Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Travail, art, personne (VIII)

25 Janvier 2012, 04:58am

Publié par Father Greg

L'art : une évasion ?

 

Music_1904.jpgMais on pourrait objecter : ce monde que le peintre, le musicien ou le poète se créent, n'est-il pas un monde imaginaire ? L'art n'est-il pas une sorte d'évasion, notre monde tel qu'il est étant trop rude, trop divisé par la jalousie et l'ambition ? L'artiste s'évade de ce monde plein de luttes, qui a une saveur de mort et de lutte implacable. Donc l'art, au lieu d'augmenter notre réalisme, n'est-il pas ce qui favorise un monde idéal, irréel ? Par le fait même, il conduit l'homme artiste à ne plus voir que son rêve, qui devient une sorte de refuge : au lieu de le fortifier, il l'éloigne du réel et le maintien dans un idéal purement Imaginatif.

 

Que ce danger existe, c'est évident. Mais ce n'est pas le danger possible qui doit nous cacher la réalité de notre vie humaine, vécue dans toutes ses dimensions. Le monde que l'artiste se crée est un monde plus réel pour lui, comme artiste, que le monde des petits drames et des grands drames, dans lequel l'homme vit et demeure si souvent ! L'homme, pour garder sa vraie personnalité, capable de dépasser toutes les petites histoires de celui qui est replié sur lui-même, n'a-t-il pas besoin de nourrir ce qui en lui est spirituel ? Le monde de l'artiste est précisément spirituel, il est au-delà de ce monde purement matérialiste. Il n'est donc pas purement imaginaire et irréel. Il existe pour l’homme spirituel artiste ; il existe pour l'homme spirituel, comme un monde qui lui permet de ne pas tomber dans le désespoir. Il existe comme un monde qui se réalisera un jour !

 

C'est en ce sens que l'art agrandit l'horizon de l’homme et transforme son individualité qui le replie souvent sur lui-même et le conduit facilement au désespoir. L'art, en développant ce qu'il y a de spirituel en l'homme, lui rappelle que ce spirituel est plus vrai pour l'homme que le matérialisme égoïste et limité. N'y a-t-il pas là un choix personnel à faire entre deux dangers ? L'individu absorbe la personne en la ramenant soi-disant au réel, en fait à l'économie de chaque jour. En revanche le travail, et surtout l'art, ennoblit l’individu et lui donne un élan personnel. Ce dernier choix réclame une grande force, car on est souvent seul ! Mais par là on rappelle aux hommes, très souvent éloignés de toute vérité spirituelle et religieuse, que l'homme est essentiellement un être spirituel. Si on rejette l'esprit en niant la dimension religieuse et l'aspect artistique, on ramène l'homme à un individu radicalement insatisfait et refoulé, capable seulement de revendications incessantes. On le condamne à l'insatisfaction radicale pour toute sa vie ! L'homme ne peut être un « super animal », un animal arrivé à son ultime degré d'évolution. Cela tue en l'homme ce qu'il y a de plus grand et de plus noble. L'art est là pour lui rappeler constamment cette dimension spirituelle.

 

 Fr MARIE-DOMINIQUE PHILIPPE,  Aletheia, Ecole St Jean.

 

 

1.  Maudit soit le sol à cause de toi ! Dans la peine tu t'en nourriras tous les jours de ta vie. Ce sont des épines et des chardons qu'il fera germer pour toi, et tu mangeras l'herbe des champs. C'est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain jusqu'à ton retour au sol, car de lui tu as «été pris ; car poussière tu es, et à la poussière tu retourneras » (Gn 3, 17-19).                                         .

2. En particulier la lettre encyclique Laboem exercens.

3. « Yahvé Dieu prit l’homme et l’installa dans le jardin d’Eden pour le cultiver garder » (Gn2,15).

4. « L'art, d'une part achève ce que la nature est impuissante à accomplir, d'autre part l'imite » (ARISTOTE, Physique, II, 8, 199 a 15-17).

5. On peut alors travailler pour sa gloire personnelle, mais aussi pour acquérir de l'argent.

6. Certes, il est évident que le travail peut très vite se développer d'une manière qui n'est plus humaine et qu'il peut alors contribuer à détruire l'homme. Mais comment le travail qui, en soi, est bon et capable d'aider l'homme, peut-il se dégrader à ce point qu'il puisse détruire l'homme qui est à sa source ? Il faudrait, pour le comprendre pleinement, regarder une autre modalité du travail : le travail intellectuel, philosophique, et scientifique.

7. « Notre art suit d'abord l'art naturel à son pouvoir, comme apprenti son maître, si que notre art est à Dieu comme petite-fille » (DANTE, Divine Comédie, Enfer, XI, 102-105).

8.Ps 150

 

Commenter cet article