Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Du désespoir à l'adoration (III)

30 Octobre 2011, 05:24am

Publié par Father Greg

 

533.jpgComment se convertir ?

Se laisser couler. Nous sommes des nageurs qui coulent et qui essaient désespérément de remonter à la surface. C’est ce qu’il ne faut pas faire : il faut nous laisser emporter au fond – alors seulement nous pourrons remonter. Nous ne sommes jamais assez au fond. Une prière qui jaillit des profondeurs de la détresse est toujours exaucée immédiatement. C’est pour cela que Dieu nous y accule parfois, parce qu’il a envie de nous exaucer.

Comme Jacob, nous avons tous notre blessure intérieure : c’est le moyen provisoire dont Dieu veut se servir pour nous exaucer. Mais nous ne savons pas nous en servir. « Si vous demandez en mon Nom, vous obtiendrez ce que vous voudrez. Mais vous n’avez encore rien demandé en mon Nom… ».

La prière creuse en nous un véritable cri qui n’arrive pas à sortir, mais qui finira par jaillir un jour. Ce jour-là, nous obtiendrons tout.

En fait, nous avons peur d’être exaucés ?

Oui. Il y a au fond de nous une résistance sournoise. Je crois que l’orgueil le plus profond et le plus irrémédiable – celui des anges peut-être – consiste à refuser l’accueil de l’infini pour se « contenter » de ce qui est à notre portée. Un tel orgueil se pare des apparences de l’humilité : « Je n’en demande pas tant, je ne vise pas si haut ! C’est très beau, ce bonheur infini, mais c’est trop pour moi ». Et secrètement nous pensons : « Cela me dépasse, car cela ne vient pas de moi ».

Je soupçonne que le péché de Satan a pu être commis très correctement, très poliment, au nom de la morale en quelque sorte : « Si je peux me permettre… ». Satan nous inspire souvent cette attitude de modestie, qui est la pire des suffisances, et le refus de perdre pied. Nous espérons ne pas être dévorés, ni par le Bien, ni par le Mal. Satan nous pousse à être un homme raisonnable, qui n’est entraîné par rien – ni par la folie des ténèbres, ni par celle de l’Amour.

L’homme vertueux ne doit être fou de rien, pas même de joie… pas même de Dieu. C’est à ce péché que s’applique la malédiction de l’Apocalypse : « Si tu étais chaud ou froid…. » Il vaut mieux se tromper d’infini que de renoncer à l’infini !

La tactique du Diable est de proposer le « raisonnable »…

Oui : c’est le prince du tiède, le roi du compromis. Son but n’est pas de nous faire tomber dans des erreurs précises, mais au contraire de nous laisser dans le vague, de plonger la Vérité dans le vague. Parce qu’il est impossible de jouer sa vie sur des idées vagues, et par conséquent de devenir un saint dans ces conditions-là.

Par exemple, il va jeter un doute sur la Présence réelle en atténuant, en diluant, en délavant le sel de la terre.

Pourquoi avons-nous si peur de l’Amour ?

Dieu est un feu dévorant. On pourrait écrire, partout où il y la Présence réelle : « Haute tension, danger de mort, défense d’entrer ! »

Les Israélites le savaient bien, ils avaient ce sens : « J’ai vu Dieu, je vais mourir… » C’est dangereux parce que c’est trop intense, trop fort. Dieu Lui-même n’y peut rien, Il ne peut pas baisser son thermostat. Alors, Il prend d’infinies précautions pour s’introduire en nous.

MD Molinié. O.P