Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

L'espérance en Marie... (V)

18 Août 2011, 05:06am

Publié par Father Greg

 

 

Regatta-at-Cowes-Castle-by-Joseph-Mallord-Turner.jpgQuand elle vit la mission du Verbe devenu chair, Dieu lui demande de réaliser quelque chose : elle est mère selon la chair et le sang, et donc elle réalise quelque chose : elle est petite servante de Dieu mais elle réalise quelque chose. Et cela, c’est un support pour notre nature humaine, car nous avons besoin – c’est humain – de réaliser quelque chose ; quand on a l’impression qu’on « fait » quelque chose, cela nous aide. Ce qui est demandé à Marie à la Croix et dans la pauvreté si radicale du Sépulcre, ce qui lui est demandé durant cet avent du Sépulcre, est beaucoup plus difficile que ce qui lui était demandé dans sa première maternité : elle ne fait rien, elle est dans une attitude de pure réceptivité au niveau contemplatif. Elle adore l’Esprit Saint parce que cette adoration d’amour est la meilleure manière de disparaître ; elle adore l’Esprit Saint pour avoir soif de lui, pour l’attirer davantage vers elle ; elle entre dans cette pauvreté radicale de la créature à l’égard de Dieu, dans cette adoration en esprit et en vérité, pour que l’Esprit Saint prenne possession de tout en elle. Elle est le cri de l’enfant dans le désert ; Jésus n’est plus là, et il la met dans ce désert ; alors elle n’est plus que ce cri d’appel vers le Paraclet, celui qui seul peut la faire vivre en faisant que tout ce que Jésus lui a donné, mais qui lui est comme retiré, lui soit de nouveau donné, mais donné d’une manière plus intérieure. Car c’est l’Esprit Saint qui doit nous faire vivre de nouveau tout ce que Jésus nous a donné, nous le faire vivre d’une manière plus intérieure, plus profonde, et aussi plus pauvre, sans aucun  soutien psychologique, sans aucun soutien humain. C’est cela, croire en l’Amour et espérer en l’Amour ; Marie croit en ce don d’amour et est toute suspendue à ce don, toute dépendante de ce don, toute relative à cette mission de l’Esprit Saint, à cette mission d’amour. Et après l’Ascension, durant les quelques jours d’attente qui précèdent la Pentecôte, Marie est de plus en plus assoiffée de cet Esprit de vérité, cet Esprit d’amour, de ce mystère du Paraclet. Si Jésus a voulu inventer ce nouveau mot, c’est avant tout pour Marie, c’est pour qu’elle comprenne mieux cette mission nouvelle d’amour, cette mission de surabondance d’amour et de plénitude de don.

            C’est sous la forme de ce souffle et de langues de feu que l’Esprit Saint est donné à Marie comme aux Apôtres, pour bien faire comprendre que c’est vraiment l’Amour, et uniquement l’Amour, qui brûle le cœur de Marie et le met dans l’unité avec Jésus, dans l’unité avec le Père. Le mystère de l’Esprit Saint lui est donné pour qu’elle vive de cette attraction du Père et du cœur blessé de son Fils, et pour qu’elle puisse vivre cette dernière étape de sa vie auprès de Jean, auprès de l’Eucharistie, dernière étape qui est une étape d’extraordinaire pauvreté (n’est-ce pas ce qui est exprimé par ce grand silence de Marie, où on ne nous dit plus rien d’elle ?).

 

MD Philippe, Marie et le mystère de l’espérance