Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

L'amour est un abîme qui veut tout

28 Juin 2021, 16:14pm

Publié par Grégoire.

L'amour est un abîme qui veut tout

« Le Fils de l’homme n’a pas de lieu où reposer la tête… Suis-moi et laisse les morts enterrer leurs morts »

Pourquoi une telle radicalité ? Ne pas enterrer son père, ne pas avoir de lieu à soi ?! Qu’est-ce que ça signifie ?

Cette radicalité que Jésus attend n’est pas un idéal ou un but à atteindre. Cette radicalité c’est d’abord Jésus qui nous dit son don. Son don est substantiel, radical, total, définitif. C’est un don qui ne peut pas être repris. Il est sans condition.

Et pour être pris, touché, mordu par son don, cela exige un esprit de pauvreté : user de tout comme ne nous appartenant pas, être en ce monde sans être de ce monde, mais déjà de l’autre. Ça c’est bien Jean Baptiste, François d’Assise, Thérèse de l'Enfant-Jésus …

La pauvreté chrétienne c’est l’effet en nous de cet amour qui est Dieu lui-même. Et ce don est fait, maintenant. Et, pour être possédé par Jésus, il faut avoir le désir d’être entièrement possédé, de vouloir le laisser conduire notre vie, choisir de ne plus avoir d’autonomie propre.

C’est ça Jésus pour nous. Il est relatif à nous absolument : notre vie compte plus pour Lui que la sienne. Il se fait Agneau pour nous. Il offre sa vie en prenant notre place, il nous donne son lien avec Marie : ce qui n’est pas communicable humainement, ce qui le lie à Marie comme Mère et femme, c’est nôtre.

C’est en ouvrant les yeux sur le don actuel de Jésus pour nous qu’on peut tout lui donner. Parce qu’il me donne sa dignité, qu’il donne à notre vie une fécondité divine, cet amour -qui est lui-même— appelle un don total. Total mais personnel. Il n’y a rien de plus personnel qu’un don.

Chacun vit cette dépendance volontaire vis à vis de Jésus, personnellement. C’est moi face à Lui. Jésus n’attend pas un don efficace, mais qu’on lui réserve ce qu’on a de plus précieux, de plus personnel, ce à quoi on tiens le plus : notre coeur.

Grégoire +

Commenter cet article