Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Dis-moi comment tu touches....

30 Juin 2012, 02:49am

Publié par Father Greg

2693_7e545ecf3c3a80d.jpg

 

Le rôle du toucher

Le toucher est la première nourriture du corps. Il est essentiel à la construction de la personne parce qu'il nous révèle à notre humanité ; c'est-à-dire à la réalité de notre conscience physique. Un enfant non touché n'a pas conscience de son incarnation. Sans toucher, il ne peut y avoir de présence à la matérialité du corps. Il en est le déclencheur. Il révèle à la conscience de la matière. Le corps est conçu pour le toucher. Le corps est toucher (puisque s'il n'est pas touché, il n'est pas). En ce sens, le toucher donne la vie, puisque le corps ne vient à s'épanouir que grâce à lui.

La conscience du toucher 

Le rôle du toucher est d'éveiller le corps pour informer la conscience. 
En étant touché, l'être prend conscience de lui-même au travers de ses sensations. Par le toucher, il se relie à son corps, le reconnaît et peut dire 'je suis mon corps, mes sensations, mes émotions, mes sentiments, mes pensées'. 

Le corps développe alors son rôle de transmission de données nouvelles, intérieures et extérieures :'Je peux sentir mes états d'âme, comme je peux percevoir la température qu'il fait'. Le corps touché est la caisse de résonance, le réceptacle qui produit les informations de la conscience. Il n'y a pas de corps sans informations ni de transmission sans corps. C'est le lieu d'échanges entre moi et le monde, visible et invisible. Par les sensations, le corps guide le soi dans le monde. Par la sensibilité : le corps permet l'expérience du moi en lien avec le tout. 

Le corps ne peut développer ces qualités que s'il est exercé au toucher. Le toucher engendre la sensibilité du corps et de la conscience parce qu'il les joint et qu'il développe les perceptions, c'est-à-dire la capacité de voir au travers. Il conduit à faire les liens entre moi et mon corps, moi et l'autre, l'intérieur et l'extérieur de moi…

Hervé Péchot.