Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Baptème...

10 Janvier 2011, 11:52am

Publié par Father Greg

 

 

 

On demande des pécheurs!

 

georges-rouault-christ.jpgDans l’A.T, le baptême était un acte pénitentiel, de purification devant Dieu. En se plongeant dans l'eau, le pénitent reconnaissait son désordre, manifestant son désir de mourir à ses comportements erronés.

 

Ainsi, lorsque le Baptiste voit Jésus venir avec les pécheurs, il est stupéfait ; reconnaissant en Lui le Messie, Celui qui est sans péché, il ne comprend pas ! Or, Jésus l'exhorte à entrer dans ce nouveau chemin, à accepter de faire ce geste, pour « accomplir parfaitement ce qui est juste ».

 

Jésus manifeste là que le nouveau baptême c’est de laisser Dieu lui-même s’abaisser et prendre tout notre désordre. Il vient s’unir à nous d’une manière telle, qu’il se fait responsable de chacun de nous devant le Père. Et cela d’une manière cachée, pour que son geste ne soit pas une accusation ou source de repliement sur nous-même !

 

‘Accomplir ce qui est juste’, c’est choisir de laisser Dieu venir porter ce qui est mort en nous, de le laisser venir nous rencontrer là où on est moisi. C’est là qu’il veut descendre, parce que c’est là où l’on va pouvoir voir son visage ; Et notre misère en nous qui devient le lieu de la rencontre ?!

 

En laissant Dieu réaliser ce don excessif, cet amour qui est de trop, nous Lui ‘permettons’ de se manifester tel qu’il est pour nous, dans ce qui est le plus lui-même : dès que nous laissons Jésus porter ce qui est mort en nous, nous permettons comme une nouvelle présence de Dieu, une nouvelle connaissance de sa paternité pour nous.

 

La réalité cachée du baptême –ce don divin toujours actuel- est d'être insèré dans cet amour substantiel réciproque qui est Dieu; Dieu se déverse alors lui-même en nous, et se rend présent d’une nouvelle manière. Le bain de l'eau, nous lie et nous insère en Jésus avec qui nous devenons comme un, unis à lui dans sa personne...



Commenter cet article