Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

En fait, Jésus il a apporté quoi ?

26 Janvier 2014, 08:26am

Publié par Fr Greg.

En fait, Jésus il a apporté quoi ?

« le peuple qui habitait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière. Sur ceux qui habitaient dans le pays de l'ombre et de la mort, une lumière s'est levée. A partir de ce moment, Jésus se mit à proclamer : « Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche. » Comme il marchait au bord du lac de Galilée, il vit deux frères. Jésus leur dit : « Venez derrière moi, »  Matthieu, 4, 12-23.

 

Jésus vient reprendre l’humanité non seulement blessée, mais désespérée : il vient là où les promesses ont avortées, il vient reprendre ce qui est apparemment sans espoir. Le salut c’est pas des conseils, des trucs pour nous aider, des valeurs pour nous guider ! Le salut c’est quelqu’un qui descend et se rend présent là ou humainement tout est perdu, là où c’est mort ! C’est Jésus qui vient chercher l’homme découragé, mais découragé parce que de toute façon il ne peut revenir sur son passé et qu’il n’a plus le temps ! Il vient là où c’est la louse ! Il vient là où on a cru en quelque chose de possible et qui s’est transformé en échec cuisant !

Nous on voudrait tellement que Jésus vienne là où on a bossé, pour confirmer nos belles initiatives, notre générosité, pour qu’enfin le monde reconnaisse qu’on n’est pas si mal ! 

Or Jésus vient là où c’est mort, là où on est assis, même couché plein de tristesse et d’amertume, là où c’est moisi pour nous former à la gratuité de son don ! Pour nous former à la gratuité de son don excessif qui est pleinement lui-même là où on ne peut QUE recevoir ! Et ça, ça nous gave ! Nous on veut être reconnu pour ce qui vient de nous, notre originalité, notre cuisine ! Et c’est ça la croix : tout est brulé pour un nouveau don, encore plus gratuit !

Et, son don, c’est un choix actuel, personnel, définitif qui n’a pas d’autre raison que lui pour moi ! L’amour a en lui-même sa propre signification ! « Je te choisis parce que c’est toi ! » on est pas choisi pour remplir un rôle, une mission, être responsable de chez pas quoi sinon de son choix qui nous fait être quelqu’un pour lui ! C’est son don qui me transforme ! Il me fait être tellement autre que le Père ne peut plus nous regarder que comme ceux à qui Jésus à tout donné, ceux qui ne font plus qu’un avec Jésus parce que son don nous fait être comme une seule personne avec lui, pas moins ! Et là on doit être farouche, intransigeant : ‘je suis celui que Jésus a choisi !’ Et évangéliser c’est cela ; ce n’est pas d’abord des cours de KT ou de faire les photocs’ pour le curé, c’est être témoin qu’on est aimé d’un amour qui nous fait tout autre !

Et comment est-on possédé par cette gratuité, comment entre-t-on dans ce choix personnel ? et bien c’est ce que montre st jean dans son  Evangile en parlant de ceux qui sont témoins de Jésus pour lui (Jean Baptiste ou Marie) ou autrement chez St Paul aux corinthiens : « moi, j’appartiens à Paul, ou Appolos » et qu’on comprend toujours de travers, comme si Paul disait qu’il ne fallait appartenir à personne ! Mais c’est exactement le contraire ! On est lié à Jésus par un témoin que Jésus met sur notre route. Ça s’appelle la charité fraternelle : tel témoin que j’aime profondément est pour moi présence de Jésus : parce que mon frère ne fait pas nombre avec Jésus !!! Et ça s’appelle l’Eglise : un tissu de lien personnel et fraternel, pas d’abord une hiérarchie ou les rapports seraient indifférents et ‘objectifs’ ! Mon frère n’est jamais un moyen : mon frère et Jésus c’est tout 1 ! Alors qu’un sacrement et plus encore l’institution, la hiérarchie, la liturgie, oui, ce sont des moyens qu’il faut utiliser mais qui ne sont pas éternels ! Mon frère, celui-là que j’aime spécialement, c’est précisément le lieu où j’expérimente la plus grande gratuité, et le choix le plus actuel ! Là encore c’est le commandement du Christ : « aimez-vous » autrement dit : vous ne pouvez me rencontrer sans être attaché farouchement les uns aux autres ! Alors gare aux chacals et à tous les petits esprits étriqués et malingres qui prêcheront le contraire !

 

Fr Grégoire.

 

Commenter cet article