Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

«Comment aujourd'hui inventer sans hésitation une démarche contemporaine d'un vu-cru-déployé, en lien avec l'horizon en marche?»

14 Octobre 2013, 08:59am

Publié par Fr Greg.

« Comment aujourd'hui laisser tomber un quelque chose interactif de la libération, en lien avec le sourire du vivre-pour? »   « Comment aujourd'hui dépoussiérer directement le parler authentique en marche? » « Comment aujourd'hui chanter le pourquoi constitutif de l'autre? » « Comment aujourd'hui se laisser interpeller par le non-dit inventif des cultures? »    

 bref, comment ne pas perdre son latin –ou sa foi- devant le verbiage de certain ecclésiastique…

 

 

fou

 

 

Lors de notre dernière réunion s'est imposée l'idée de vouloir conscientiser autrement l'humanité contemporaine des traditions de l'autre. L'horizon christique des communautés de base est le comprendre oecuménique des hommes et femmes de progrès. Un quelque chose conciliaire de la compréhension chrétienne ouvre une brêche dans le superflue de nos partages. Ce qui importe c'est d'ouvrir dans la proximité le sentiment ouvert de nos frères et soeurs humains. Une brèche écologique des cultures s'articule avec la route unifiée de la Parole, pour le pourquoi de notre propos. Petit à petit l'animation autre de la résurrection relie le pourquoi pascal des acteurs sociaux. La responsabilisation constitutive des propositions ouvrira le possible structurel d'un vu-cru-déployé. Il est souvent impossible de proposer un ailleurs agissant des humains, sur la responsabilisation du vivre-pour.

 

 

 Tout peut être réduit à vouloir dans la proximité une foi œcuménique du comment, en ignorant le possible des incertitudes sociales. Cependant le kérygme enthousiaste qui fait sens met en mouvement l'éveil écologique de la communion, pour le partage de l'Eglise. La pastorale proche du vivre-pour sera le comment enthousiaste des propositions. Ne s'agit-il pas de vivre l'aujourd'hui unique de l'aller-vers, au sujet du pourquoi de la pastorale d'ensemble? L'horizon symbolique des traditions n'est pas un inter-dit multimédia des communications. C'est pourquoi la recherche numérique des communautés de base ouvre un avenir à une démarche écologique du vivre-ensemble, pour une brèche de l'autre. La modernité demande de vouloir une conception fraternelle du paradygme, sans compter sur la révolution du vécu. Pourtant nous sommes interpellés par ceux qui osent prétendre autrement à la crise avisée du village global, dans une lecture du Royaume. Ainsi l'horizon renouvelé du vivre-pour s'articule avec un quelque chose écologique des communautés confessantes. Petit à petit le croire catéchétique de l'autre nécessite le comprendre historique des traditions. L'Esprit et nous avons décidé qu'il était temps de réinvestir un quelque chose exégétique de la commmunion, avec la remise des médias. Nous ne pouvons chercher un quelque chose proche des certitudes.

Alors que signifie pour chacun de nous réinterpréter la route numérique du vivre-ensemble? Alors une diction avisée de la mission permet d'espérer une lecture contemporaine des communautés confessantes.

Le mot d'ordre sera d'unifier le sourire inventif de l'aller-vers, sans compter sur une diction en questionnement. C'est pourquoi le texte vivifié de nos implications locales arrange un quelque chose historique qui fait sens. Alors le sentiment contemporain des acteurs sociaux accompagne une ouverture osée des incertitudes sociales. Le sens fraternel en marge n'est pas la théologie virtuelle de l'événement Jésus-Christ. Pourtant nous sommes interpellés par ceux qui osent déployer une éthique sociologique des traditions. Pourtant le chemin vivifié des propositions sera la mémoire confessante de la libération, afin de ne pas oublier l'objectif de nos partages. Dès lors la formation historique des partenaires de la cité transforme la crise unique du village global, en lien avec la pastorale de l'unicité. Donc le sens moderne des acquis du Concile accompagne la forme furtive des humains, sur le comprendre du vivre-ensemble. Il faut vivre la certitude unifiée de nos partages. La révolution chaleureuse des propositions était la kénose originale de la commmunion, sans une équipe du paradygme. Petit à petit l'annonce sociale des certitudes éclaire l'accueil constitutif de l'autre, afin de ne pas oublier la révolution du kérygme. Progressivement une équipe discursive de l'être-pour-les-autres placera le pour-nous enthousiaste du paradygme. De même il faudrait réinterpréter directement le pourquoi photocopiant de notre propos, sans le possible du vécu. Parfois l'inculturation multimédia des acteurs sociaux chamboule l'aujourd'hui ouvert du kérygme, en lien avec un ailleurs de la commmunion. Il est clair que l'objectif nouveau des communautés confessantes s'articule avec la sociologie virtuelle de l'être-pour-les-autres, sans compter sur un quelque chose en filigrane. Pourquoi ne pas vivre une attitude fraternelle de notre démarche, pour une pédagogie des médias? Cependant la formation assurée de notre propos met en mouvement la pastorale symbolique du paradygme. Pourtant une équipe interactive de l'autre nécessite le comment agissant des partenaires de la cité, afin de ne pas oublier le possible des incertitudes sociales. Il apparait alors que la route vivifiée des acteurs sociaux ouvre un avenir à une conception kénotique en filigrane. Ce qui importe c'est de réinterpréter la forme croyable des communications, au sujet de l'aujourd'hui de l'autre. Dès lors la conscience proche de la mission souligne l'objectif furtif du vivre-ensemble. Progressivement une pédagogie synodale de la pastorale d'ensemble impose la structure nouvelle de l'Eglise, pour une brèche des acteurs sociaux. Cependant le possible salvifique des communautés confessantes rajeunit l'objectif superflu du vivre-ensemble.

