Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Sagesse bourgeoise…

29 Mars 2011, 10:30am

Publié par Father Greg

 

 

 

autorportrait rembrandt peinture « Le Bourgeois ne voulant pas et ne devant pas être un saint, il devient nécessaire que d'autres le soient à sa place, pour qu'il ait la paix, pour qu'il puisse digérer et roter en paix. »

 

« Vous l'avez tous connu, ce Sicambre [1]   du pot-au-feu, affirmant ainsi son indépendance. Il est comme saint Thomas. Pour croire, il a besoin de voir et de toucher. Car il est bien entendu, n'est-ce pas, que l'apôtre saint Thomas, surnommé le Double Abîme par l'Esprit Saint, doit être apprécié selon la jugeote contemporaine […] Mais il y a une chose très belle qu'on ne dit pas. C'est que le disciple a dépassé le maître et que le Bourgeois est beaucoup plus grand que saint Thomas. Son admirable supériorité consiste, en effet, à ne pas croire, même après avoir vu et avoir touché. Que dis-je ! À devenir incapable de voir et de toucher à force de ne pas croire. Ici on est au seuil de l'Infini. »

 


« L'argent ne fait pas le bonheur »

            Lieu Commun de premier ordre et qui nécessite le confident de la tragédie antique. Il faut quelqu'un pour ajouter immédiatement : « Mais il y contribue ». Alors c'est tout à fait beau.

 

 Cette humble contribution, qui vient tempérer si heureusement la rudesse mélancolique d'un aveu qu'on pourrait prendre pour un blasphème, doit avoir une efficacité singulière. C'est comme du sucre sur la conscience ou de la pommade sur le cœur.

 

— Oui, c'est vrai, songe profondément le Bourgeois, l'argent ne fait pas le bonheur, surtout lorsqu'il est absent. Il le fait presque, sans doute, mais pas complètement. Quelque chose manque, tout le monde est forcé d'en convenir, et c'est l'occasion d'une tristesse infinie que d'être témoin de cette impuissance de l'argent qui devrait assurer la félicité de ceux qui l'adorent, puisqu'il est véritablement un Dieu. »

 

   Léon Bloy. Exégèse des lieux communs.

 



[1] Sicambre : « Courbe la tête, fier Sicambre, abaisse humblement ton cou. Adore ce que tu as brûlé et brûle ce que tu as adoré » furent les deux phrases prononcées par St Rémi, lors du baptême de Clovis en 496. Le terme de « Sicambre » désignait alors les Francs.

 

 

 

 

Commenter cet article

Father Greg 30/03/2011 00:40



Léon Bloy semble ne pas satisfaire certains lecteurs.. et pourtant, il a le mérite de nous déranger dans notre trop grande satisfaction de nous-même, de nous réveiller de nous sortir de notre
torpeur... c'est un fou..de Dieu et de l'absolu, de la vérité par rapport à soi-même...