Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Gender: l'homme et la femme, ça n'existe plus ?! (V)

21 Novembre 2011, 05:06am

Publié par Father Greg

 

The_Camel_Rider_1875.jpgScientifique ? Mythique plutôt !

    

  L'imposture : présenter cette thèse, cette opinion comme…. scientifique ! Enseignée ex-cathedra non en philo, (comme une opinion à débattre), mais en cours de .. science ! Des sornettes à la …. Sorbonne ! Est-on encore dans un pays civilisé ?

     Et voilà, balayé d'un trait de plume tous les acquis scientifiques les plus récents. On est capable de détecter si des ossements de plusieurs millénaires sont ceux d'un homme ou d'une femme : mais non, aucune différence ! On sait tous maintenant et parfaitement que la femme a 2 chromosomes X et l'homme 1 X et 1 Y, ce qui inscrit dans nos gènes des caractéristiques non seulement anatomiques mais psychologiques immuables. Les psys de tous bords avec des milliers d'études scientifiques ont admirablement démontré l'impact psy des organes physiologiques. Mais non, ces psys se sont tous gourés ! Tout juste s'ils ne sont pas traités d'imposteurs, sinon de criminels. Vous vous rendez compte ? Ils sont –du jour au lendemain - devenus politiquement incorrects ! Oser aller contre la sacro-sainte opinion publique ! Celle-ci formatée par les medias, eux-mêmes noyautés par les petits lobbies que l'on sait. Scientifique vous avez dit ? Non ! Mais un peu d'esprit critique, voyons ! Si vous ne voulez pas dévaloriser les mots, humilier les vrais scientifiques

Conscience, évidence et bon sens : implosés !


      Mais cette pseudo-science engendre l'inconscience, pire : le non-sens dynamitant le simple bon sens humain, violant la conscience des personnes dans leur intimité.

      Derrière tout cela, je pose le diagnostic : la rébellion du virtuel contre le réel. Le refus absolu de ce qui EST, de ce qui existe. Que cela me plaise ou non.
      L'objectif, et donc l'objectivité n'existent plus. Ne restent que les aléas de ma subjectivité. Et derrière ce qui EST, Celui qui EST. L'Existant par excellence. On lui a déjà arraché la vie, dont Il est la seule source. Les 2 moments qui n'appartiennent qu'à Lui seul : le commencement et la fin d'une existence. Et voilà qu'on lui retire violemment ce qui touche à l'amour, source de la vie. On lui brise son chef d'œuvre entre tous, le point précis dans tout le cosmos où la Trinité en tant que telle se manifeste, comme en un sacrement.


      N'est-ce pas la rébellion originelle contre le Créateur, en tant que Créateur. Le refus absolu d'être créature. Devenir le Créateur, le singer, pire, l'usurper. M'emparer de sa création, moi. La manipuler à ma guise à moi. . En faire ce que je veux, ce qui me plaît moi, ce que je décide, moi. Répartir l'animal entre mâle et femelle, l'humanité entre Adam et Eve : quelle stupidité ! Faire qu'un enfant soit conçu par un homme et une femme : bêtise ! Vouloir qu'un enfant se construise, se structure grâce à cette double polarité : ridicule ! Il faut refaire tout cela ! Ce que je décrète, cela est fait. Je change les mots, et voilà la réalité changée. Ma seule intelligence suffit à faire du réel. Me voilà tout puissant ! Bref ! telle est la « virtualité » post-moderne.


Et voici un(e) dieu : un(e) individu solitaire et narcissique.


      Conséquence autrement plus grave, s'il était possible : c'est l'image même de Dieu qui en est détruite dans l'esprit de l'homme. « Faisons l'homme à notre image : homme et femme il les fit ». C'est précisément cette différence complémentaire inscrite jusque dans nos anatomies qui est la révélation, la manifestation dans notre chair d'un Dieu qui n'est pas individu isolé et solitaire, mais circulation d'amour – d'un amour donnant la vie – entre Personnes différentes, et donc complémentaires. 

      D'où la révolution « Wotylienne » à 380 ° : les organes génitaux différents ne réfèrent pas l'être humain à l'animal, mais à la… Trinité ! L'unisexe renvoie à une mono-divinité lointaine, et non à une famille. En ne voyant qu'un homme ou qu'une femme, je ne sais pas qui est Dieu : un papa avec un cœur de maman … Plénitude du masculin et du féminin. Tout ce qui touche à l'identité spécifique de l'homme et la femme, brise l'image même de Dieu. En défendant leurs différences, donc leur complémentarité, nous protégeons Dieu de tous les masques dont on l'affuble, de toutes les caricatures dont on le défigure.

      Et voilà dynamité ce chef d'œuvre de tous les chefs d'œuvres du Créateur, le sommet même de la Création, ce qu'il y a incontestablement de plus divin dans tout le cosmos, ce que plus de 13 millions d'années d'évolution du cosmos préparaient, comme se prépare un berceau pour y recevoir le trésor de tous les trésors : la personne humaine. 


      Bref, quand on ne sait pas qui est l'homme et qui est la femme, on ne sait pas qui est Dieu.
     Car, seulement là où l'altérité conditionne la fécondité, là se trouve la Trinité.


     Et par ailleurs, en niant l'humanité au corps sexué, je renie la réalité bouleversante de Dieu venu épouser ma chair, vivre au-dedans d'un corps charnel avec un visage unique au monde.

      Le christianisme n'est –il pas la religion la plus réaliste qui soit ? Elle est celle du corps et du visage. Dieu est allé jusqu'à prendre notre corps charnel, s'est laissé voir sur un visage. L'Eglise se battra jusqu'au sang pour défendre, protéger, garder en son intégrité l'intime inter-connexion de l'âme et du corps, comme la si profonde corrélation de l'homme et de la femme.
Bref, par le biais de cette distorsion du sexe, c'est la double réalité de la Trinité et de l'Incarnation, visée par le prince du mensonge.

Daniel Ange.

Commenter cet article