Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Je sais que je ne sais rien...

18 Février 2011, 08:47am

Publié par Father Greg

 

 

La pauvreté, témoignage de vérité...   

 


 

socrate.jpg « Craindre la mort, Athéniens, ce n'est pas autre chose que se croire sage sans l'être, car c'est croire connaître ce que l'on ne connaît point. En effet, personne ne connaît ce que c'est que la mort, et si elle n'est pas le plus grand de tous les biens pour l'homme. Cependant on la craint, comme si l'on savait certainement que c'est le plus grand de tous les maux. Or, n'est-ce pas l'ignorance la plus honteuse que de croire connaître ce que l'on ne connaît point? »


«Je sais que vous n’allez pas me croire, mais la plus haute forme de l’excellence humaine est de se questionner soi-même et de questionner les autres. Je ne sais qu’une chose c’est que je ne sais rien. »

 

 « Voilà de quelle manière je parle à tous ceux que je rencontre, jeunes et vieux, concitoyens et étrangers; et sachez que c'est là ce que le dieu m'ordonne, toute mon occupation est de vous persuader, qu'avant le soin du corps et des richesses, avant tout autre soin, est celui de l'âme et de son perfectionnement.


Maintenant, ne croyez pas que ce soit pour l'amour de moi que je me défends, comme on pourrait le croire; c'est pour l'amour de vous, de peur qu'en me condamnant, vous n'offensiez le dieu dans le présent qu'il vous a fait; car si vous me faites mourir, vous ne trouverez pas facilement un autre citoyen comme moi, qui semble avoir été attaché au flanc de cette ville, comme à un cheval puissant et  de bonne race, mais auquel sa puissance même donne trop de lourdeur, et qui a besoin d'être réveillé comme par un taon qui l'excite et l'aiguillonne. C'est ainsi que le dieu semble m'avoir choisi pour vous exciter et vous aiguillonner, pour gourmander chacun de vous, partout et toujours sans vous laisser aucun relâche.

 

Mais peut-être que, fâchés comme des gens qu'on éveille quand ils ont envie de s'endormir, vous me frapperez, et, vous me ferez mourir sans scrupule; et après vous retomberez pour toujours dans un sommeil léthargique, à moins que la Divinité, prenant pitié de vous, ne vous envoie encore un homme qui me ressemble. Or, que ce soit elle-même qui m'ait donné à cette ville, c'est ce que vous pouvez aisément reconnaître à cette marque, qu'il y a quelque chose de plus qu'humain à avoir négligé pendant tant d'années mes propres affaires, pour m'attacher aux vôtres, en vous prenant chacun en particulier, comme un père ou un frère aîné pourrait faire, et en vous exhortant sans cesse à vous appliquer à ce qui est un mérite véritable.

 

Et si j'avais tiré quelque salaire de mes exhortations, ma conduite pourrait s'expliquer; mais vous voyez que mes accusateurs mêmes, qui m'ont calomnié avec tant d'impudence, n'ont pourtant pas eu; le front de me reprocher et d'essayer de prouver par témoins; que j'aie jamais exigé ni demandé le moindre salaire; et  je puis offrir de la vérité de ce que j'avance un assez bon témoin, à ce qu'il me semble: ma pauvreté. »

 

Platon,  Apologie de Socrate.


Commenter cet article

Father Greg 20/02/2011 14:55



Il y en a malheureusement beaucoup qui sont léthargiques, styles poireaux secs... et pendant ce temps le monde crève... Que faudrait-il pour vous réveiller?? ou pour
nous réveiller de notre mollesse tiédasse..??


 


Quand le Fils de l'homme viendra trouvera-t-il la foi sur terre?? 



V 18/02/2011 17:19



Surtout secouez moi si je tombe en léthargie ... Promis je ne vous frapperez pas !!!! Merci  de prendre le risque !!