Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Audience générale du 01 décembre 2010

2 Décembre 2010, 09:20am

Publié par Father Greg

Enracinés dans le désir incroyable de Dieu sur nous

 

Julienne de Norwich composa les Révélations de l'Amour divin dans une solitude habitée par Dieu. Son message est fondé sur la certitude d'être aimés de Dieu et d'être protégés par sa Providence : « Je vis avec une absolue certitude... que Dieu, encore avant de nous créer, nous a aimés, d'un amour qui n'est jamais venu à manquer, et qui ne disparaîtra jamais. Et dans cet amour Il a accompli toutes ses œuvres, et dans cet amour Il a fait en sorte que toutes les choses soient utiles pour nous, et dans cet amour notre vie dure pour toujours... Dans cet amour nous avons notre principe, et tout cela nous le verrons en Dieu sans fin »

Avec une certaine audace, elle n'hésite pas à comparer également l'amour divin à l'amour maternel. La tendresse, la sollicitude et la douceur de la bonté de Dieu envers nous sont si grandes que, à nous pèlerins sur la terre, elles évoquent l'amour d'une mère pour ses enfants. Les prophètes bibliques ont eux aussi utilisé ce langage qui rappelle la tendresse, l'intensité et la totalité de l'amour de Dieu, qui se manifeste dans la création et dans toute l'histoire du salut et qui atteint son sommet dans l'Incarnation du Fils. Mais Dieu dépasse toujours tout amour humain: « Une femme oublie-t-elle son petit enfant, est-elle sans pitié pour le fils de ses entrailles ? Même si les femmes oubliaient, moi, je ne t'oublierai pas » (Is 49, 15). Julienne de Norwich a compris ce message central pour la vie spirituelle : Dieu est amour et ce n'est que lorsqu'on s'ouvre, totalement et avec une confiance totale, à cet amour et qu'on le laisse devenir l'unique guide de notre existence, que tout est transfiguré, que l'on trouve la véritable paix et la véritable joie et que l'on est capable de la diffuser autour de soi.

Le Catéchisme de l'Eglise catholique rapporte les paroles de Julienne de Norwich sur un thème qui ne cesse de constituer une provocation pour tous les croyants (cf. nn. 303-314). Si Dieu est suprêmement bon et sage, pourquoi le mal et la souffrance des innocents existent-ils ? Même les saints, précisément les saints, se sont posé cette question. Illuminés par la foi, ils nous donnent une réponse qui ouvre notre cœur à la confiance et à l'espérance : dans les mystérieux desseins de la Providence, Dieu tire du mal un bien plus grand: « J'appris de la grâce de Dieu que je devais rester fermement dans la foi, et que je devais donc solidement et parfaitement croire que tout aurait bien fini... »

Oui, chers frères et sœurs, les promesses de Dieu sont toujours plus grandes que nos attentes. Si nous remettons à Dieu, à son immense amour, les désirs les plus purs et les plus profonds de notre cœur, nous ne serons jamais déçus. « Et tout ira bien », « chaque chose sera pour le bien » : tel est le message que Julienne de Norwich nous transmet et que moi aussi je vous propose aujourd'hui. Merci.

Benoit XVI. 

Commenter cet article