Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Les sécurités atrophient, l'audace libère...

17 Octobre 2011, 05:02am

Publié par Father Greg

 

Maud_Cook_1895.jpg  Il nous faut accepter notre existence aussi loin qu’elle peut aller ; tout et même l’inouï doit y être possible.  C’est au fond le seul courage qu’on exige de nous ; être courageux face à ce que nous pouvons rencontrer de plus insolite, de plus merveilleux, de plus inexplicable. Que les hommes aient en ce sens-là, été lâches a infligé un dommage irréparable à la vie. ; Les expériences que l’on désigne sous le nom d’ "apparitions" tout ce qu’on appelle le « monde des esprits », la mort, toutes ces choses qui nous sont si proches ont été à ce point en butte à une résistance quotidienne qui les a expulsées de la vie que les sens qui nous eussent permis de les appréhender se sont atrophiés. Sans parler du tout de Dieu.

 

Or la peur de l’inexplicable  n’a pas appauvri seulement l’existence de l’individu, elle a également restreint les relations entre les hommes, extraites en quelque sorte du fleuve des virtualités infinies pour être placées sur un coin de rive en friche où il ne se passe rien. Ce n’est pas en effet , la paresse seule qui est responsable du fait que les rapports humains se répètent sans innovation et de manière si indiciblement monotone ; c’est plutôt la crainte d’une quelconque expérience inédite et imprévisible qu’on s’imagine ne pas être de taille à éprouver. Mais seul celui qui est  prêt à tout, celui qui n’exclut rien, pas même ce qui est le plus énigmatique, vivra la relation à quelqu’un d’autre comme si elle était quelque chose de vivant, et y jettera même toute son existence. Car si nous nous représentons cette existence individuelle comme une pièce plus ou moins vaste, on constatera que la plupart n’ont appris à connaître qu’un recoin de leur espace, une place devant la fenêtre, un trajet où ils vont et viennent. Ainsi auront-ils le bénéfice d’une certaine sécurité.

 

  Et, pourtant, cette insécurité pleine de dangers est combien plus humaine, qui pousse les prisonniers, dans les récits de Poe, à explorer en tâtonnant les formes de leurs effroyables cachots, et à ne pas vouloir esquiver les indicibles terreurs de leur séjour. Mais nous ne sommes pas des prisonniers ; ni pièges ni chausse-trappe ne sont disposés autour de nous, et il n’y a rien qui soit destiné à nous angoisser ou nous torturer. Nous sommes situés dans la vie qui est l’élément auquel nous correspondons le mieux, et nous sommes, en outre devenus semblables à cette vie grâce à une adaptation plurimillénaire, au point que lorsque nous restons immobiles, nous sommes à peine discernables par rapport à tout ce qui nous environne en raison d’un curieux mimétisme.

Nous n’avons aucune raison d’éprouver de la méfiance à l’égard de notre monde, car il n’est pas tourné contre nous. S’il recèle des peurs, ce sont nos peurs ; des abîmes, ils sont nôtres ; présente-t-il des dangers, nous devons tenter de les aimer. Et si seulement nous faisons en sorte que notre vie soit commandée par le principe qui nous enjoint de nous en tenir toujours à ce qui est difficile, ce qui nous semble encore être étranger deviendra bientôt ce qui nous sera plus familier et le plus cher…

 

                                  Rainer Maria Rilke  « Lettres à un jeune poète »

Commenter cet article