Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Gender: l'homme et la femme, ça n'existe plus ?! (IV)

19 Novembre 2011, 05:38am

Publié par Father Greg

 

The_Bather.jpgMon corps ? Mais c'est quoi ce truc ?


      On a déjà déconnecté sexualité et fécondité, le coït et le zygote, maintenant il faut à tout prix débrancher l'anatomie et la psychologie, le physiologique du psychique, alors que chacun sait et sent à quel point ils sont en continuelle interaction, ma biologie influant profondément sur ma psychologie.


     Les différences physiologiques, en partie modifiables chirurgicalement n'ont rien à voir nous dit-on, avec les différences psychologiques qui en fait n'existent pas puisque simples normes sociales . Du coup, ton corps ? Simple truc ou plutôt gadget. Je peux jouer au garçon ou à la fille comme je veux.

     Non ! mais veut –on fabriquer de la schizophrénie haute dose ? « Les prédispositions du corps de la femme à la maternité deviennent un ennemi à combattre ( …) Cette a-sexualisation déconstruit la configuration de la personne humaine, en tant que père ou mère, époux ou épouse, fils ou fille ». (Peeters )


     Bientôt, filles et garçons n'oseront plus s'embrasser ni se tenir la main, c'est vieux jeu. Le top ?    French-kiss mais à 4 lèvres féminines ou masculines scotchées.
     

Bientôt, - ne sachant plus qui elles sont, les filles seront complexées d'avoir vagin, utérus, sains, peau fine, et d'être soprano. Et les garçons d'avoir pénis, peau poilue, muscles saillants et être ténors. Les unes : honte de stocker des ovocytes, les autres d'éjaculer du sperme.


      En Nord Amérique, déjà, des parents refusent de dire le sexe biologique de leur enfant pour ne pas l'emprisonner dans un stéréotype et lui laisser le libre choix.

      Paradoxe : tout le matraquage pornographique mise sur l'excitation de notre sexualité physique, l'exacerbation de nos pulsions charnelles et la provocation à l'orgasme, mais en misant principalement sur l'irrésistible aimantation mutuelle des corps masculins et féminins signe que ces pornocrates et porno-trafiquants savent bien que l'immense majorité en est encore à cette hétérosexualité déphasée, et donc c'est encore le plus rentable. Pour le moment !

 

Tu la construis sur un marécage, ta maison ?


      Ça y est, le coup de bélier final pour déconstruire, donc dé-truire la famille est asséné sur le mur déjà fissuré de partout. Depuis 20 ans tout à déjà été fait pour la fragiliser, la miner, la saper. Ne restait plus que cela : décider que l'homme et la femme, l'attraction mutuelle n'est que… culturelle, « politiquement modifiable ».


      Si l'homme et la femme sont interchangeables suivant les modes du moment, alors la famille est à dimension sans cesse variable. Si l'autre personne n'a aucune identité sexuelle fixe, stable, définitive, si ses comportements varient au gré de ses phantasmes, comment construire une relation et surtout une vie avec elle ? N'importe quel jour, je puis la plaquer, puisque je ne suis plus ce que j'étais lors de mon mariage, ni l'autre non plus. Et de toutes façons, j'ai décidé de changer d'orientation.

     Et ça y est ! L'homme comme la femme ne doivent plus faire aucun effort pour essayer de comprendre l'autre puisqu'il n'y a plus aucune spécificité particulière, aucune altérité à découvrir, à essayer de comprendre. Alors tu projetteras sur l'autre tes propres idées, sentiments, approche des choses, bref, ta propre psychologie. Et ce sera l'échec de toute relation, l'enfer des incessants quiproquos, mésententes, donc mésalliances… 

      L'indifférenciation aboutit à un nivellement, donc à un appauvrissement total, de toutes les richesses respectives, ipso facto ratiboisées. Ne restera plus que des individus asexués et stériles.
Et voilà dynamitée cette admirable bi-polarité masculin-féminin, où l'altérité conditionne la fécondité, où la spécification permet la communion, où différence engendre une descendance.

Et ton môme dans tout ça ?


      Dans le domaine étroitement connexe de la vie, même subversion anti-scientifique. 
     Après avoir débranché parenté biologique et psychique, maintenant sexe biologique et sexe psychologique. On avait libéré la femme de cette maternité qui est une aliénation de la féminité (Beijing ONU). Maintenant, il faut libérer la sexualité en tant que telle de sa « matrice hétéro » (Butler). Paradoxe : c'est quand la science a démontré depuis 50 ans tout ce que vit l'enfant in sinu, qu'on ose déclarer froidement : aucune incidence négative pour un enfant conçu in vitro de spermatozoïdes et d'ovules achetés (tarifiés d'après le QI des vendeurs), transbahuté dans un ventre loué ou squatté quelques mois, arraché à sa maman porteuse par l'acheteuse ( au risque de procès si pas conforme à la commande) et en fin de parcours, devant parfois dire Maman à un monsieur barbu à la soixantaine ayant 2 papas ou 2 mamans… L'enfant en pâtira ? Non, voyons ! C'est encore l'imagination des stupides chrétiens. L'enfant sera merveilleusement épanoui. Il ne connaîtra jamais ni ses origines ni son patrimoine héréditaire, ni son premier berceau. : aucune importance ! La grand-mère prête son sein à sa petite fille ou vice-versa, on conçoit avec du sperme de l'oncle décédé voici 50 ans : comme c'est merveilleux ! Les analyses psychologiques, c'est périmé. Vive le génie génétique !

    

On frise la folie eugénique dites-vous ? Et alors ? Hitler aurait pu éliminer in utero, les races tziganes et juives évitant Auschwitz et Treblinka. Elimination aseptisée ! Vive le progrès !
      Zigouiller proprement les « non économiquement rentables » par rapide injection léthale, sans consentement de personne : génial pour régler la crise économique ! Eliminer les enfants encore zygotes, présentant un infime défaut de fabrication : fantastique pour éviter des gens à charge de la société ! Vive la science !

    

Dites- vous vraiment : vive la science à propos d'Hiroshima et Nagasaki ? A propos de Treblinka et de Karaganda ? Non pas une mégapole visée, mais toute la race humaine en tant que telle. Ravalée qu'elle est au rang d'animal, légèrement plus sophistiqué ? Toutes les expériences sur le rat, doivent être faites sur l'enfant : où est le problème ? Je pose la question : l'implosion génétique n'est-elle pas incomparablement plus meurtrière que l'explosion atomique ?

      Je dis : meurtrier. Mais le diagnostic est plus précis : suicidaire. On s'inquiète du nombre galopant de suicides, des enfants aux personnes âgées : mais n'est-ce pas le symptôme dramatique du suicide collectif de l'humanité.

    

Nous nous préparons des lendemains terribles car « comment construire une société sur des variables fluides de désirs flexibles » (M. Peeters). Dites-le moi ! Nous provoquons de vrais « psychopathologies sociales » (Anatrella). Il en est comme des médicaments mis sur le marché sans tests suffisants sur la durée. 20 ans après, ce sont les procès. Je donne rendez-vous dans 20 ans avec ces enfants issus de tels procédés ou formatés par les théoriciens du gender.

Daniel Ange.