Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

« Je suis vous et vous êtes moi »

1 Mai 2021, 18:04pm

Publié par Grégoire.

« Je suis vous et vous êtes moi »

« Demeurez en moi, comme moi je demeure en vous » Jn 15, 4

Jésus ne dis pas : « Vous êtes la vigne » mais : « Je suis la vigne, vous, les sarments ». Ce qui signifie : « il y a une unité substantielle, vitale entre vous et moi : ma vie coule en vous et vous m’appartenez. Mais, en m’appartenant, vous appartenez aussi les uns aux autres ». Et cette appartenance l’un à l’autre et à Lui n’est pas un idéal, une relation imaginaire, symbolique, mais un lien quasi-biologique avec Jésus. Il y a une unité de vie entre Lui et nous et entre nous. 

Benoit XVI dit ceci : « Je suis la vigne » signifie en réalité : « Je suis vous et vous êtes moi » -une identification inouïe de Jésus avec chacun de nous, ses amis. Et la foi, c’est de demeurer dans cette vérité, vivre de cette lumière : « il est moi et je suis Lui : Demeurez en moi, comme moi je demeure en vous ».

Jésus lui-même, demanda à Saul, le persécuteur de l’Église : « Pourquoi me persécutes-tu ? ». Pour Jésus, chacun de ses enfants, de ses frères, c’est Lui. Pas moins !

Catherine de Sienne, n’hésite pas de dire, qu’aimer L’Eglise et Jésus c’est la même chose. Et l’Eglise c’est chacun d’entre nous. Je suis le tabernacle de Dieu, dedans ma chair. Jésus a réalisé une communion de vie entre nous et Lui. Indépendamment de notre coopération.

Nous sommes comme une seule personne avec Lui. Mais nous, comme des ânes têtus, on continue de croire que Jésus est un objectif à atteindre, un but à conquérir, qu’il se mérite. C’est terrible. C’est cela le refus de l’amour : c’est le refus de la gratuité du don de Dieu. On n’aime pas la gratuité, pourquoi ? Car quand quelque chose est reçu gratuitement, cela ne nous appartient pas. On ne peut pas le posséder. Et ce don ne se réalise pas comme nous le voudrions. C’est précisément la sainteté de Joseph : aimer sans rien posséder de ceux qu’il aime. Ne pas mettre la main sur ce qui nous est donné. N’avoir aucun droit : cela rend bienheureux, c’est la béatitude des cœurs purs.

« Je suis la vigne véritable et mon Père est le vigneron. tout sarment qui donne du fruit, il le taille pour qu'il porte davantage de fruits » La grande taille du Père, c’est de nous fragiliser, de nous rendre vulnérable, d’enlever nos béquilles humaines, nos fausses sécurités, pour qu’on ne s’appuie plus que sur Jésus seul. Sinon, on fait des choses a notre mesure, mais ça disparaîtra avec notre mort. 

« Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruits, car sans moi, vous ne pouvez rien faire. » Chacun de nous est dedans Jésus et Lui est présent à tout ce que nous sommes : nous sommes comme une seule personne avec Lui. Rien n’est extérieurement changé, mais en fait, tout, absolument tout, est changé !

Mais souvent c’est pour nous abstrait, parce qu’il y a notre Jésus idéal, très loin, spirituel, mélangé aux nuages et puis ceux avec qui on vit. Or, je ne peux toucher la présence de jésus pour moi, son amour pour moi, combien il me porte, si je ne mendie pas sa présence dans mes frères et soeurs. Jésus et chacun des baptisés c’est tout un ! « Je suis vous et vous êtes moi » Il nous faut ouvrir les yeux, car sans Jésus, sans mon frère, sans ma soeur qui est là, avec tout ses défauts apparents « je ne peux rien faire ! » 

La suite de ce texte c'est le nouveau et seul commandement du Nouveau testament : « Comme je vous aime, aimez-vous les uns les autres » C’est l’évangile de Dimanche prochain. Mais on ne va pas attendre dimanche prochain pour aimer, et se laisser aimer. Et on n’a pas le choix, c’est LE commandement de Jésus !

Et qu’est-ce qui nous fait vivre de cela, de cette unité de vie entre lui et nous ? C’est Lui qui vient nous le dire ! SEULE sa parole enlève de nos têtes tout nos images d’un but a conquérir « vous, vous voici purifiés grâce à la parole que je vous ai dit »

Quand on aime quelqu’un on se répète ses mots, on garde son sourire dans son coeur, son regard. Et bien, garder la parole de Jésus nous rend purs, nous faits demeurer en Lui, nous faits voir combien nous sommes déjà en Lui. Et chercher comment il nous la dit, cela nous transforme radicalement.

Garder une parole de jésus et se la redire souvent, il n’y a rien de plus efficace pour toucher sa présence, son amour, pour demeurer en Lui. Toucher qu’avec Jésus, nous sommes comme une seule personne « Demeurez en moi comme moi en vous » 

C’est LA grande lutte de notre vie : inscrire et vivre cet amour dans toute notre vie, ne plus rien faire sans LUI. Jésus ce n’est pas un petit moment de prière dans la journée, seulement pendant la messe, une petite bougie... Jésus, c’est quelqu’un avec qui je mange, je me lave les dents, je travaille, qui porte mes luttes, mes pauvretés, mes échecs. Celui sans qui je ne fais rien.

Et Jésus nous promet : « Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous. » C’est quand même fou ! Et nous, on voudrait continuer à vivre seul, seul avec notre télévision et notre petite prudence ? 

C’est pour cela que Jésus a tout repris à partir de la femme, Marie. C'est pour cela que les femmes -les saintes femmes- sont le coeur de l’Eglise, les gardiennes de l’amour incarné. Les apôtres sont plus lents; comme beaucoup d’hommes, ils aiment ce qu’ils font, leurs inventions,  leurs réalisations ! 

Et Marie nous est donnée, parce que la parole de Jésus est un secret d’amour, mais d'un amour divin, donc hyper-efficace, qui réclame d’être reçue dans notre chair, d’être portée comme notre bébé, pour avoir cette familiarité avec Jésus, comme une mère avec son enfant. Marie et les saintes femmes, Jésus en fait ses anges : ses envoyées, car si on n’est pas éduqués à aimer, rééduquer du coté de l’amour, à porter sa présence dans notre chair, dans notre corps, on ne croira pas à son don.

La création a commencé par l’homme, la recréation est à partir de la femme, Marie, et les saintes femmes. Pour toucher charnellement cet amour complètement gratuit, qui fait qu’on est en Jésus comme un enfant dans le sein de sa mère. Et Marie est là pour que nous redevenions des enfants, des tout petits de Jésus, qui ne font rien sans Lui sinon demeurer en son amour.

« Je suis vous et vous êtes moi »

Grégoire +

Commenter cet article