Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Et bien moi je vous dis !

17 Février 2014, 08:00am

Publié par Fr Greg.

941821_566411250108357_1452465793_n.jpg

 

 «  Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens vous n'entrerez pas dans le Royaume des cieux ».

Jésus est-il venu instaurer une super loi ? Un truc bien exigeant plus dur que la loi de Moïse ? Maudire son prochain conduit maintenant en enfer, alors que pour Moïse, commettre un meurtre conduisait seulement au tribunal !? Si désirer une femme c’est déjà commettre un adultère… alors  l’évangile n’est plus accessible qu’à une toute petite élite et réclame qu’on se transforme en machines à se surveiller constamment ?! Bref, du désespoir organisé !! Et si toute mauvaise action ou jugement réclame de se couper la main ou de s’arracher les yeux, alors on va tous finir aveugles et manchots !!

Or, ce que proclame Jésus n’est pas une figure de style : il nous dit en vérité les exigences qu’il a pour nous. Et son désir n’est certainement pas un truc pieux pour gens amorphes dégoulinant de gentillesse !  Justement, la radicalité de son propos indique qu’il y a là quelque chose d’extrêmement important. Et ces nouvelles exigences, c’est le désir que Dieu a sur nous, que Jésus a réalisé. "Et bien moi je vous dis!"

Jésus vient non seulement vivre la loi jusqu’au bout mais même en dépasser les exigences. A la croix, il vient plus que se servir de toutes les trahisons, de toutes les injustices, mais y descendre en se donnant LA, d’une manière encore plus intime, encore plus personnelle. 


Ces nouvelles exigences de Jésus, c’est en réalité ce qu’il vit à la croix et qu’il veut nous donner à vivre ! Spécialement nos liens personnels, d’amitiés. Dans tous ces lieux qui font notre vie commune quotidienne. Les commandements de Dieu ne sont pas un minimum à vivre pour être en règle, mais ce sont le désir qu'il a sur nous de nous entrainer vers des liens hyperpersonnels, hyperengageant, hyper de trop! Son exigence est celle là même qu'il vit! Et pour cela il veut venir se dire à nous dans ces lieux de chutes, ces lieux ouverts malgré nous: ces trahisons et ces blessures que l’on fait ou que l’on nous fait, c'est le lieu ou l'on doit l'entendre nous dire avec force: "Et bien moi je vous dis...".

« Vous avez appris qu'il a été dit… Eh bien, moi je vous dis »

Et la clé, c’est cela: « Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir ! » C'est SON oeuvre à lui, c'est Lui qui le fait en nous le disant! Et Il est déjà victorieux, il l’a déjà réalisé, accompli, et il veut que cette victoire prenne tout en nous ! Il veut que sa victoire s’empare de toutes nos luttes. Que l’on vive toutes nos souffrances, tous nos lieux de désespoir comme habités par Jésus ! C’est le divin qui descend dans notre rien ! Dans notre néant ! Mais nous, on le laisse pas nous le dire! On croit le savoir! Or on a besoin qu'il vienne tout les jours nous le redire!

Et pour cela, Jésus parle avec autorité: "Et bien moi je vous dis! on vous a dit que vous deviez faire ci et ça.. ?? Et bien moi je vous dis...  que Je suis venu accomplir ma victoire dans tous ces lieux où vous désespériez !»

 

C’est ça ce que Jésus veut nous donner à vivre : Lui-même ! En descendant dans tous ces lieux pourris, tordus, pétés, moisis, pour que ces lieux deviennent des lieux d’offrandes. C’est notre manière à nous d’être offert, d’aimer et d’adorer : en acceptant d’être blessé et de pâtir de nos propres misères -et de celle de nos frères- Tant qu'on croit qu'on peut se déresponsabiliser des misères de nos frères, on croit toujours qu'au fond on est pas si mal... et qu'on peut le faire! Bah, non! Et il faut lui laisser nous le dire!

"Et bien moi je vous dis!"  Mais, est-on vraiment on le laisse nous le dire? On lui crie de nous le dire? Est-on mendiant qu’il vienne nous redire tous les jours sa manière d’être victorieux en nous, comme lui le veut pour nous?? Accepte-t-on que notre inefficacité et son apparente abscence soit le lieu par lequel il vient nous redire qu'il nous met à sa taille?

 

Fr Grégoire.