Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Du désespoir à l'adoration

28 Octobre 2011, 04:15am

Publié par Father Greg

Entretien avec M.D Molinié, op.

Toute sa vie, déchaîné contre la tiédeur et la mièvrerie théologiques, blessant souvent par ses réparties acérées, maniant le paradoxe comme une épée et se faisant, tel Cyrano, des ennemis pour toujours. Tout est excessif chez lui : Il voulait « s’aplatir comme Job », mais ne peut s’empêcher de provoquer, en prêchant un « Evangile rude », sans affadissement.

 

Ce pessimiste convaincu, s’interdit de désespérer: « Ce n’est jamais que de manière surnaturelle que j’ai confiance ». La supplication adorante, voici l’antidote du désespéré espérant, qui marche vers la Rive sur les eaux mouvantes de la Foi et n’attend plus que de « s’enfouir dans l’Amour pour toujours ».

 

The Devil s Bridge Saint GothardNous fêtons les deux mille ans de notre Salut. De quoi a-t-on besoin d’être sauvé ?

De l’orgueil. Il n’y a qu’un combat dans la vie d’un homme: celui de l’orgueil et de l’humilité. L’orgueil, c’est le refus de l’amour, avec l’abaissement invraisemblable et indicible qu’implique l’amour.

Vous avez toujours eu la Foi ?

Non. A 12 ans, j’ai entendu un sermon sur l’Eternité, le prêtre prêchait si bien que j’ai vu l’enfer. Cela m’a bouleversé. Comment Dieu infiniment bon peut-il permettre des abominations pareilles ? J’ai finalement conclu : c’est trop horrible, je ne peux pas croire ça. A 16 ans, je me suis révolté en douceur.

Aujourd’hui, vous avez compris ?

Je ne comprends pas plus, mais j’accepte de ne pas comprendre. L’enfer, les ténèbres, le péché originel ? Comment tant d’orgueil ? Pourquoi un instrument de supplice qui s’appelle la Croix, alors que Jésus pouvait nous sauver d’un simple sourire ? Pourquoi cette surabondance de souffrance ? Pourquoi les enfants martyrs, les innocents assassinés …. ? Je ne peux pas répondre. Devant ces questions insolubles, j’essaie de rejoindre les gémissements inénarrables du Saint Esprit. Je me réfugie là, et je me tais.

Il faut d’abord « s’écraser » avant de chercher à comprendre ?

C’est Dieu qui « s’écrase ». Il est à genoux devant nous et nous supplie : « Fais-moi confiance » Le seul acte infini que nous puissions poser, c’est d’accepter de faire confiance.

Qu’est-ce qui vous aide à croire ?

Les saints. Je serais condamné à l’agnosticisme et au désespoir sans Thérèse de Lisieux, le Père Kolbe, Marthe Robin, le Padre Pio… ils m’attirent vers le Ciel. Ils ont tenu le coup sans accuser Dieu ? Alors, je ne L’accuserai pas non plus. Grâce à eux, je survis, maladroitement, à coup d’oraison et d’adoration.

Comment avez-vous appris l’oraison ?

J’étais étudiant à Paris lorsqu’une nuit, lors d’une crise de désespoir, je me suis enivré dans une boîte de nuit. Une entraîneuse compatissante a essayé de me remonter le moral. Nous avons bavardé. Elle a murmuré dans l’ombre : « Pour moi, l’amour, ça consiste à mettre ma tête sur les genoux de l’homme que j’aime, et à rester comme ça sans rien dire ! » C’était le secret de l’oraison ! Ce fut une révélation.

L’Evangile dit vrai, les prostituées franchiront devant nous la porte du Royaume des Cieux, parce qu’au moins elles auront laissé parler leur cœur alors que nous fermons le nôtre : pour éviter les dangers de l’amour, nous nous en protégeons. Ce qui nous préserve des impuretés….en nous préservant de l’amour même !

L’un de vos livres s’intitule Le courage d’avoir peur. Peur de quoi, puisque croire c’est ne pas avoir peur ?

Le courage de regarder en face ce qui doit nous faire peur d’après l’Evangile : « Craignez celui qui peut perdre votre âme ». Le courage de croire à l’enfer. Les chrétiens ne supportent plus ce dogme parce qu’ils refusent d’avoir confiance, ils exigent des garanties et des sécurités. Il ne faut pas confondre la confiance théologale avec l’optimisme. La condition de la vraie confiance, c’est d’avoir peur.

Ne faites-vous pas une fixation malsaine sur l’enfer ?

Peut-être… Néanmoins, la façon dont on évacue cette question dans l’Eglise me stupéfie. L’Evangile est rude. Ouvrez-le : il y est question de l’enfer une soixantaine de fois. « Il y aura des pleurs et des grincements de dents… », ce n’est pas une image, bon sang !

Lire l’Evangile sans jamais se heurter à l’enfer, c’est un tour de force dont j’admire la virtuosité. Nous n’avons pas le droit d’atténuer cette rudesse, même si nous devons la noyer dans la grâce de Dieu qui a tout prévu pour que nous la supportions.

Qu’est-ce qui peut sauver de la peur ?

L’humilité. Regarder le Christ, et Lui seul. Il nous a dit : « Ne craignez pas, petit troupeau, j’ai vaincu le monde. Si votre humilité accepte de craindre, je vous dis « Ne craignez pas » - mais si votre orgueil refuse de craindre, alors craignez ! »

 

Marie-Dominique Molinié, o.p.