Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Jardins

7 Mai 2021, 19:03pm

Publié par Grégoire.

Jardins

Elle semblait oubliée là depuis l’éternité. Eve en son jardin. Ou plutôt Eve chassée de son Eden et ayant recrée un jardin, en plein désert. Nous l’avons découverte fripée et ratatinée comme une feuille sèche, posée sur un carton à même le sol. Elle observait une rangée de blettes et de fanes de carottes, défilant en parade le long du goutte à goutte.

Perdue dans ses pensées elle ne nous avait pas vu venir. Et nous, nous n’avions pas vu cette forme noire, comme un seau posé contre les briques de sable. Elle se dressa, reine dans son royaume de moins de dix mètres sur dix, au milieu du Sahara, huit millions de km². Son ombre touchait presque l’autre frontière.

Elle nous mena parmi la verdure comme en un champ de mines, nos pas dans les siens, jusqu’à une serre minuscule. Elle dénoua un lambeau de melhfa faisant office de serrure et souleva un pan du plastique. Derrière une brassée d’orge, des poivrons rouges et verts tendaient leurs joues fruitées. Quelques salades pommelées couvraient le reste du sol d’un vert tendre et frisé. Dans une autre serre, des tomates presque mures côtoyaient de petites fleurs jaunes, promesses en devenir.

Au bout de chaque rangée de goutte à goutte, la vieille femme Sahraouie, tantôt dressée en point d’exclamation, tantôt courbée en virgule, ponctuait la ligne comme on lit un récit de la création. Tomates, blettes, salades, poivrons, carottes, betteraves, navets, pois, menthe, persil, coriandre et pommes de terre semblaient s’être réfugiés là, sous la protection d’une toute petite femme hors d’âge, elle-même réfugiée.

Une salle d’attente à ciel ouvert dans laquelle pousseraient des fruits, des légumes, quelques arbres et la possibilité d’un choix. Arrivée au bout du jardin, elle s’est mise à pleurer. C’est son semis d’espoir qu’elle arrose d’un goutte à goutte de larmes de réfugiés, le seul qui tarde à germer.

Il n’a pas été oublié. Réfugié lui aussi dans un jardin, le nouvel Adam y cultive le doute. Il sait qu’on le cherche, qu’on va l’arrêter, au milieu des Oliviers et des dormants. Il espère encore un choix impossible, plongé dans le noir de la nuit. Jeune rameau d’espoir dans le lierre du doute.

Jean-françois Debargue

Commenter cet article