Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

La Nouvelle Alliance : Dieu donné substantiellement...

5 Avril 2012, 02:26am

Publié par Father Greg


 

4washin1.jpgC’est par un silence à propos de l’Eucharistie, que St Jean nous introduit  dans la Nouvelle Alliance que Jésus vient réaliser avec chacun d’entre nous. Pourquoi ce silence ? Parce que c’est une Alliance complétement Nouvelle. Ce que Jésus réalise n’est pas dans le prolongement de l’Ancien testament, de nos désirs d’homme religieux, prudents, morals, ou artistes. Cela vient d’en haut, et c’est pour cela que nous sommes perdus, déroutés, scandalisés par sa réalisation ultime à la Croix. Et Jésus nous montre le seul chemin pour vivre de l’intérieur ce pourquoi de la croix : l’Eucharistie, silence substantiel de Dieu pour nous. Cette Nouvelle  Alliance, c’est l’amour dans ce qu’il a d’ultime, de plus fou : Dieu est pour moi, dans tout ce qu’il est !  C’est pour cela qu’elle est un secret personnel, elle est une attraction divine, substantielle, qu’aucun culte ou rite liturgique ne pourra dire ou remplacer. Et de fait, cette alliance, ce n’est pas d’abord un rite ou un culte ! C’est un don dans l’amour, dans le silence. Il est là pour moi !

 

Et c’est bien à travers un geste que Jésus la réalise «  Au cours d’un repas, alors que déjà le diable avait mis au cœur de Judas Iscariote, le dessein de le livrer, Jésus sachant que le Père lui avait tout remis entre les mains et qu’il était venu de Dieu et qu’il s’en allait vers Dieu, il se lève de table, dépose ses vêtements, et, prenant un linge, il s’en ceignit. Puis il met de l’eau dans un bassin et il commença à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge dont il était ceint ».

 

Jésus –qui est le Maître, le Seigneur, Il le dit lui-même - qui est Dieu, se fait le serviteur et il lave les pieds à ses disciples. Il y a là un passage, et de fait un scandale : c’est un passage, « la Pâques », celui d’une nouvelle ‘connaissance’, personnelle, intime, de Dieu dans ce geste de Jésus. Dieu qui fait le geste de l’esclave ! Voici le nouveau passage de Dieu ! C’est Dieu qui se fait totalement relatif à nous ! C’est dingue ! C’est un geste où Il se donne tout entier. C’est un geste qui est pour chacun, le geste du pardon.

 

Le geste manifeste un lien personnel que l’on voudrait, plus que la parole. La parole, on l’adresse à tous, c’est normal. Elle a toujours un caractère universel. Tandis que le geste est singulier. Il est là pour manifester notre don intérieur, personnel. C’est comme cela que Dieu est vers nous, c’est toujours dans un amour total qu’Il nous regarde, pas autrement. « Il vient donc à Simon-Pierre, qui lui dit : “Seigneur, toi, me laver les pieds ?” Jésus lui répondit : “Ce que je fais, tu ne le sais pas à présent ; par la suite tu comprendras.” Donc accepte sans comprendre ! « Pierre lui dit : “Non, tu ne me laveras pas les pieds, jamais !” » Cette alliance, cette reprise de tout réclame de nous un dépassement de tout ce qu’on avait compris. Et c’est l’amour qui permet ces dépassements de tous nos jugements humains. Alors que Pierre juge bien rationellement, bien prudemment, d’une manière bien cléricale : 'respectons la liturgie, les conventions, l’ordre hiérarchique' !

 

Jésus lui répond : “Si je ne te lave pas, tu n’as pas de part avec moi.” » C’est par l’amour que Jésus prend le cœur de Pierre. Si tu refuses, si tu n’acceptes pas d’aller plus loin, alors tu restes relatif à toi-même... tu n'es plus 'par moi'. L'amour réclame cette sortie de soi, de nos schèmes d'homme prudent, de nos raisonemments. L'amour est toujours comme une epreuve parce qu'il implique une sortie de nous-même.

 

C'est cela le lavement des pieds, c’est une initiative d'amour, un geste unique, un geste pour entrer, chacun, dans quelque chose de nouveau, qui réclame d'être vécu de l'intérieur. Et parce que c’est un secret, tout est boulversé:  il n’y a plus d’ordre hiérarchique dans l’amour ! Or, c’est bien à la suite de ce lavement des pieds, on nous montre la place unique de Jean à l’égard de Jésus. C’est net ! Jean apparaît à la suite du lavement des pieds comme ayant un nouveau lien avec Jésus, une relation plus intime avec Jésus, n’est-ce pas là cette nouvelle alliance ?

