Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

L’obstination de la lumière d’un amour conjugal…

31 Janvier 2011, 23:30pm

Publié par Father Greg

 

 

« Si on ne renonce à rien, on ne préfère rien, on ne fait rien, on n’est rien. À quoi sert d’être libre pour rien ? Nos choix nous créent et nous libèrent. »

 J. Bourbon Busset.

 

claude-monet-la-femme-au-parasol.jpg "Qu'y avait-il de particulier dans le lien qui nous unissait? Cela ne peut se réduire à une formule abstraite, à une suite de mots et pourtant cela doit pouvoir s'exprimer. Il me paraît difficile d'éviter le mot lumière. Ce qui se passait entre nous n'était pas de l'ordre des forces mécaniques, ni même organiques, mais de l'ordre de la lumière, d'une lumière familière, quotidienne dont la présence était sans cesse espérée, l'absence sans cesse redoutée. Nous vivions dans, de et par cette lumière. Si elle nous avait manqué, tout nous aurait manqué. 
 

 

Nous ne nous éclairions pas l'un l'autre. C'était la même lumière qui nous éclairait. Elle ne venait pas de nous, elle venait d'ailleurs mais nous avons su l'accueillir, lui ménager, entre nous deux, un lieu, lui faire un espace. Notre chance était de vivre dans cet espace de lumière. 

 

Tout le monde pense que l'amour du couple offre le meilleur modèle de la relation, qui est alliance dans le respect de la différence. Pourquoi alors tant d'échecs? Sans doute parce que la différence n'est  respectée que du bout des lèvres, et parce que l'alliance n'est pas considérée comme une alliance à toute épreuve (...). 

 

C'est dans ton âme intrépide que je dois chercher l'explication de ce qui est né et a grandi entre nous. C’est ton âme qui m'a vaincu. Certes j'admirais ton intelligence, ta sensibilité, ton énergie, mais que m'auraient importées ces qualités si elles n'avaient été rassemblées, unifiées par une force plus forte qu'elles toutes, par une exigence inconditionnelle? J’ai entendu battre dans ton âme la passion de l'absolu et j'ai compris que jamais je n'écouterai aucune musique plus intense que celle-là. (...) l'âme est la basse continue, la note fondamentale. " 

 

 

Jacques de Bourbon Busset, Lettre à Laurence,

(Lettre à sa femme, écrite après sa mort)


Commenter cet article