Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Quel lien entre philosophie réaliste et philosophie idéaliste ?

9 Février 2014, 10:56am

Publié par Fr Greg.

1007297-Marx_Engels_Lenine_et_Staline.jpg

 

 

Il est important de savoir quel est le lieu où se fait le déraillement entre une philosophie réaliste et une philosophie idéaliste, étant donné que notre philosophie européenne a les deux. Si je suis dans une philosophie du progrès, l’idole moderne, on a l’électricité. C’est mieux que la bougie. On a l’automobile, l’avion. La conquête de l’espace comme dépassement du conditionnement humain, c’est énorme. Si on était réduit à revenir au Moyen Âge, je ne sais pas combien parmi nous pourraient vivre, parce qu’il y a quelque chose de la modernité qu’il y a en nous et parce qu’on a besoin d’expansion.

La modernité a commencé quand l’Europe a éclaté vers l’Amérique. Historiquement, du point de vue temporaire, c’est cela. Cela a éclaté en théologie au 14e, 15e et 16e siècles, mais pendant mille ans la chrétienté est restée dans la substance. Il est important de comprendre le ad et le in, l’enracinement dans la substance. Le ad est « tourné vers » et le in est dans la substance. Le ad, c’est l’idéalisme d’une certaine manière, une respiration qui nous fait sortir et nous donne ce « fous le camp », ce dépassement sans frontière. C’est l’intelligence qui donnera la signification à ce ad. Le réalisme, c’est le ad qui s’enracine dans la substance et c'est le in qui fondera ce ad. Il y aura une signification réaliste. Le ad peut donc assumer les deux, l’aspect idéaliste et l’aspect réaliste. Vous avez le pendant avec le temps.

Le temps fait aussi d’une certaine manière le lien entre une philosophie réaliste et une philosophie idéaliste, parce que la signification parfaite du temps c’est l’intelligence qui la donne. Sans intelligence humaine, il n’y a pas de temps au sens propre. Il n’y a qu’un temps matériel. Le fondement du temps, c’est l’intelligence qui en donne la signification. Donc je suis idéaliste. Il est important de voir ces deux catégories, le ad, la relation et le temps, parce que tous les deux sont des frontières : le temps au niveau du devenir et le ad au niveau de l’être. Vous avez une frontière entre une position subjective idéaliste et une position objective réaliste. Ce sont les deux frontières.

 

C’est dans les gares de triage qu’on peut comprendre que l’intelligence peut si facilement dévier. On peut commencer avec le réalisme, puis à 45 ans, à l’âge politique, on devient idéaliste, parce que c’est si fatigant d’être réaliste et si reposant d’être idéaliste. Au moins, on est au-dessus, tandis qu’avec le réalisme, on est obligé de tenir compte de toutes les circonstances dans lesquelles on est. C’est très fatigant. Il faut beaucoup de force pour rester réaliste toute sa vie, alors qu’il faut beaucoup d’imagination pour devenir idéaliste.

+ MD Philippe.