Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

MÉDITATION SUR L'APOCALYPSE (III)

13 Juin 2011, 05:37am

Publié par Father Greg

 

Francois-de-Nome---Les-Enfers.jpgLaissez-moi vous citer un autre passage de l'Apocalypse qui traite de notre conformisme:" Je connais ta conduite: tu n'es ni froid ni chaud, que n'es-tu l'un ou l'autre! Ainsi, puisque te voilà tiède, ni chaud, ni froid, je vais te vomir de ma bouche"(Ap 3,15-16). C'est dire que l'indifférence, la tiédeur, sont aussi importantes que le péché au regard du Créateur. Ailleurs, il est dit: "Ceux que j'aime, je les semonce et les corrige. Allons, un peu d'ardeur et repens-toi !" (Ap 3,19).

 

C'est-à-dire que ce sentiment ou plutôt cet état de l'homme qui se repent est le commencement de la voie. Et cela peut arriver à des gens très différents, de manières différentes, à des moments différents. Prenons le cas de Dostoïevski. Selon certains, il apparaît comme un écrivain religieux orthodoxe qui a raconté sa propre quête et sa foi. Mais selon moi, ce n'est pas tout à fait exact. Il me semble que Dostoïevski a fait ses admirables découvertes parce qu'il a été le premier écrivain à sentir et à exprimer le problème du manque de spiritualité. Ses héros souffrent de ne pouvoir croire. Ils veulent croire, mais ils ont perdu l'organe qui le leur permettrait. Leur conscience s'est comme atrophiée.

 

On comprend peut-être de mieux en mieux Dostoïevski. Il est presque devenu à la mode, précisément parce que le problème dont il parle s'amplifie d'année en année. En effet, le plus difficile est de croire. Ca n'est vraiment pas si facile que ça. Car on ne peut pas seulement compter sur la grâce. Bien sûr, heureux celui qui est visité par cet état, mais tout le monde ne peut se vanter de posséder cet état de liberté, ce bonheur et surtout cette absence de peur. Dans l'Apocalypse, par un procédé littéralement magique, tous ces problèmes sont insérés dans des images. En fin de compte, l'Apocalypse est un récit sur le destin de l'homme considéré à la fois en tant qu'individu et comme faisant partie d'un ensemble, la société.

 

Quand la nature sauve une espèce particulière en voie de disparition, l'animal n'est pas conscient du drame qui se joue. Mais l'homme, lui, choisit sa voie grâce à son libre arbitre et, s'il ne peut sauver tout le monde, il peut se sauver lui-même et c'est précisément ainsi qu'il peut sauver les autres. Nous ne savons pas ce qu'est l'amour. Notre attitude est monstrueusement négligente à l'égard de nous-mêmes et souvent, nous ne comprenons pas ce qu'est s'aimer soi-même. Nous sommes gênés par cette formule parce que nous croyons que c'est être égoïste. C'est une erreur. Car l'amour est un sacrifice. L'homme qui le vit ne le perçoit pas comme tel, mais cela se voit de l'extérieur. Vous connaissez bien sûr les paroles: "Aime ton prochain comme toi-même" (Luc 10, 27). S'aimer soi-même est la base, la mesure de ce sentiment pour les autres. Non seulement parce que l'homme prend ainsi conscience de soi et du sens de sa vie, mais parce que chacun doit toujours commencer par soi-même.

 

Je ne prétends du tout que j'ai moi-même réussi dans tout ce que je viens de dire. Bien loin de me donner en exemple, je pense au contraire, que tout mon malheur vient que je n'ai pas suivi mes propres conseils.

 

Le malheur est que les circonstances auxquelles nous sommes soumis sont tellement claires, que leurs résultats le sont aussi. Les conséquences de notre regard erroné sur les choses sont évidentes.

 

Cependant, il serait faux de penser que l'Apocalypse ne renferme qu'un concept de châtiment. Peut-être même que l'essentiel de ce livre est l'espérance. "le Temps est proche" (Ap 22,10). Oui, pour chacun d'entre nous, en effet,  il peut être vraiment très proche; pour nous tous pris ensemble, il n'est jamais trop tard. C'est pourquoi l'Apocalypse est terrible pour chacun de nous en particulier, mais pleine d'espoir pour l'humanité en général. C'est le sens même de ce message.  Cette dialectique des états spirituels exprimée en images est pour l'artiste une telle source d'inspiration, qu'il s'étonne d'y découvrir autant de points d'appuis pour chacun de ses états intérieurs.

 

ANDREÏ TARKOVSKI, MÉDITATION SUR L'APOCALYPSE,

JUILLET 1984 À LONDRES EN L'EGLISE SAINT JAMES DE PICCADILLY.