Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

MÉDITATION SUR L'APOCALYPSE (II)

11 Juin 2011, 05:31am

Publié par Father Greg

notre péché: la quête de confort.. 

 

dc3a9tailrogervanderweyden1.jpgNous vivons dans un monde qui est dans l'erreur. L'homme naît libre et sans peur. Pourtant, toute notre histoire est comme possédée du désir d'échapper à la nature, de nous défendre. Ce qui nous oblige à nous serrer les uns contre les autres. Nous communiquons non pas par plaisir, mais pour avoir moins peur. Et notre civilisation, notre culture est dans l'erreur dès l'instant où les relations entre les êtres sont fondées là-dessus. Toute la technologie, tous les progrès techniques qui jalonnent l'histoire nous fabriquent en fait des prothèses, pour allonger nos bras, aiguiser notre vue, nous permettre d'aller plus vite, comme si tout cela avait une importance essentielle. Nous nous déplaçons, c'est vrai, beaucoup plus vite que dans les siècles précédents; mais en sommes-nous plus heureux pour autant ?

 

L'individu que nous sommes est en désaccord avec la société. Le problème est qu'au lieu de nous développer avec harmonie, je veux dire à la fois matériellement et spirituellement, notre développement spirituel a pris tellement de retard, que nous sommes comme ensevelis sous une avalanche de progrès techniques dont nous sommes devenus les victimes. Et même si nous le voulons, nous ne pouvons plus nous extraire de cette avalanche. Dès lors qu'il a fallu trouver aussi une nouvelle source d'énergie pour la poursuite du progrès, l'humanité la trouva mais elle fut incapable de l'utiliser correctement. Elle n'était pas moralement prête à s'en servir pour son propre bien. Nous ressemblons à des sauvages qui ne sauraient que faire d'un microcospe électronique et qui l'utiliseraient pour planter un clou ou pour abattre un mur. Nous sommes les esclaves d'une mécanique qu'il est impossible d'arrêter. De plus, avec l'évolution de l'histoire, nous nous sommes convaincus de pouvoir nous entraider et tout a été fait pour la communication et la survie de masse; mais chacun de nous, pris individuellement, ne participe plus à la vie de la société. Seule la masse que nous sommes a conservé un sens; la personne que nous sommes aussi n'a plus aucune importance. Nous avons perdu ce qui nous a été donné de toute origine: la liberté de choix, le libre arbitre. Voilà pourquoi je considère que notre civilisation a fait fausse route.

 

Le philosophe russe Berdiaev a remarqué avec subtilité que dans l'histoire des civilisations, il y avait en quelque sorte deux étapes: la première, l'époque de la culture, quand le développement s'opère de façon plus ou moins harmonieuse sur une base spirituelle; et la seconde, au moment où commence une réaction en chaîne qui ne dépend plus de la volonté de l'homme, quand la culture se perd et que s'instaure la civilisation.

 

 

L'Apocalypse, selon moi, est l'image de l'âme humaine, avec ses responsabilités et ses devoirs. Au fond, chaque être humain expérimente la révélation de saint Jean, chacun la vit et ne peut pas ne pas la vivre. C'est pourquoi, au bout du compte, on peut dire que la souffrance et la mort d'une seule personne sont équivalentes à celles qu'éprouveraient des milllions d'autres personnes à la fin d'un cycle historique. Chaque être humain n'est capable de supporter que la somme de douleurs qui lui est personnellement impartie.


 

ANDREÏ TARKOVSKI, MÉDITATION SUR L'APOCALYPSE,

JUILLET 1984 À LONDRES EN L'EGLISE SAINT JAMES DE PICCADILLY.

Commenter cet article

V 11/06/2011 14:05



Si on a le moral dans les chaussettes c'est génial comme lecture ! Alors on va où ? Cette larme du tableau de Van der Weyden nous encourage à aller de l'avant ...!!!??? Le retour à la source est
urgent !


Pour la musique, je préfère celle là à celle de ce matin !