 doncamillo09


Tout peut être réduit à chercher sur le terrain une pédagogie moderne des mouvements d'Action Catholique, sur une démarche de nos implications locales. Suffit-il de rechercher l'annonce sociologique de la pastorale d'ensemble, sans compter sur le croire en marche? Le sens authentique des forces de proposition transfigure la paix sociale des hommes et femmes de progrès, en ignorant le kérygme des forces de proposition. Petit à petit la paix virtuelle en marge chamboule une pédagogie croyable en marche, en rapport avec la prise de parole du Royaume. Donc une pédagogie lointaine du Salut débroussaille la sociologie inventive de l'unicité.


Ne s'agit-il pas d'interpréter l'accueil fraternel des traditions, sans compter sur la forme de notre démarche? La couleur discursive des communications déplace notre perception de l'annonce écologique de la compréhension chrétienne, afin de ne pas oublier la pastorale de l'unicité. Nous ne pouvons permettre la responsabilisation originale qui fait sens, avec la pastorale de nos liturgies. Il apparait alors que l'objectif transformant des certitudes s'articule avec le partage avisé des humains, en ignorant la spontanéité en questionnement. Et la responsabilisation définitive de notre appel semble similaire au chemin chaleureux du vivre-ensemble, afin d'honorer le non-dit de nos liturgies. Le comment fataliste en marge ouvre un avenir à une éthique contemporaine du paradygme, afin de ne pas oublier l'animation des acquis du Concile. Est-il encore d'actualité de laisser tomber la route confessante de la commmunion, dans le pour-nous de nos implications locales? Le sentiment définitif de l'Eglise s'apparente à un inter-dit photocopiant des acquis du Concile, sans compter sur la formation de l'unicité. Le comprendre renouvelé d'un vu-cru-déployé rend obsolète une foi croyable des mouvements d'Action Catholique. Alors que signifie pour chacun de nous atteindre le sourire symbolique des communautés confessantes? Le croire définitif des propositions est une équipe renouvelée de la mission, sur une foi de la résurrection. A chaque fois une éthique fraternelle de notre propos est en relation avec le partage spéculatif des acquis du Concile. Lors de notre dernière réunion s'est imposée l'idée de proposer une diction cristalisée des communications, au sujet du comment des incertitudes sociales. Une conception lointaine de nos implications locales est semblable au chemin kénotique en filigrane. Etre acteur implique parfois de réinvestir une ouverture photocopiante de l'événement Jésus-Christ. Il apparait alors qu'une attitude discursive de la commmunion était l'accueil oecuménique des acquis du Concile, sans négliger la remise en filigrane. Et la structure transformante de la résurrection illumine l'éveil agissant du Royaume. La modernité demande de déployer à frais nouveaux le sourire authentique de notre propos. C'est pourquoi l'humanité constitutive de notre appel souligne la sociologie autre de notre démarche. Est-il encore d'actualité de réinventer la route structurelle des communications, en rapport avec la conscience qui fait sens? L'inculturation oecuménique du vécu relie la paix osée du village global, pour le chemin qui fait sens. Cela permettra alors de vouloir l'annonce lointaine des forces de proposition, afin de ne pas oublier l'objectif des médias. Progressivement la révolution furtive du Salut confesse une pédagogie vivante des communautés de base. L'animation virtuelle du vécu transfigure la recherche interactive du village global. La couleur pascale des forces de proposition nécessite la forme avisée du vivre-pour, avec la mémoire du vivre-ensemble.

Qui n'a jamais voulu se réapproprier l'humanité synoptique du village global? En tenant compte du pourquoi de la compréhension chrétienne? Comment ne pas oser vouloir résolument le sentiment multiple du paradygme?
 

Alors que signifie pour chacun de nous envisager un ailleurs kénotique qui fait sens, dans le non-dit de nos frères et soeurs humains? Petit à petit l'humanité cristalisée qui fait sens est parfois la formation écologique des communications, sans compter sur une lecture du Salut. Il apparait alors qu'une attitude avisée du kérygme sera la route synodale qui fait sens. C'est pourquoi le comprendre avisé de la pastorale d'ensemble nécessite le pourquoi contemporain de nos partages, pour une foi des communautés de base. Ainsi le comment confessant qui fait sens déplace notre perception de la sociologie oecuménique de l'unicité, afin d'honorer le pour-nous des forces de proposition.

Collectif impersonnel du pipotron ecclesiastique !

      http://catho.org/cgi-bin/pipotron