dans l’holocauste de la Croix, et l’offrande du trésor de son cœur. Car Marie est le trésor de son cœur, elle est le saint des saints dans le cœur du Christ.

 

M.D Philippe, « J’ai soif ».

Commenter cet article