 

N’est-ce pas de découvrir que -d’une façon tangible- l’amour est au-dessus de tout ordre, parce que Dieu est amour, et il en est toujours la Source. Donc, l’amour est au-dessus de tout ! C’est l’amour qui fait connaitre, c’est l’amour qui nous fait voir Dieu, c’est l’amour qui réalise l’unité ! Et Jésus nous le fait toucher, en faisant –et c’est toujours actuel pour nous- ce geste du lavement des pieds, le geste de l’esclave. Donc Dieu se fait relatif à chacun et à tous. Jésus se met au service de Pierre, au service de Jean, au service même de Judas puisqu’Il veut lui pardonner. Et il lui pardonne en se faisant responsable de sa faute, comme si c’était lui-même qu’il l’avait commise ! C’est cela la nouvelle alliance. C’est le grand mystère du pardon divin, qui porte la faute, et lui donne un tout nouveau sens pour une nouvelle intimité avec Dieu dans l’amour.

 

Le pardon implique un don dans l’amour. Parce que pardonner par la parole, dire à quelqu’un : je vous pardonne, c’est relativement facile. Cela nous prend 30 secs et on oublie ! On ne s’en occupe plus, on laisse tomber pour avoir la paix. Tandis que là, le pardon dans un geste ou l’on se donne, c’est très différent. Le geste est tout à fait personnel. Toute l’Incarnation est pour le lavement des pieds. Parce que par l’Incarnation, Dieu lave les pieds de ses disciples et même de celui qui trahit, ça va jusque-là, de façon tangible.

 

Et ça nous montre cette chose extraordinaire : Jean, entre dans l’intimité de cette nouvelle alliance, cette Pâques nouvelle, de Dieu qui vient s’unir à nous dans tout ce que nous sommes, par le mystère de l’Eucharistie, par ce geste d’amour, dont le lavement des pieds nous donne le sens. C’est pour cela que l’eucharistie est plus qu’un rite ou un sacrement. C’est le signe réel du don personnel de Dieu dans l’amour.

 

Il y a là quelque chose que l’on doit regarder avec crainte et qui révèle la grandeur de tout amour : l’amour humain est toujours l’appel, l’attente du don personnel de Dieu pour nous ! On ne peut donc jamais formaliser, juger de l’extérieur, ou donner un ordre d’obéissance à propos d’un lien personnel ! Il n’y a rien au-dessus, car tout lien dans l’amour est un appel et touche déjà quelque chose d’éternel !

 

Et c’est le lavement des pieds a ouvert Jean à cette nouvelle relation auprès de Jésus. Dans le lavement des pieds, Jésus fait le geste de l’esclave, donc du serviteur par excellence. Par l’institution de l’Eucharistie, Jésus, par sa toute puissance, comme Il est Dieu, nous donne son Corps comme aliment sous le signe du Pain. L’aliment le plus simple, le plus commun. L’aliment c’est le serviteur du vivant. Serviteur d’une façon radicale, puisque il perd ce qu’il est, pour celui qui s’en nourrit.

 

Et donc, Jésus veut nous apprendre combien Il se met à notre service. C’est vrai, ce n’est plus du pain, c’est le Corps du Christ : « Ceci est mon Corps ». On comprend que c’est aller jusqu’au bout, on ne peut aller plus loin. Dieu se donne comme pain. C’est le don que seul Dieu peut faire ! C’est sa toute puissance qui est au service de son amour, elle est toujours au service de son amour.

 

Jean veut mettre en pleine lumière cet ordre nouveau : que Celui qui est le Maître, Celui qui est le seigneur, n’hésite pas de faire le geste de l’esclave. Donc de bouleverser cet ordre hiérarchique et de faire comprendre qu’il y a un ordre d’amour beaucoup plus profond, beaucoup plus radical, parce que au point de vue hiérarchique, ce n’est pas compréhensible ; Et on comprend la réaction de tous les talibans de l’ordre hiérarchique : non, non et non ! Ne fais pas ce geste-là, il faut que tu restes, vraiment Maître et Seigneur ! Or, Jésus nous demande de dépasser cet ordre-là, humain, pour être pris par son don. La nouvelle alliance, c'est une reprise totale dans l’amour, ou chacun, petites créatures, êtres seconds qui trouvons avec peine ce qui est à portée, sommes élevés à la dignité de Dieu! Dieu se fait pain pour qu'on 'apprenne' à nous nourrir de Lui!

 

C’est Marie, celle qui a reçu chaque initiative de Dieu comme un secret, dans l'amour, qui nous montre comment en vivre: par l'amour et la pauvreté. L'amour nous fait être accueil et don, et la pauvreté nous cache, nous garde de tout retour sur nous mêmes, nous empêche de posseder l'amour, et nous fait accepter de pouvoir être comme ignoré. L’Eucharistie, silence d’amour de Dieu pour nous, réclame cela. C’est le geste éternel -actuel- de Dieu qui est don dans tout ce qu'il est; C'est cela la VERITE de ce que nous sommes. 

 

Fr Grégoire.