Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

la vie est pleine de sens dans son absurdité...

31 Mars 2011, 09:02am

Publié par Father Greg

 

 

 

Gauguin2.jpg "C'est une expérience de plus en plus forte chez moi ces derniers temps: dans mes actions et mes sensations quotidiennes les plus intimes se glisse un soupçon d'éternité. Je ne suis pas seule à être fatiguée, malade, triste ou angoissée, je le suis à l'unisson de millions d'autres à travers les siècles, tout cela c'est la vie;


la vie est belle et pleine de sens dans son absurdité, pour peu que l'on sache y ménager une place pour tout et la porter tout entière en soi dans son unité; alors la vie, d'une manière ou d'une autre, forme un ensemble parfait. Dès qu'on refuse ou veut éliminer certains éléments, dès que l'on suit son bon plaisir et son caprice pour admettre tel ou tel aspect de la vie et en rejeter tel autre, alors la vie devient en effet absurde: dès lors que l'ensemble est perdu, tout devient arbitraire. (...) 

 

Je suis surtout reconnaissance de n'éprouver ni rancœur ni haine, mais de sentir en moi un grand acquiescement qui est bien autre chose que de la résignation, et une forme de compréhension de notre époque, si étrange que cela puisse paraître! Il faut savoir comprendre cette époque comme on comprend les gens; après tout c'est nous qui faisons l'époque. Elle est ce qu'elle est, à nous de la comprendre en tant que telle, malgré l'effarement que son spectacle nous inspire parfois. (...)

 

Une chose est sûre: on doit tout accepter, être prêt à tout et savoir qu'on ne saurait nous prendre nos retranchements les plus secrets; cette pensée vous donne un grand calme intérieur et l'on se sent à même d'accomplir les démarches pratiques réclamées par les circonstances (...). Là où on est, être présent à cent pour cent. (...). Le grand obstacle, c'est toujours la représentation de non la réalité. La réalité, on la prend en charge avec toute la souffrance, toutes les difficultés qui s'y rattachent- on la prend en charge, on la hisse sur ses épaules, et c'est en la portant que l'on accroît son endurance.


Mais la représentation de la souffrance - qui n'est pas la souffrance, car celle-ci est féconde et peut vous rendre la vie précieuse- il faut la briser. Et en brisant ces représentations qui emprisonnent la vie derrière leurs grilles, on libère en soi-même la vie réelle avec toutes ses forces, et l'on devient capable de supporter la souffrance réelle, dans sa propre vie et dans celle de l'humanité. (...) Je ne pense plus en termes de projets ou de risques: advienne que pourra et tout sera bien". 

 

Etty Hillesum, une vie bouleversée.


Commenter cet article

V 31/03/2011 19:14



Accepter notre époque telle qu'elle est, c'est une chose ; comprendre les gens et la souffrance, s'en est une autre. Je suis bien incapable de prendre toute la souffrance et la "hisser sur
mes  épaules", parce que c'est bien trop souvent sa représentation qui éclate au visage. Ça fait un peu : j'y arrive par moi même et ça j'en ai marre... Je préfère accepter de ne pas
comprendre, sans forcément me résigner, quoi que... alors une lumière apparaît, comme "un soupçon d'éternité". Le chemin est encore long !!! même si on est déjà au terme !!!! Alors oui "advienne
que pourra" !!!