Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Qu'êtes-vous allés voir?

12 Décembre 2010, 10:35am

Publié par Father Greg

 

 

 

 « Qu'êtes-vous allés voir au désert ? Un roseau agité par le vent ? Un homme aux vêtements luxueux ? Qu’êtes-vous donc allés voir ? Un prophète ? »

 

Saint_jean_baptiste.jpg « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? »  C’est vraiment très bizarre que Jean Baptiste, lui qui attendait le messie de toutes ses forces, n’arrive même pas à le reconnaitre !! Et de fait, Jésus ne semble rien faire pour qu’on puisse le reconnaitre !!! Il est non seulement présent d’une manière très bizarre mais sa présence ne semble pas répondre à nos problèmes immédiats ! Question communication, c’est plutôt assez nul !!  C’est vrai, les manières de Dieu sont étranges: il est resté 30 ans à Nazareth sans rien dire… Et puis pour un prophète, Jésus n'est pas vraiment un ascète ! Pas très fréquentable pour ceux qui sont en mal de vertus ou en quête d’autosatisfaction et qui voudraient se voir conforter dans leurs bonnes manières! Jean-Baptiste lui, suscitait l’admiration : au désert, vêtu de peaux de bêtes... Jésus, lui, mange, boit et s'affiche avec n'importe qui. Le plus décevant encore, c'est qu’il ne revendique aucun titre, il n’a ni méthode, ni stratégie, ni ne cherche d'aucune manière une espèce de pouvoir. Il pardonne et fait miséricorde sans limites… bref il semblerait encourager la crasse et la misère !

 

Et justement, pour pouvoir ne pas être scandalisé ou passer à côté du don, l’Esprit St nous montre qu’il ne faut cesser d’interroger. Et c’est là que la question de Jean-Baptiste « le Messie, est-ce toi ? » doit devenir radicale pour nous ! C’est là, la grandeur de Jean-Baptiste, il interroge !!! Il dit en fait : « D’accord, le messie va venir. Mais en fait, quel salut  apporte-il? Que devons-nous attendre vraiment ? Comment vient-il nous sauver ? » Bref, Jean-Baptiste interroge en pauvre, il sait une seule chose : qu’il ne sait pas, qu’il ne peut avoir d’a priori, et que la lumière ne peut pas venir de lui, qu’il ne peut se faire mesure ! Il reconnait combien le don de Dieu le dépasse mais complétement et vouloir s’en faire une idée serait déjà le réduire et même coopérer avec l’autre, le père du mensonge…

 

Ensuite, Jésus ne répond pas par oui ou par non à la question de Jean-Baptiste. Il le renvoie aux prophéties, à la Parole de Dieu pour  lui dire : « laisse-toi éclairer directement par la Parole de Dieu. Voilà, si tu es surpris, choqué par mes manières de faire, c'est qu'il te reste à découvrir le Vrai visage de Dieu... un Dieu qui s’abaisse, sans être dans une quête formelle ou un idéal à atteindre ; qui n’a ni bonnes manières, ni rien pour séduire, et qui en plus s’abaisse devant les pécheurs !! » Rien à voir avec nos désirs d’épanouissements humains, nos idées à taille trop humaine !!!

 

Enfin, Jésus termine par « Heureux celui qui ne tombera pas à cause de moi ! » Car Jean-Baptiste, au lieu de chercher à répondre par lui-même en ruminant les bribes d'informations qu'il connait, prend ce petit chemin qu’est la foi, et qui est de demander directement à Jésus, en s’appuyant sur quelqu’un. Jean-Baptiste manifeste par là qu'il ne veut pas s’appuyer sur lui-même. La foi, Jean-Baptiste l'a toujours parce qu’il s’appuie sur un autre pour mendier à Jésus de l'éclairer. Et ça c’est très bizarre : Dieu se donne d’une manière encore plus personnelle, on Le laisse nous rejoindre lorsqu’on accepte de passer par les témoins qu’il nous donne !!!

 

Et Jésus lui-même, pour se donner, respecte ce chemin qu’est Jean-Baptiste ; pour qu’on puisse recevoir Jésus, il nous faut passer par la manière que Dieu a choisie pour se donner à nous. Et, Jésus les éclaire sur leur quête, sur cet itinéraire qu’eux-mêmes pensaient peut-être comprendre : « pourquoi êtes-vous allés là-bas auprès de Jean-Baptiste ? Pour faire du tourisme, pour un peu de consommation spirituelle? Pour rassurer vos bonnes consciences d’enfants de chœur en manque de sécurité? Non, dit-il, sans le savoir peut-être, vous êtes allés vers le plus grand des prophètes, celui qui clôt l'Ancien Testament. Vous êtes allé vers lui, parce que Dieu vous y attirait ; parce que Dieu vous l’envoyait pour vous faire rencontrer le Messie ». C'est mû par l’Esprit-Saint qu’il court devant pour ouvrir la route.

 

Et Jésus ajoute : « cependant le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que Jean-Baptiste ! » Parole étrange, mais qui dit bien qu'avec la venue de Jésus, l'histoire humaine de fait n’est plus humaine : Dieu s’en est emparé ! Et Jean-Baptiste envoyé pour annoncer, ne peut même pas s’appuyer sur ce qu’il annonce pour se disposer au don qui est fait. La seule disposition au don de Jésus, c’est d’être un pauvre, d’être de plus en plus en attente –et ça on aime pas-parce qu’il n’y a que Dieu qui peut me préparer à le recevoir : « Le Verbe par son incarnation s’est en quelque sorte uni a tout homme ».


Aussi, dès qu’on accepte d’être conduit par ce petit chemin, ou on passe son temps à interroger, à supprimer tout schème idéal, en choisissant d’être radicalement pauvres, de s’appuyer sur ceux qu’Il nous envoie, on permet à Dieu de venir nous posséder d’une manière telle qu’on acquière Sa dignité : Tout ce qui appartient en propre à Dieu nous est donné ; mais il n’y a que Dieu qui puise nous y faire entrer; ça, aucun des prophètes de l’A.T ne pouvait y prétendre ou l’imaginer. 

 


Commenter cet article