Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

St Jean, Boanergès!

27 Décembre 2010, 15:04pm

Publié par Father Greg

L’esprit de St Jean, Fils du tonnerre.

 

 

Face of St John contrast  Jean c’est d’abord un regard, le regard de l’aigle, celui qui fixe le soleil. C’est celui qui va au plus profond. C’est cette exigence d’aller toujours plus loin, de ne jamais s’arrêter. Et, le premier regard de Jean dans son évangile c’est : « Voici l’Agneau de Dieu ».


L’Agneau de Dieu : c’est Jésus qui est parmi les hommes l’incompris par excellence : il était trop grand… et il était trop petit.  Les hommes aiment être ‘in medio stat virtus’ : un ‘juste milieu entre des extrêmes’ ; au milieu : là on est à l’aise ! C’est ce que Descartes a compris et c’est ce que, à sa suite, nous préférons trop souvent : ‘pas trop à droite, pas trop à gauche, au milieu, de l’eau tiédasse… Or notre vie c’est toujours un ‘extrême’ ! La vocation de Jean, la vocation chrétienne c’est la vocation de l’Agneau ; et l’Agneau c’est l’offrande de tout nous-mêmes pour devenir la nourriture de nos frères. Jésus est le véritable Agneau, celui qui s’offre pour nourrir ses frères, les rassembler, pour leur apprendre à s’aimer. 


Pour vivre cela, il faut saisir que l’esprit de Jean c’est vivre ‘d’une place réservé’. Lors de l’institution de l’Eucharistie Jean est à une place assez remarquable : il est tout près du Christ. Le Christ selon son bon plaisir a mis Jean tout proche de lui. Jésus a un amour particulier pour chacun, et c’est ce que Jean à découvert comme devant être premier. Car c’est cela l’esprit de Jean, c’est de revenir à ce qui est premier ; c’est redécouvrir cette place que Jésus lui-même nous a réservé. Saint Jean c’est cela, ce n’est pas une œuvre, c’est une place. Et c’est pour nous !


Être ami du Christ à la suite de Jean, c’est recevoir cette place particulière. Le propre de l’ami est de vivre des intentions de son ami. Le serviteur a une œuvre à accomplir ; l’ami n’a pas d’œuvre à accomplir, mais il a à porter avec son ami ce qu’il porte dans son cœur et à en vivre. C’est beaucoup plus difficile et exigeant, parce que vivre des intentions propres du cœur de Jésus réclame une vie contemplative ou l’intelligence est brulée par l’amour pour vivre de la Sagesse de la Croix.

 

La Sagesse de la Croix, c’est d’être pris à la suite du Christ par l’attraction du Père, c’est cet élan qui nous fait être vers Celui qui nous donne tout ; c’est ce grand désir qui fait qu’on ne s’arrête pas aux réalisations, mais qui nous fait être tout entier tourné vers Celui qui vient, vers Celui qui nous devance toujours, celui qui nous attend et veut tout nous donner. C’est à cause de ce regard, de ce désir violent qu’on est capable de tout offrir. C’est cela St Jean.


Commenter cet article