Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Le Pape roule en 4L blanche avec 300.000 km au compteur

11 Septembre 2013, 11:36am

Publié par Fr Greg.

PHOd30b62ba-1a5f-11e3-998f-b2f7956939d8-805x453.jpg

 

Un prêtre du nord de l'Italie, proche des pauvres, a eu l'idée d'offrir sa vieille 4L dans laquelle il a accompli tout son sacerdoce au Pape. François a volontiers accepté. Ancien propriétaire d'une 4L en Argentine le pape aurait même pris le volant du véhicule pour l'essayer.

 

Dans le garage du Vatican les grosses berlines noires se languissent. Elles sont rutilantes, prêtes à ronronner lentement et sûrement au contact des foules mais elles sont ouvertement délaissées par François. Ce pape a une prédilection pour les petites autos... Il l'a montré à Lampedusa en circulant dans la simple voiture qu'un habitant de l'île lui avait prêtée. Il l'a montré au Brésil, lors des JMJ où il se déplaçait dans une petite Fiat de série «Idea» fabriquée là bas sous licence. Il l'a montré mardi après-midi en se rendant dans un centre pour réfugiés à Rome dans une berline bleue de moyenne gamme.

Il ne l'a pas montré samedi après-midi - mais a été vu par une photographe de l'AFP Andreas Solaro - dans une Renault 4L blanche de 300.000 kilomètres! A faire pâlir de jalousie les deux Renault Kangoo électrique flambants neuves que Carlos Ghosn, président du Groupe Renault était venu en personne offrir à Benoit XVI !

L'hebdomadaire catholique italien Famiglia Cristiana a très vite mené l'enquête et à découvert que cette 4L mythique lui avait été offerte le jour même par le Père Renzo Rocca, un prêtre de Vérone au nord de l'Italie. Dans cette guimbarde, ce curé des pauvres a parcouru ces 300.000 kilomètres pendant 25 ans pour visiter les personnes handicapées, les personnes âgées, les paumés de toutes sortes, dont les jeunes drogués.

Bref, une vie vouée aux plus éloignés de l'Église, aux délaissés, que le pape François place aujourd'hui en priorité. Ce qui a donné l'idée à ce prêtre âgé de 70 ans de lui offrir sa voiture de toutes les charités - pneus neiges dans le coffre «on ne sait jamais» a confié le prêtre - pour l'encourager et comme le symbole d'une vie de sacerdoce.

Le Père Rocca a donc écrit au Pape qui lui a lui même… téléphoné pour accepter ce cadeau et fixer le jour de livraison: samedi 7 septembre dernier. Juste avant la veillée de prière pour la paix et jour de jeune décrété par François dans toute l’Eglise Catholique pour la Syrie.


Par hasard la scène où le pape monte à l'avant de la 4L n'a pas échappé à l'objectif du photographe Solaro. Car c'est le prêtre qui semble avoir conduit le Pape de la résidence Saint Marthe derrière la basilique Saint-Pierre vers la place où 100.000 personnes l'attendaient mais où le pape s'est présenté à pied. Le prêtre raconte que François lui a dit avoir eu, lui aussi, une 4L! Et que François en aurait même profité pour la conduire quelques minutes… Mais cela aucune photo ne l'atteste.

Message de sobriété

Le contraste est grand en tout cas avec les scènes du pontificat précédent où Benoît XVI avait fini par se laisser enfermer, y compris dans l'enceinte du Vatican, dans de grosses berlines allemandes blindées et frappés de ses armes pontificales. Et avec force dispositif de sécurité de la Gendarmerie Vaticane - de recrutement italien et sans aucun rapport avec la Garde Suisse - qui semblait craindre un attentat à chaque instant.

Le temps de cette surenchère de sécurité est révolu. Mardi après-midi c'est sans escorte, sinon le chef de cette Gendarmerie Vaticane, surdimensionnée aujourd'hui, que le pape François s'est rendu dans la ville de Rome pour visiter un centre d'accueil de réfugiés tenus par les Jésuites.


Une occasion pour le Pape de renouveler le message de sobriété qu'il diffuse depuis le début de son pontificat et pour lequel il entend donner l'exemple notamment par la simplicité de son mode de déplacement: «Les couvents vides ne servent pas à l'Église, a-t-il prévenu, pour qu'elle les transforme en hôtels pour gagner de l'argent. Les couvents vides ne sont pas à nous, ils sont pour la chair du Christ que représentent les réfugiés». Certes, a-t-il poursuivi, «ce n'est pas quelque chose de simple, il faut des critères, de la responsabilité mais aussi du courage. Nous faisons tant (en faveur des réfugiés, ndlr) mais peut-être sommes-nous appelés à faire davantage», a-t-il ajouté. Car «la charité qui laisse le pauvre tel qu'il est ne suffit pas»: «il ne suffit pas de donner un sandwich». En effet «la vraie miséricorde (…) demande justice, veut que le pauvre puisse trouver la voie pour ne plus l'être».

Mardi matin, dans son homélie, il avait d'ailleurs critiqué «l'Église triomphaliste» et les «Chrétiens triomphalistes». A cette heure, la petite 4L dormait encore dans le garage des voitures du Pape où elle a sa place à côté des grosses berlines et un abri... Celles-ci n'ont plus rien trouvé à redire.

Le figaro.fr