Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Pourquoi les cathos ont beaucoup à gagner à écouter ceux qui ont perdu la foi

25 Juillet 2013, 22:07pm

Publié par Fr Greg.

athee1.jpg

 

Des membres de la Fixed Point Foundation, dont la mission est de promouvoir la foi chrétienne aux Etats-Unis, ont mené des entretiens avec des étudiants se déclarant athées pour connaître les raisons pour lesquelles ces derniers ont rompu avec leur religion. Principal reproche : le message religieux serait trop vague et ne répondrait pas assez aux problèmes personnels. Est-ce une faiblesse que l’on retrouve aussi en France, et qui expliquerait au moins en partie la baisse du nombre de croyants ?

Bernard Lecomte : Trop vague, le message de la religion chrétienne ? Je crois, au contraire, que ses deux mille ans d’histoire ont donné au christianisme un trop-plein de références théologiques, de figures saintes, de rituels sophistiqués, de prières liturgiques ! Comment un jeune ayant laissé tomber la foi de son enfance ne serait-il pas découragé devant une religion finalement aussi complexe, précise, exigeante ? Vouloir en savoir plus sur Jésus, sur Marie ou sur les Évangiles, cela demande de lire la Bible, de fréquenter les pères de l’Eglise, de comprendre les sacrements, de lire les grands théologiens, de suivre les encycliques papales, que sais-je encore ! C’est justement pour cette raison que les « évangéliques » gagnent du terrain sur les catholiques, notamment en Amérique latine et en Afrique. Cela dit, que tout cet ensemble ne corresponde pas forcément au monde moderne, qu’il paraisse inadapté aux problèmes personnels des jeunes d’aujourd’hui, c’est une autre affaire… De la même manière que les entreprises mènent des audits, l’Eglise catholique aurait-elle intérêt à se livrer à ce même type d’investigation dans les pays, comme la France, très largement concernés par l’athéisme ? Des investigations de type sociologique sur la déchristianisation des jeunes Français, il y en a des kilomètres : allez donc vous promener dans une librairie religieuse comme La Procure, à Paris, et vous en trouverez plein les rayonnages ! Dès le milieu du XXème siècle, des prêtres français comme l’abbé Godin ou le chanoine Boulard ont publié des études passionnantes sur le recul de la foi dans la société moderne. Toutes ces enquêtes ne sont pas parfaites, certes, mais elles éclairent utilement le mouvement de « sécularisation » qui caractérise le christianisme en Europe depuis cette époque. Cependant, une chose est de comprendre cette évolution, une autre est de l’enrayer ! Il a beaucoup été question de dialogue inter-religieux sous le pontificat de Jean-Paul II, en revanche on parle peu de dialogue religion-athéisme. S'agirait-il d'un échange du même ordre ? Ces deux mondes s'ignorent-ils totalement ? C’est à la fin du concile Vatican II que la question s’est posée : le dialogue avec les « non chrétiens » est-il le même quand ces « non chrétiens » sont des croyants d’autres religions ou des athées ? La tendance de ce dernier demi-siècle est de considérer les juifs ou les musulmans d’abord comme des croyants : Jean-Paul II a même dit que les juifs étaient les « frères aînés » des chrétiens ! Le dialogue avec les athées a donc pris une tournure spécifique. Le cardinal Ratzinger, futur Benoît XVI, s’en était fait une spécialité – rappelez-vous son célèbre échange avec le philosophe Habermas. C’est ce qui a conduit, sous son pontificat, en 2011, à lancer cette démarche dite du « parvis des gentils » consistant à engager un dialogue direct avec les athées qui le souhaitent, dans le cadre plus général d’une « nouvelle évangélisation » devenue une priorité pour l’Eglise.

 Staline a été séminariste, un certain nombre de rockers se sont insurgés contre leur éducation religieuse, pourquoi la religion produit-elle ses plus fervents opposants ? L’anticléricalisme ou l’athéisme actif peuvent trouver leur origine dans une enfance religieuse mal vécue, mais je ne suis pas sûr qu’il faille en tirer des généralités. Un dictateur russe ou africain aura probablement été baptisé, mais certainement pas un dictateur chinois ou arabe ! Quant aux rockers ou aux rappeurs qui s’en prennent au christianisme, il y en a, nombreux, notamment dans les banlieues difficiles, qui viennent de milieux déchristianisés, indifférents, athées ou… musulmans : leur révolte vise la société plus que la religion ! Seuls quelques tendances, genre « sataniste » ou « gothique », restent obsédées par la religion, mais elles restent très marginales, et rien ne dit qu’elles proviennent d’une éducation religieuse défaillante !

Propos recueillis par Gilles Boutin

 

http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-catholiques-ont-beaucoup-gagner-ecouter-aussi-ceux-qui-ont-perdu-foi-bernard-lecomte-791941.html#AAlRl3vYHWKUZpJ2.99