Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Soyez inquiets de vous-mêmes, nous suggère-t-il....

11 Octobre 2011, 05:21am

Publié par Father Greg

 

Le Tentateur écrit à son neveu, diable apprenti, afin de lui dispenser quelques conseils pour faire pécher l’homme, son«client ».

 

peter-paul-rubens-deux-satyrs.jpgMon cher neveu (souviens-toi que je t'appelle « cher » à cause de ce que tu me coûtes),

Tu t'inquiètes parce que ton protégé semble se tourner résolument vers la spiritualité. Quel nigaud tu peux faire ! Ne sais-tupas que nous sommes de purs esprits ? Alors le spiritualisme, le spiritisme et tutti quanti, ça nous connaît. Tourne-le donc vers le rayon « spiritualité » des libraires, qu'il y fasse ses emplettes, qu'il se fabrique une mystique à sa sauce, avec un peu de christianisme, de soufisme, de bouddhisme en vrac dans le Caddie de son cœur.

 

Si, par malchance, il tombe sur un livre des malsains du Carmelet commence à vouloir entrer dans l'intimité de l'Ennemi, entraîne-le à se tâter le pouls, à se demander à quel degré d'oraisonil a pu déjà parvenir. Que ses  jambes coincées en lotus l'empêchent d'aller au devant du pauvre à sa porte. Qu'à cause de son besoin de tranquillité intérieure il devienne insupportable avec sa femme. Comment ose-t-ellelui demander de faire la vaisselle ? Ne voit elle pas qu'il est au-delà de ces bassesses ? Comprends bien : si tu n'arrives pas à le noyer dans les tracas de tous les jours, fais-lebrûler dans le feu de l'orgueil.

Enfin, quand il voudra être simple, c'est-à-dire s'abaisser à cette chose dégoûtante qui est d'accueillir chaque être dans la vérité et l'amour, conduis-le à chercher des recettes compliquées de simplification, ainsi que des situations autres que celle qu'il vit sur le moment : qu'il aime le lointain, non le prochain ; qu'il méprise le visage qui se trouve devant lui pour se projeter dans des missions futures.

 

Je ne te dis pas adieu, ni salut, bien sûr.

 

Celui qui, à son propre visage, préfère une légion de masques, le Diable.

 

Fabrice Hadjadj

Commenter cet article