Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Du désespoir à l'adoration (IV)

31 Octobre 2011, 05:27am

Publié par Father Greg

The_Burning_of_the_Houses_of_Parliament_Three_1834.jpgVous utilisez des images de feu, de guerre, de haute tension… Le Christ nous dit pourtant qu’Il vient apporter la paix !

Oui, mais sa paix n’est pas la nôtre ! Je compare notre situation à celle d’un pays infesté de brigands : ce sont nos péchés, nos vices, notre orgueil, qui nous empoisonnent l’existence, brouillent la communication dans le pays, nous empêchent de vivre en paix.

Or, ce pays apprend que son voisin est un roi merveilleux, généreux, doté d’une armée puissante. Dans son désespoir, il lance un appel vers ce roi, qui franchit la frontière avec son armée. Les brigands ont peur et disparaissent au fond des forêts ; le pays respire, ses habitants retrouvent la concorde et la joie de vivre ensemble.

Tel est le fruit de notre conversion à Jésus-Christ… En réalité, nous sommes loin du compte : ce que nous appelons « la paix » est un compromis médiocre, un dosage entre Bien et Mal dénommé « équilibre », une « coexistence pacifique » entre le vieil homme et le nouveau, entre notre cœur de chair et notre cœur de pierre. « Ce n’est pas brillant, dit-on, mais enfin, il ne faut pas trop en demander. »

Le Christ est venu pour nous donner sa paix, et non pas celle du monde, qui nous persuade d’accepter le compromis. Le Christ veut nous donner sa paix par l’extinction de tout ce qui menace la circulation de l’Amour. Aussi, le roi dit un jour : « Que sont devenus les brigands ? – Seigneur, ils se cachent, ils sont neutralisés… - Oui, mais il faut en finir ! Je vais les poursuivre et les exterminer. – Oh ! Mais vous allez les réveiller, ce sera encore la guerre…- Je ne suis pas venu apporter la paix mais la division : une guerre d’extermination contre tout ce qui menace ma Paix ».

C’est donc le roi lui-même qui déchaîne les brigands que sa présence avait endormis. D’où les tentations étranges qui peuvent se soulever en nous après de longues années passées au service du Christ : le réveil des fièvres endormies… où même l’éclosion de fièvres inconnues. C’est bon signe, c’est le Saint-Esprit qui fait le ménage !

Quel est votre passage de l’Evangile préféré ?

Marie Madeleine, la femme aux sept démons, qui s’effondre en larmes aux pieds du Christ. Pour moi, cela résume tout l’Evangile.

J’ai une profonde vénération pour la Vierge Marie et Marie Madeleine. L’une et l’autre ont versé les mêmes larmes : la contrition de Marie Madeleine ne contemplait pas ses fautes, mais le Cœur du Christ blessé par ses fautes ; et la compassion de Marie regardait ce même Cœur – parce que l’Amour n’est pas aimé.

Je crois que la charité fraternelle doit être un effort pour prolonger entre nous le dialogue silencieux de la Sainte Vierge et de Marie Madeleine – ceux qui ont moins péché devenant finalement plus humbles et plus écrasés par le poids de la Miséricorde que ceux qui ont beaucoup péché.

La solidarité dans le péché, c’est plutôt accablant !

Non, c’est magnifique ! Comme disait le starets des Frères Karamazov de Dostoïevski, si tous comprenaient cela, ce serait le paradis sur Terre !

Nous serions délivrés de nos complexes et de nos scrupules par la joie de l’amour assumant le péché des autres. Et il est bien vrai que si chacun de nous était meilleur, le monde entier serait meilleur.

Le pire des péchés, c’est de vouloir se mettre à part du péché : c’est la définition même du pharisaïsme. « Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs », dit Jésus. Quand on accepte cela, on entre dans l’ordre de l’amour, on s’abandonne à la miséricorde, on lâche prise enfin. Et la joie explose en nous !

Marie-Dominique Molinié, o.p.

Commenter cet article